Utiliser le même verre pour le vin rouge et le vin blanc n’est pas un faux pas. C’est une question de culture.

Le choix délicat du verre à vin

Certains boivent sans problème leur vin dans des gobelets en plastique ou des verres à eau. Cependant la plupart d’entre nous apprécient un verre de qualité. Comment le choisir? L’avis d’une experte.

C’est toujours avec un plaisir non dissimulé que mon grand-père accompagnait son repas de vin rouge servi dans un grand verre à eau. Dans un grand verre à eau? Mais, ça ne se fait pas!
En principe, non. Mais à quoi ressemble le verre à vin adéquat? «Il n’y a pas vraiment de règles», explique Zita Langenstein, responsable de la formation continue chez GastroSuisse, la Fédération de l’hôtellerie et de la restauration en Suisse. Le manuel du service – la bible du métier, pour ainsi dire – le dit clairement: A chaque sorte de vin correspond un verre bien précis.

«Dans la pratique, il n’est pas toujours évident d’appliquer ce principe», constate-t-elle. En effet, cela signifierait alors que, outre les verres «classiques» destinés au vin rouge et au vin blanc, il faudrait acheter une dizaine d’autres verres et trouver un endroit pour les ranger – des verres sans pied pour le vin blanc romand aux coupes évasées pour le mousseux…
En général, on met un verre universel pour le vin rouge sur la table, et un autre plus petit et «de très bonne qualité» pour le vin blanc. On peut également ajouter un troisième verre, bien connu des entreprises qui proposent des vins de qualité: le verre pour les «grands» vins.

Le concept du verre unique pour le vin rouge, le vin blanc, voire même le vin mousseux, est un choix, selon Zita Langenstein. «Dans le cadre de notre formation de sommelier, nous sommes de plus en plus nombreux à prôner la culture du verre unique ou des deux verres.» Dès lors, son conseil pour les ménages suisses semble évident: «Il est judicieux d’investir dans un verre haut de gamme qui sera utilisé à la fois pour le vin rouge et le vin blanc, juge l’experte. Servi dans un verre en cristal, agréable en main et délicatement sonore, le vin se présente sans fausse note.»

Il n’est pas inutile non plus d’avoir un beau service de flûtes à champagne, même si bon nombre d’experts en vin leur trouvent des inconvénients, déplorant notamment un arôme court en bouche avec ce type de verre.
Pour cette raison, les sommeliers recommandent de déguster le champagne et le vin mousseux dans un verre à vin blanc. Les coupes à champagne sont peu indiquées: certes, elles apportent une note de légèreté, mais le champagne se réchauffe plus rapidement et n’est donc plus très agréable à boire. En outre, les bulles s’évanouissent très vite.

Pour ce qui est des verres à vin, Zita Langenstein recommande la prudence aux amateurs d’objets originaux: «Afin de permettre une meilleure perception de la couleur du vin, on évitera le verre de couleur ou décoré.» Il doit en outre avoir des parois fines (afin de permettre aux diverses subtilités du vin de se transmettre plus facilement aux papilles gustatives) et une tige (pour que le vin ne soit pas chauffé par la main). «Ceux qui souhaitent toutefois apporter un peu de couleur à leur table peuvent compléter le tout avec un verre à eau coloré.»
Zita Langenstein conseille aux vrais amateurs de vin d’investir un peu dans les verres: «Par ailleurs, il est important de vous faire conseiller en magasin. En effet, la qualité d’un verre a un impact direct sur la qualité du vin que l’on boit dans ce verre.»
L’assortiment de Coop City comprend des verres en cristal de qualité de la marque Spiegelau. Sur la base du bon se trouvant dans le carnet de bons, les nouveaux membres de Mondovino profitent d’un rabais de 33% sur l’assortiment des verres à vin de Coop.

www.mondovino.ch

A savoir: quelques règles de base

Clarté. Un verre à vin ne doit être ni coloré ni décoré, pour une meilleure appréciation de la couleur et du caractère du vin.

Tige. Une longue tige permet d’éviter que la main réchauffe le vin. En n’oubliant pas que plus la tige est longue, plus le verre se renversera facilement.

Stabilité. Un bon verre doit avoir un pied solide.

Finesse. Un verre trop épais altère le goût du vin.

Maniabilité. Un verre à vin doit être facile à tenir – les coupes sont réservées aux vainqueurs de compétitions.

Modération. Un verre ne doit pas être rempli à ras bord mais jusqu’au tiers environ (tout
au plus jusqu’au point où le diamètre du verre est le plus large).

Texte: Regula Bättig

Photo:
Heiner H. Schmitt / SP
Publication:
lundi 19.05.2014, 00:00 heure

Publicité