1 von 9


Laetitia Guarino, Miss Suisse 2014, devant l’entrée du Lausanne Palace, décembre 2014

Laetitia sur l’une des terrasses qui domine le lac Léman.

Miss Suisse sur les escaliers de Noël

Décembre dans le sourire de Laetitia, élue Miss Suisse le 11 octobre 2014

Lumières et rubans de Noël dans le sourire de Laetitia Guarino

Laetitia au restaurant «La Table d’Edgar»

Laetitia  («la joie» en latin) sur le balcon du Léman

Fin de matinée cosy sur les fauteuils de la «Table d’Edgar»

Le Joyeux Noël de Laetitia Garino

Laetitia Guarino: «J’adore offrir des cadeaux»

Rencontre Miss Suisse depuis plus de 70 jours, Laetitia Guarino nous parle de sa nouvelle vie, de ce qu’elle y découvre, de ses projets. Et de Noël.

«

La joie? Ça se voit, je rigole tout le temps!»

Vous êtes devenue Miss Suisse il y a un peu plus de deux mois – comment vous sentez-vous dans ce nouveau rôle?
Très heureuse! Ma vie a été complètement bouleversée, tout a changé. Avant, j’étais tous les jours dans mes études de médecine, et maintenant je vis des choses tout à fait différentes et rencontre des personnes de milieux tout autres.

À quoi ressemble une journée de Miss Suisse?
Il y a par exemple des journées de shooting avec de grandes marques, il y a celles où j’ai des interviews, d’autres fois je vais à des galas de charité. Et puis il y a la Fondation Corelina pour la cardiologie infantile que je soutiens. Donc, je vais voir les enfants à l’hôpital et c’est quelque chose qui m’a beaucoup touchée durant ces premiers mois.

Mais qu’est-ce qui vous lie à la Fondation Corelina?
Ce qui est nouveau, c’est que je suis la première Miss Suisse qui a un salaire fixe. C’est-à-dire que tout ce que je gagne en plus va à la Fondation Corelina. C’est important, parce que ça donne une autre dimension aux Miss. Et personnellement, comme j’aimerais devenir pédiatre, c’est une action qui me tient particulièrement à cœur.

Miss Suisse, est-ce que ça vous a permis de voir les choses différemment?
Beaucoup! À vrai dire, il y avait trois ans que je ne m’intéressais qu’à la médecine, donc franchement je ne regardais même pas le téléjournal par manque de temps, ma vie c’était les cellules, la chimie, la physique, du matin au soir, week-ends compris… Là, maintenant, je parle de politique, de problèmes géographiques, d’œnologie par exemple ou de questions diverses dont je ne parlais pas forcément avant, oui, c’est plein d’univers tout nouveaux.

Vous avez quand même un profil particulier parmi les Miss: étudiante en médecine, croyante… C’est la première fois qu’une future médecin est Miss Suisse, non?
Je ne sais pas! En tout cas Miss France l’année passée était aussi étudiante en médecine.

Vos études de médecine justement, vous comptez vraiment les reprendre?
Oui, bien sûr! On ne se rend pas compte à quel point il faut travailler pour passer la première année, la deuxième et la troisième aussi d’ailleurs… On pourrait pleurer le soir en rentrant tellement on est à bout – pendant la première année, je ne suis jamais sortie un seul week-end ni ai fait une seule grasse matinée! Alors je trouverais inimaginable d’arrêter. C’est merveilleux d’être Miss Suisse, avec tout ce qu’il y a autour, mais j’ai trop fait dans mes études pour arrêter maintenant.

Le collier dessiné par son ami Stefano

Le collier dessiné par son ami Stefano
Le collier dessiné par son ami Stefano

Malgré vos études, vous avez pourtant eu le temps de rencontrer votre amoureux!
Oui, mais j’ai rencontré Stefano à peu près cinq mois avant de commencer la médecine!

.

.

Laetitia, c’est la joie en latin. Qu’est-ce que c’est que la joie pour vous?
Rires. Je ne sais pas, mais je pense que ça se voit, je rigole tout le temps! C’est peut-être ne pas se prendre la tête, essayer de ne pas s’énerver pour les petits problèmes du quotidien, relativiser…

Dans dix ans, comment vous voyez-vous?
J’aurai 32 ans et j’espère que je serai mariée, pour moi c’est très important, et j’espère aussi avoir des enfants, je pourrai leur raconter ce que je suis en train de vivre et j’aurai peut-être un cabinet de pédiatrie, voilà, ça c’est dans mes rêves…

La boîte offerte par sa meilleure amie Sara

Parmi vos hobbies, il y a la cuisine.
Oui, j’ai commencé toute petite avec ma maman, et comme mon papa a des origines italiennes, on allait régulièrement en Italie et là mes tantes me disaient de faire la cuisine – et d’apprendre à faire les pâtes soi-même!

Le plat préféré de Stefano?
Il adore les gnocchis. Au début que j’étais avec lui, je me suis dit: il faut que je sache faire les gnocchis, quand même, vous savez, l’amour d’un homme… ça passe par l’estomac… Et vous pouvez demander à ma famille, je me suis entraînée à faire des gnocchis toute une semaine!

Comment allez-vous fêter Noël?
C’est assez traditionnel. Nous allons nous réunir en famille autour d’un beau repas, fêter ensemble sous le sapin, s’offrir des cadeaux – j’adore offrir des cadeaux, je réfléchis des mois à l’avance à ce que je vais offrir… Et puis nous irons à la messe, c’est aussi l’occasion de penser à ceux qui ne sont plus là, aller à l’église nous rapproche un peu d’eux.

Noël représente un espoir particulier?
On dirait qu’à Noël il n’y a plus personne qui veut faire du mal…

4 dates dans la vie d’une Miss bientôt médecin 

1992 Naissance. Père d’origine napolitaine, mère alémanique. Aînée de trois enfants.

2006 Premier job: caddie dans un golf. À 16 ans, elle fait un stage à Coop Léman Centre «à la boulangerie».

2010 Après un bac scientifique, commence des études de médecine. Elle va entrer en quatrième année.

2014 Élue Miss Suisse le 11 octobre. Son coiffeur lui disait depuis longtemps: «Vas-y, fais ce concours!»

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jean-Dominique Humbert

Rédacteur en chef adjoint

Photo:
Darrin Vanselow
Publication:
dimanche 21.12.2014, 18:30 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?