Le fromager Marcel Racine produit de si bons fromages qu’ils ont des inconditionnels jusqu’au Japon.

La ténacité d’un fromager grison

Action du 1er Août. Quand sont réunis passion et don de soi et qu’une poignée de personnes veulent vraiment quelque chose, les miracles deviennent possibles. Comme dans le Prättigau (GR) avec un fromage de montagne.

S’il existait un prix Nobel de la patience et de la ténacité, il devrait, à coup sûr, être décerné à Marcel Racine, de Pragg-Jenaz, dans le Prättigau grison. Cela faisait longtemps que ce fromager de montagne rêvait de construire une nouvelle fromagerie. Si longtemps qu’il avait encore des cheveux blonds. «Et j’étais certainement aussi un peu naïf, lance-t-il en riant. Tous ceux à qui j’avais présenté le projet étaient enthousiastes et en comprenaient la nécessité.» Mais le canton avait d’autres priorités et les banques gagnaient plus avec des papiers sans valeurs qu’avec du fromage. Sans apport de fonds extérieurs, il n’était pas possible de construire une fromagerie. Dix ans se sont ainsi écoulés. Mais pourquoi cet entêtement à vouloir créer une nouvelle fromagerie à une époque où celles-ci disparaissaient par dizaines?

Voici une explication: Marcel Racine avait commencé à fabriquer du fromage de chèvre et de brebis, il y a quelques décennies déjà. Des produits d’une telle qualité qu’il en vendait jusqu’à Kyoto, au Japon. «Mais Coop a été mon premier client, il faut que tu l’écrives», insiste le Grison.Il y a peut-être une autre raison: sur un pâturage escarpé, l’éleveuse Regina Lütolf, qui livre du lait à notre fromager, se tient au milieu de ses chèvres laitières. «Les brebis et les chèvres sont idéales pour ce genre de terrains, explique Marcel Racine. Elles empêchent l’embroussaillement des zones pentues.»

Au bord du lac de Davos, Martin Büchi, un autre fournisseur, et sa famille vivent de l’élevage de 200 brebis laitières sur une exploitation de 8 hectares. Avec du gros bétail, une exploitation de cette taille ne serait jamais rentable. Avec les brebis laitières, oui. Elles assurent la subsistance de la famille. «La plupart de mes fournisseurs sont attachés à leurs animaux, au pays, aux montagnes et vivent en partie ou entièrement de la production laitière», raconte Marcel Racine. Pour toutes ces raisons, ils font du bio. «Ici, c’est tellement normal que ce n’est même plus un sujet de discussion», ajoute Regina Lütolf, qui connaît le nom de chacune de ses chèvres. D’autres paysans ont découvert le potentiel des fromages de chèvre et de brebis. Marcel Racine est donc heureux d’avoir des fournisseurs supplémentaires, car la demande augmente. A tel point que la petite fromagerie de Pragg-Jenaz a fini par déborder de toutes parts. «La production et les caves sont maintenant réparties sur trois sites, une aberration écologique et économique.»

«Une aberration, confirme Beatrice Rohr, responsable du Parrainage Coop pour les régions de montagne. Mais que l’on n’ait pas encore apporté notre aide à ces gens en est une autre.» Cette année, l’action du 1er Août des magasins Coop (lire encadré) est dédiée aux paysans bio, à leurs chèvres et à leurs brebis, et surtout à la construction d’une nouvelle fromagerie.

La ténacité de Marcel Racine a fini par payer. Les services administratifs compétents ont surmonté leur réticence; une banque est prête à gagner un peu moins; les coopérateurs font leur possible pour participer au financement et, comme chaque année, les clients de Coop soutiendront l’action du 1er Août dans la mesure de leurs possibilités. «Dans notre pays, il y a de plus en plus de fossés, que ce soit au plan politique, économique ou social, explique Beatrice Rohr. Mais, face aux besoins réels de la population des régions de montagne, la solidarité l’emporte.»

Action du 1er Août

Pour la fromagerie de Jenaz (GR)

Ces jours-ci, l’achat des produits de charcuterie et de boulangerie portant une mention spéciale permet de soutenir directement la construction d’une nouvelle fromagerie de produits à base de lait de chèvre et de brebis dans le Prättigau. Jusqu’au 2 août, tous les magasins Coop proposent:

  • Petit pain bio du 1er Août, 80 grammes, 1 fr. 20. Votre don est de 20 ct.
  • Pain bio du 1er Août, 400 grammes, 3 fr. 50. Votre don est de 40 ct.
  • Petit pain au chocolat du 1er Août, 80 grammes, 1 fr. 70. Votre don est de 20 ct.
  • Cinq saucisses à griller de 80 grammes, 5 fr. 95. Votre don est de 50 ct.

La somme ainsi récoltée sera doublée par Coop et versée sans déduction aucune à la fromagerie du Prättigau par le Parrainage Coop pour les régions de montagne.

Devenir membre du Parrainage Coop

Bienvenue au sein du Parrainage Coop pour les régions de montagne. Votre contribution annuelle de 10 francs (bien entendu vous pouvez donner davantage) sera intégralement investie dans des projets d’assainissement. Coop prend à sa charge tous les frais administratifs.

Compte de chèque postal: 40-843-7
Banque Coop 016785.29.00.00-0

Devenez membre et inscrivez directement par Internet en cliquant ICI!

Parrainage Coop