Malgré le manque de neige, Charlene (à gauche) et Lucy participent, comme chaque année, à l’école de ski avec la monitrice Franziska Fritschi.

Le bonheur même sans neige

Vacances d’hiver Les alternatives au ski – trekkings avec des lamas, par exemple – ne manquent pas en montagne. Coup de projecteur sur Braunwald (GL).

Le bonheur des enfants est essentiel pour passer des vacances détendues. Prenons Braunwald (GL), une destination familiale encore méconnue des Romands, qui a obtenu une distinction de Suisse Tourisme. Ici et depuis toujours, les enfants font l’objet de la plus grande attention et Braunwald est leur royaume. Charlene et Lucy Kuster, de Goldingen (SG), 5 et 3 ans, adorent cet endroit, même lorsqu’il n’y a pas beaucoup de neige. Cette année, l’hiver ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices. Les températures sont trop élevées et le temps est extrêmement sec. Le 31 décembre, il y avait juste assez d’or blanc pour skier. Pourtant, l’école de ski a dû déménager «l’espace enfants» de Hüttenberg (1300 m) à Grotzenbüel (1559 m), où se trouve le mini-téléski. La monitrice Franziska Fritschi, qui y travaille depuis sept ans, assure n’avoir jamais connu d’hiver aussi fou. Cette saison, la neige est rare et le moindre flocon précieux.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Un lieu apaisant

Charlene et Lucy, de leur côté, semblent ne se rendre compte de rien. Pour elles,  tout est pareil à la dernière fois. Snowli est revenu. La monitrice l’a emmené: «Snowli est un extraterrestre tombé du ciel la tête la première dans la neige.» Il n’en faut pas plus pour briser la glace avec les enfants et donner à Lucy et Charlene envie de se plonger avec frénésie dans les sports d’hiver.
À Braunwald, la magie ne naît pas uniquement de la neige. La beauté de la nature, le calme, les paysages, la pureté de l’air et l’univers de la montagne ravissent le cœur. Même le chien de la famille, Milo est ravi d’être là. Il se sent toujours bien à Braunwald, raconte Patricia Kuster (39 ans): «Il est triste chaque fois qu’on monte dans le funiculaire pour rentrer.» Chez les Kuster, le séjour à Braunwald est une tradition.
Enfant, Patricia venait déjà en vacances ici avec ses quatre frères et sœurs. Les bambins étaient récompensés de ces vacances au soleil à condition d’aider les grands-parents à faire les foins. Depuis peu, Patricia et son mari Roman (29 ans) ont acquis une résidence secondaire dans le village. Roman travaille en plaine, dans les travaux publics et l’hiver il mêle vacances et job en proposant ses services sur les pistes. Pour ses filles, le bonheur ne dépend pas de la météo. Chaque matin, elles vont ainsi avec plaisir chercher du pain chez le boulanger.

«

Aussi peu de neige, ce n’est bien sûr pas normal, mais qui apprécie les vacances normales?»

Roman Kuster, père de famille

Un château de nains

Le village ressemble à une grande famille. Réparti en trois quartiers sur tout le versant montagneux, il accueille 300 habitants et dispose de 1702 lits pour les touristes.
Les gens d’ici ont tous besoin les uns des autres et dépendent du funiculaire, car il n’y a pas de route. Avantage: aucune circulation automobile ne vient troubler la quiétude du lieu. Depuis la station de funiculaire de Braunwald, le téléphérique de Niederschlacht–Hüttenberg conduit les vacanciers sur les pistes. Dans les cabines jaunes, les autochtones du canton de Glaris côtoient Anglais ou Hollandais. Et parfois même un lama, mais nous y reviendrons…
Nous y rencontrons le pizzaiolo «Pierino» Coppola. Avec son tempérament du Sud, il est en parfaite adéquation avec cette localité de caractère. En hiver, il exploite une petite pizzeria au pied des pistes de Grotzenbüel. Ceux qui préfèrent les spécialités culinaires traditionnelles du canton s’attablent au restaurant voisin, le Chämistube. On y sert, par exemple, des pâtes au fromage des Alpes (Ziger-Höreli) accompagnées de compote de prunes.
Après la leçon de ski, les Kuster se reposent sur la terrasse ensoleillée du restaurant, histoire de reprendre des forces, car la journée n’est pas terminée. En effet, Charlene retrouve vite son énergie et danse au son de la musique diffusée dans la Plütterhütte.
Hier, la famille est partie en randonnée sur le Gumen (1901 m). Au pied de l’Eggstöcke, la via ferrata est ouverte au beau milieu de l’hiver. De là part le chemin des nains, d’ordinaire accessible l’été uniquement. Au préalable, Charlene et Lucy ont exploré le château des nains et découvert quelques stalactites. Bien sûr, ces activités ne sont pas celles que l’on pratique habituellement à cette époque. Mais qui donc apprécie la normalité en vacances? «Les filles se sont bien amusées dans le château», indique leur mère.

La trottinette: une excellente alternative à la luge.

Pas de neige? Pas de problème!

Pas de neige? Pas de problème!
Pas de neige? Pas de problème!

Aujourd’hui, place à l’improvisation! Vu les conditions exceptionnelles, la famille décide de tester le parcours de trottinette. Attention aux quelques plaques de verglas. «P’us vite papa, p’us vite!» s’écrie Lucy à l’intention de son père pour l’inciter à accélérer. Le duo l’emporte devant Charlene et sa maman.
Dans le petit canton de Glaris, le soleil continue de briller. Une météo idéale pour pique-niquer. Milo reçoit aussi sa pitance: un morceau de saucisse fumée, un petit luxe de vacances… «Notre chien engloutit tout», rigole Patricia.

La famille Kuster et leur chien Milo pique-niquent au soleil.

Directeur d’hôtel et conteur

Ce sont les hommes et les femmes vivant ici qui font la magie et le charme de la montagne. Quand la neige vient à manquer à Braunwald, les habitants rivalisent d’idées originales.
Prenez Patric Vogel (36 ans), directeur de l’hôtel Bellevue depuis cinq ans, un établissement de conte de fées, vraiment pas comme les autres. Les enfants montent dans les étages à bord d’un ascenseur qui traverse un aquarium et redescendent à toute allure en toboggan au rez-de-chaussée!
Autre attraction de cet hôtel familial: chaque matin, les enfants vont eux-mêmes chercher leur œuf pour le petit-déjeuner au poulailler de l’établissement, directement dans le nid de la poule. En outre, réserver aux familles le meilleur accueil possible incombe au directeur en personne. Tous les jours, à 18 h, c’est l’heure du conte. Patric Vogel et sa femme Lydia endossent tour à tour le rôle de conteur et les parents se laissent emporter par leurs histoires. Le directeur perpétue ainsi une tradition. Son père était en effet conteur.
Pas de neige en janvier? Cela n’inquiète guère Patric Vogel, qui a le tempérament joueur. Il y a quelques années, il pariait avec ses hôtes de début de saison qu’il y aurait de la neige et leur offrait le champagne s’il perdait. À ce petit jeu, tout le monde était gagnant!

Balade en lama

Cette saison, lorsque la dernière piste a été fermée après Noël, Patric Vogel a fait sortir ses quatre lamas de leurs quartiers d’hiver: ils ont dû renoncer à leur repos hivernal pour participer à des trekkings. Cette activité ne se pratique habituellement pas en hiver. Mais le directeur sait tirer parti de chaque situation et ne se départit jamais de son humour. La promenade estivale avec lamas a ainsi été rebaptisée Trekking sur piste de ski. Et le directeur participe à chaque excursion. «Vos lamas ne crachent pas?» lui demande Patricia. «Non, nous leur avons appris les bonnes manières!» 

Les lamas empruntent aussi le téléphérique!

Les lamas empruntent aussi le téléphérique!
Les lamas empruntent aussi le téléphérique!

Pour Lucy et Charlene, la balade avec les lamas constitue le point d’orgue de leurs vacances. Au terme de la promenade, la caravane s’engouffre le plus naturellement du monde dans le téléphérique pour rejoindre l’hôtel. La neige? Plus personne n’y pense vraiment, la journée a été si riche en émotions.

Le trekking avec des lamas constitue une alternative originale au ski de piste à Braunwald (GL).

Réinventer les stations

Manque de neige

Les hauts lieux suisses du ski sont confrontés à un défi inédit.

Le constat est implacable: la température moyenne, en Suisse, a augmenté de 1,75 degré entre 1864 et 2012 – 0,85 degré au plan mondial – selon les études les plus récentes concernant le changement climatique. Par voie de conséquence, la limite du 0 °C, en hiver, s’est élevée de quelque 300 m depuis les années 1960.
Ces informations sont contenues dans le livre Tourisme d’hiver – Le défi climatique (Éd. PPUR) du Valaisan Christophe Clivaz, professeur à l’Institut de géographie et durabilité à l’Université de Lausanne.
Dans une récente interview à 24 Heures, ce professeur plaide pour une adaptation de l’offre suisse en montagne. Selon lui, cela passe par une focalisation sur les aspects culturels et gastronomiques même s’il est bien conscient de la difficulté à trouver un produit de substitution global au ski qui, à lui seul, attire les touristes en nombre. Un créneau porteur serait le ressourcement dans des endroits sauvages, imperméables à Internet, où les clients pourraient oublier le stress quotidien.
Ce qui semble certain au scientifique, c’est que les stations helvétiques doivent se réinventer pour assurer leur survie à long terme. Leur avenir ne passe désormais plus par le ski. Et Christophe Clivaz de citer l’exemple du Monte Tamaro, au Tessin, qui a dit adieu aux sports d’hiver pour miser sur un miniparc d’attractions avec une luge d’été et une église estampillée Mario Botta, prisée des visiteurs.
L’heure est plus que jamais à la réflexion et à l’ingéniosité. DW

On skie moins à Nendaz

La dépendance de la station au ski diminue depuis déjà une dizaine d’années à Nendaz (VS), qui s’est diversifiée en conséquence, même si 75% des clients dévalent encore les pistes. Selon Emilie Lambiel, marketing manager de Nendaz Tourisme, les clients se tournent aussi vers la gastronomie à plus de 50%, la randonnée (plus de 40%), le patin à glace et le wellness (plus de 20%). DW

Vingt-six destinations suisses très familiales

Ces stations de sports d’hiver portent le label «Family Destination 2016-2018» décerné par la Fédération suisse du tourisme (FST).

1. Fiesch 11. Zermatt 21. Davos
2. Riederalp 12. Sörenberg 22. Klosters
3. Bettmeralp 13. Hasliberg 23. Pontresina
4. Blatten-Belalp 14. Engelberg 24. Zuoz
5. Bellwald 15. Ascona Locarno 25. Wildhaus-Alt St. Johann
6. Crans-Montana 16. Braunwald 26. Malbun
7. Nendaz 17. Flims Laax
8. Lenk 18. Lenzerheide
9. Grächen 19. Savognin
10. Saas-Fee 20. Arosa

Du 8 au 31 janvier, profitez d'offres exceptionnelles pour aller luger en montagne! Avec amis ou famille, amusez-vous dans la neige en prenant un bol d'air frais!

Coopération vous souhaite de belles journées luge!

Niederhorn Beatenberg Grindelwald Männlichen Sparenmoos – Zweisimmen Lauchernalp Jaun-Dorf Fräkmüntegg - Krienseregg am Pilatus  Melchsee-Frutt Rigi Stoos   Andermatt - Sedrun Sattel-Hochstuckli Chur-Brambrüesch Davos Rinerhorn Darlux - Bergün Preda - Bergün  Savognin Elm Kronberg–Jakobsbad Télé-Château-d'Œx La Fouly - Champex-Lac Nara Image Map

Plus d'info sur les journées luge
www.nendaz.ch
www.crans-montana.ch
www.myswitzerland.com
www.swisstourfed.ch

Commentaires (2)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Claudio Zemp
Photo:
Yannick Andrea
Publication:
lundi 11.01.2016, 14:30 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?