1 von 12


Pablo Hoya (en noir) et Jacques Descombaz sur la locomotive de guerre de 1943 en gare de Fleurier.

Cheminots du vapeur Val-de-Travers au travail.

L'équipe du vapeur Val-de-Travers devant la locomotive allemande.

La locomotive allemande de 1943 en gare de Fleurier.

Les cheminots auscultent la locomotive.

On alimente la chaudière avec du charbon.

Une belle mécanique.

Passagers dans le vapeur Val-de-Travers.

Plongée dans les mines d'asphalte de la Presta.

Un chariot de minerai.

Entrée des caves Mauler à Môtiers.

Visite guidée des caves Mauler.

Le Val-de-Travers en train

Évasion Rencontre avec les membres de l’association Vapeur Val-de-Travers qui redonnent vie aux trains historiques et font découvrir leur région avec passion.

La locomotive noire garée sur une voie à côté de la gare de Fleurier, dans le canton de Neuchâtel, est impressionnante: 23 mètres de longueur, 150 tonnes et 1600 chevaux! «C’est une locomotive de guerre allemande de 1943 qui a été produite à 5000 exemplaires à l’époque. Elle était utilisée pour le transport de marchandises et peut tirer jusqu’à 2000 tonnes. Il n’en reste qu’une vingtaine en service en Europe», précise fièrement Pablo Hoya (19 ans), vice-président de l’association Vapeur Val-de-Travers. Le jeune homme s’affaire autour de la bête d’acier avec d’autres passionnés depuis l’aube: «On a commencé à 5 h du matin. Il faut huit heures pour chauffer progressivement la locomotive et atteindre 15 bars de pression.» Le train à vapeur partira à 14 h de Fleurier avec ses premiers passagers direction Travers. Le soir, «train tartare» depuis Neuchâtel pour le plus grand plaisir des touristes qui découvrent la région à bord de ce convoi historique.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Train spécial pour les 30 ans

Pablo Hoya, en apprentissage de polymécanicien, rêve de devenir conducteur de train et de piloter lui-même la locomotive. «À 3 ans, j’ai vu le Vapeur Val-de-Travers en gare de Fleurier et j’ai trouvé cette mécanique fabuleuse! J’ai adhéré à l’association à l’âge de 10 ans. Je suis vice-président depuis un an. Ça se passe super bien avec un comité jeune et dynamique», commente le Vallonnier. «Je trouve primordial de préserver ce patrimoine ferroviaire.» L’association dépend beaucoup des dons: «Nous recevons plus de 100 000 francs par an. On existe grâce aux donateurs! On aimerait recevoir davantage de soutien de la commune de Val-de-Travers et du canton.» Les membres du Vapeur Val-de-Travers, tous bénévoles, ne comptent pas leurs heures à réviser, graisser et bichonner les machines. Leur seconde vie est à ce prix!

«

Il est primordial de préserver ce patrimoine»

Pablo Hoya (19 ans), passionné de trains

Davantage de sorties en 2016

«Nous organisons environ cinq sorties par an. Avec les travaux actuels en gare de Fleurier, nous ne faisons que trois sorties cette année. Nous en proposerons davantage en 2016. Nous allons notamment remettre en service une petite locomotive belge Cockerill à chaudière verticale. C’est la seule de Suisse!»
L’association possède onze locomotives dans son dépôt de Saint-Sulpice dont cinq exploitées en tournus. Le public peut le visiter les samedis. Le Vapeur Val-de-Travers compte une centaine de membres dont une dizaine d’actifs. Parmi eux Jacques Descombaz (64 ans), conducteur de locomotive pour la compagnie BLS. «Je suis pilote de train à vapeur depuis trente ans. On en apprend tous les jours! C’est un travail de feeling pour régler la vitesse et ménager la machine.» «On va utiliser environ 3 tonnes et demie de charbon aujourd’hui. La température de la chaudière est de 700 °C», ajoute Jean-Bernard Huguenin, conducteur de train aux CFF. «En plein effort, la température monte à 1300 °C! C’est physique alors on met deux personnes pour la chauffe (ndlr: remplir la chaudière de charbon).» Dans la cabine, la température peut atteindre les 60 °C… «Heureusement, il y a un peu d’air quand on roule!» s’exclame le président de l’association Dominique Marchand.

Deux personnes chauffent la chaudière avec le charbon. En un seul jour, plus de 3 tonnes seront consumées par la locomotive de 1600 chevaux et 150 tonnes.

Fasciné par le train à vapeur

Pablo Hoya, en apprentissage de polymécanicien, rêve de devenir conducteur de train et de piloter lui-même la locomotive. «À 3 ans, j’ai vu le Vapeur Val-de-Travers en gare de Fleurier et j’ai trouvé cette mécanique fabuleuse! J’ai adhéré à l’association à l’âge de 10 ans. Je suis vice-président depuis un an. Ça se passe super bien avec un comité jeune et dynamique», commente le Vallonnier. «Je trouve primordial de préserver ce patrimoine ferroviaire.» L’association dépend beaucoup des dons: «Nous recevons plus de 100 000 francs par an. On existe grâce aux donateurs! On aimerait recevoir davantage de soutien de la commune de Val-de-Travers et du canton.» Les membres du Vapeur Val-de-Travers, tous bénévoles, ne comptent pas leurs heures à réviser, graisser et bichonner les machines. Leur seconde vie est à ce prix!

Le train à vapeur sort du village de Môtiers direction Travers.

Pétillant prieuré

Caves Mauler À Môtiers, du vin mousseux est élaboré depuis 186 ans selon la méthode traditionnelle.

«On n’ose plus utiliser le terme méthode champenoise», précise la guide Karin Kissling. Des visites sont proposées pour découvrir la production locale et le magnifique prieuré Saint-Pierre. Les caves de l’ancien monastère sont idéales pour le vin grâce à une température de 10 °C à 12 °C. La Maison Mauler produit quelque 500 000 bouteilles par an et les caves renferment pas moins de 2 millions de bouteilles! Selon le vin mousseux recherché (brut, sec, demi-sec) on ajoute plus ou moins de liqueur à base de sucre de canne (de 1% à 5%). Si la plupart des bouteilles sont remuées mécaniquement, certains millésimes le sont encore par l’homme: «On remue manuellement pour préserver la tradition.» On peut voir des bouteilles de 1892 dans la cave historique: «On a posé nos reliques ici!» s’exclame la guide. Une dégustation pétillante conclut la visite. Les enfants ne sont pas oubliés: des mousseux sans alcool leur sont proposés.

Certaines bouteilles sont encore remuées manuellement.

Blonay-Chamby

Le Vapeur Val-de-Travers et le Chemin de fer – musée Blonay-Chamby, parrainé par Coop, partagent une même passion pour les trains à vapeur. Après le succès de leur rencontre en mai dernier, une nouvelle fête commune devrait avoir lieu en 2016, précise Pablo Hoya: «Le Blonay-Chamby possède une des plus belles collections de véhicules historiques à voie métrique de Suisse, voire d’Europe.»

«

En plein effort, la température monte à 1300 °C»

Jean-Bernard Huguenin, conducteur de locomotive

Plongée dans les mines d’asphalte

Visite guidée Site très apprécié des touristes, les mines d’asphalte offrent un magnifique dépaysement.

Les mines d’asphalte de la Presta, à Travers, ne sont plus exploitées depuis les années 1980. Transformées en musée, elles attirent plus de 20 000 visiteurs chaque année. La plongée sous terre est passionnante et rafraîchissante: la température est de 8 °C toute l’année. On peut visiter environ 1 km sur les 100 km de galeries dont 80 km immergés des mines. «Le dessinateur John Howe, qui vit à Neuchâtel, est venu faire des croquis dans la mine pour les décors du Seigneur des Anneaux. On n’est pas peu fiers!» s’exclame la guide Barbara Müller. Elle nous apprend que l’asphalte était utilisée pour momifier les morts, a servi à Christophe Colomb pour l’étanchéité de ses bateaux et qu’un certain monsieur McAdam a eu la géniale idée de mélanger l’asphalte avec du gravier ou du sable. Après une heure de balade souterraine très instructive à la lueur des lampes de poche, rien de tel qu’un jambon cuit dans l’asphalte pour se remettre d’aplomb!

Le jambon cuit dans l’asphalte est réputé loin à la ronde.

Concours

«Coopération» et le Vapeur Val-de-Travers offrent 3 × 2 billets pour une balade «Au fil de l’Areuse» et 2 × 2 billets pour le «train fondue». Participez ici!

Vapeur Val-de-Travers
Mines d’asphalte de la Presta
Caves Mauler, à Môtiers
Commune de Val-de-Travers (visiter)
Chemin de fer musée Blonay-Chamby

Commentaires (2)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Basile Weber

Rédacteur

Photo:
Nicolas de neve
Publication:
lundi 20.07.2015, 13:20 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?