1 von 11


Dans la voiture autonome, le volant a disparu chez le constructeur suisse Rinspeed.

Le design complet de l’habitacle, sièges compris, est en pleine révolution.

Chez BMW, l’avenir est en marche.

Le designer franco-suisse Stéphane Schwarz à l’oeuvre.

Chez Citroën, l’auto du futur est déjà une réalité.

Un des looks possibles de la voiture de demain.

Le designer franco-suisse Stéphane Schwarz.

Un grand écran comme centre de commande.

Un tableau de bord à peine futuriste et un ancien. Cherchez les différences!

Chez le constructeur suisse Rinspeed, le volant peut être escamoté.

Un seul bouton pour tout commander.

La voiture: ma deuxième maison

Innovation Les autos de demain seront des salons ou des bureaux roulants. Rencontre avec le designer franco-bâlois Stéphane Schwarz, qui trace avec passion les contours de cette nouvelle tendance.

Le défi et aussi la vision, pour nous, designers – et les ingénieurs –, est de faire en sorte que conducteur et passagers d’une voiture puissent s’y retrouver dans un environnement familier comme leur maison ou le bureau», estime Stéphane Schwarz, responsable du design auprès du célèbre carrossier milanais Zagato, spécialisé dans la conception et la réalisation de carrosseries sur mesure pour les particuliers, ainsi que les constructeurs automobiles. L’attente de la population est très forte, les gens ne comprenant pas ou n’acceptant pas de ne pouvoir vaquer aux mêmes occupations dans leur voiture que chez eux.
Ils souhaitent avoir la possibilité d’organiser une réunion de travail, que les enfants puissent jouer ensemble; «bref, l’univers douillet de notre maison, qui se déplace dans la voiture pour améliorer son efficacité professionnelle et se détendre».

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Les constructeurs sont réactifs. La dernière Mercedes classe E possède par exemple plusieurs écrans. «Le tableau de bord traditionnel est appelé à disparaître, progressivement remplacé par un seul grand écran, constate le Franco-Suisse. Il faut s’imaginer un écran à réactions tactiles. Ce sera presque vivant et organique; la technologie et la nature en symbiose», décrit joliment Stéphane Schwarz. Ce qui va compter, c’est d’avoir accès à l’information sur un ou des écrans. Pendant que Monsieur pilote ou traite ses mails, Madame regarde un film (ou inversement) et les enfants un dessin animé.

«

L’avenir c’est un salon sur quatre, voire trois roues»

Stéphane Schwarz (50 ans), designer

Le designer Stéphane Schwarz (à gauche) choisit des tissus pour l’habitacle.

Exigences du consommateur

Une surface transparente, qui affichera toute une série de renseignements, qui réagira à des vibrations, ce n’est pas de la science-fiction, puisque de tels éléments pourront déjà être intégrés dans les véhicules à partir de 2018-2019. «Cependant, ces changements prennent du temps pour atteindre l’ensemble des véhicules», nuance Andreas Maashoff, directeur du design et de la recherche chez l’équipementier automobile Johnson Controls.

L’éclairage dans la BMW X5 génère une atmosphère détendue lorsqu’il fait sombre.

Les constructeurs eux se livrent une course à l’équipement: «Le consommateur, explique encore le designer Stéphane Schwarz, devient de plus en plus exigeant sur la résolution du design et l’«ingéniering», lui qui est entouré de produits haut de gamme à la maison: écran TV, téléphone portable, appareil photo, etc., de surcroît à des prix concurrentiels.» Le terme de qualité perçue (par ses occupants), s’agissant de l’intérieur des voitures, est à la mode depuis que les Allemands en ont établi les standards à la fin des années 1990.

Johnson Controls imagine des sièges flexibles et personnalisés.

Une voiture qui s’adapte à nous

Aucun doute, la dématérialisation est en cours: «On réduit à l’essentiel en augmentant le champ des possibles. C’est fascinant», commente notre interlocuteur. La technologie d’aujourd’hui le permet: les matériaux «thermolactiles» qui réagissent au toucher et déclenchent une fonction remplacent leviers et boutons, la technologie de découpe au laser permet de réaliser des pièces d’une infinie précision, ou les ampoules LED de taille réduite mais qui éclairent un max.
Dans ce registre, l’Oled – une diode électroluminescente organique qui épouse les courbes – se substituera aux écrans classiques et révolutionnera l’éclairage à bord. «L’Oled pourrait remplacer certains matériaux et diffuserait de la lumière sur divers supports, des surfaces entières. En résulterait l’impression d’un espace agrandi doté d’un confort visuel supérieur, qui conférerait un plus grand sentiment de détente. Cela donnera lieu à la customisation de l’habitacle, comme à la maison. On y revient.»
En termes de mutation, la voiture électrique s’impose. Le moteur électrique,  plus petit que son homologue à combustion, induit une modification de l’architecture automobile. L’habitacle gagnera donc de la place et sera configuré différemment. «L’avenir, c’est plutôt un salon sur quatre, voire trois roues», prédit le Milanais d’adoption.

«

Aujourd’hui, on subit le véhicule plutôt que lui s’adapte à nous»

Aujourd’hui, pour Stéphane Schwarz, on est prisonnier d’une position de conduite, de passager, et l’on ne peut pas beaucoup se mouvoir, d’où des «activités» limitées, à part un coup de fil avec le kit mains libres, par exemple. «L’on subit le véhicule plutôt que d’évoluer dans un environnement qui s’adapte à nous.»
Avec ces diverses nouveautés, l’un des enjeux est de faire en sorte que les enfants comme les seniors des cinq continents identifient immédiatement les nouvelles technologies et leurs fonctions. Un maximum de simplicité est donc requis dès la conception.
La conduite autonome avance parallèlement à grands coups d’accélérateur. Le Suisse Frank M. Rinderknecht (Rinspeed) va d’ailleurs présenter, au Salon de l’auto de Genève, un prototype dont le volant peut être escamoté. Lorsqu’elle sera effective – demain –, l’envie de prendre le volant demeurera cependant, selon Stéphane Schwarz. «L’être humain ne voudra pas abandonner ce plaisir, en tout cas à certains moments de la journée, même s’il souhaitera plutôt se divertir à d’autres. Et le futur lui offrira ce choix. On peut même imaginer qu’aux heures de pointe, le législateur impose une conduite automatisée dans les centres-villes pour une question de fluidité du trafic et de sécurité. Les voitures deviendront, dans ce cas-là et en quelque sorte, des para-transports publics.» Pour le patron de Tesla, Elon Musk, «les volants pourraient complètement disparaître de la plupart des voitures autonomes».
Autre défi de taille: l’éthique de l’ordinateur. «Saura-t-il faire la différence entre une personne âgée et un chat qui traverse la route ou comment doter l’intelligence artificielle d’une morale…?» s’interroge le designer. Vaste débat.

Déplacements: le train prend de la vitesse, mais l’ auto reste numéro 1 en suisse

www.autonews.fr
www.automobile-magazine.fr

Défilé de nouveautés à genève

La légende vit – chez Renault avec l’Alpine Vision proche du modèle de série…

Avec Detroit, Tokyo, Paris et Francfort, le Salon de l’auto de Genève est l’un des cinq plus grands salons internationaux de l’automobile. Quelque 200 exposants, parmi lesquels toutes les grandes marques, présenteront leurs derniers modèles, dont plus de 120 premières mondiales et européennes. Les visiteurs (on en attend près de 700 000 en dix jours!) pourront admirer aussi bien des voitures pour le quotidien que de somptueux véhicules de sport ou de luxe.

Dates
Du 3 au 13 mars 2016

Heures d’ouverture
Lundi au vendredi: 10 h-20 h
Samedi et dimanche: 9 h-19 h

Prix
Adultes: 16 fr., enfants de 6 à 16 ans, bénéficiaires de l’AVS et de l’AI: 9 fr. Rabais de 50% sur tous les billets vendus sur place dès 16 h.

Infos sur Internet
Expos spéciales, plan des halles, liste des exposants, etc.
www.salon-auto.ch/fr

Accès
Le train vous épargne les bouchons et la recherche d’une place de parc: tous les jours, des trains spéciaux circulent à destination et au départ de Genève Aéroport. De là, il ne vous faut que trois minutes à pied pour atteindre l’entrée au niveau de la halle 7. Les billets combinés RailAway des CFF sont avantageux puisqu’ils vous permettent de bénéficier d’une réduction à la fois sur le voyage (-10%) et sur l’entrée (-30%).
www.cff.ch/salonauto

Fournisseurs Bien que la Suisse n’ait jamais eu d’industrie automobile, près de 250 entreprises y fabriquent des produits de qualité destinés aux constructeurs du monde entier.

Capteur pour la régulation adaptative de la vitesse.

Un jour, mes courses se sont renversées dans ma voiture. Sans cet incident, jamais je n’aurais soulevé le tapis dans le coffre de ma nouvelle Mini. Voilà comment j’ai découvert un nom familier, «Rieter». Si l’entreprise textile a aujourd’hui vendu sa division automobile, Autoneum, la société issue de cette opération a conservé son siège à Winterthour.
Implantée dans plus de vingt pays, elle fournit des constructeurs automobiles dans le monde entier. Les renforts de soubassement et les écrans thermiques fabriqués à Sevelen (SG) équipent les modèles des séries 1 et 3 de BMW ou encore les Mercedes Classe A et B. Les moquettes, autre spécialité d’Autoneum, habillent le plancher de la Toyota Auris et de la Volvo XC 90.
À une époque, des voitures étaient produites en Suisse. Comme il était fiscalement plus avantageux d’importer des pièces que des produits finis en Suisse, des constructeurs, principalement américains, ont décidé de faire assembler leurs modèles à Bienne dès 1936, puis à Schinznach (AG). Plus d’un demi-million de voitures a été construit par General Motors Suisse à Bienne jusqu’au début des années 1970. Puis vint le choc pétrolier. En 1972, Walter Haefner, fondateur d’Amag, ferme son site de montage de Schinznach, après avoir assemblé quelque 30 000 voitures.

250 fournisseurs suisses

La qualité était élevée et les voitures estampillées «Montage Suisse» appréciées chez nos voisins: près de la moitié de la production du Seeland était exportée en Italie et en Autriche. Le savoir-faire de Bienne reste recherché. La Haute école spécialisée bernoise BFH y forme ses ingénieurs. Et les besoins sont considérables selon Bernhard Gerster, responsable de la division Technique automobile: «Près de 250 entreprises suisses fournissent l’industrie automobile. Elles jouent un grand rôle dans le développement technologique, explique-t-il, s’appuyant sur l’exemple de GF Automotive, division du groupe Georg Fischer de Schaffhouse. Il y a trente ans, on produisait presque uniquement d’après les plans des constructeurs. Désormais, les équipementiers assurent 80% du travail de conception.» GF Automotive produit des pièces coulées en aluminium, en magnésium et en fer que l’on trouve dans le châssis et le tableau de bord. Parmi ses clients, Audi, BMW, Porsche et le spécialiste des boîtes à vitesses ZF Getriebe. La Suisse s’affiche aussi avec Weidplas, société d’un groupe américain issue de l’entreprise Weidmann à Rapperswil-Jona (SG), qui produit des barres de seuil pour BMW et Mercedes et des habillages en plastique.

Technologie de pointe

Les systèmes d’assistance sont déjà très répandus, comme le régulateur de vitesse (tempomat). Le petit boîtier monté derrière la calandre est dû aux ingénieurs de l’entreprise biennoise Harting Mitronics. Il y a quelques années, ils ont conçu les circuits imprimés 3D utilisés dans les capteurs pour la régulation adaptative de la vitesse. Ce composant intelligent, pas plus grand qu’une pièce de 1 franc, est produit à 500 000 unités par an à Bienne.

Participez au débat!

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Didier Walzer, Martin Winkel, Milan
Photo:
Brano Strba, SP
Publication:
lundi 29.02.2016, 14:30 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?