Si la confiance est présente, la marraine peut devenir la confidente de sa filleule.

Le choix du parrain et de la marraine

Relations Les devoirs des parrains et marraines sont surtout d’ordre moral. Il est important de les choisir avec soin pour le bien-être de son enfant. Décryptage et conseils.

Àla fin, il n’y a eu que des perdants et surtout la petite Chiara* (4 ans). Du jour au lendemain, ses parents ne s’aiment plus, se disputent et finissent par se séparer. Comme si cela ne suffisait pas, le couple se querelle à propos du parrain de Chiara, un ami commun, qui se retrouve au centre d’un conflit de loyauté: en compagnie de quel parent va-t-il rencontrer sa filleule? On imagine bien la suite. Le parrain ne désire prendre parti ni pour l’un ni pour l’autre et préfère battre en retraite. Au final, les parents ont non seulement perdu leur tendre moitié, mais également un ami. Et Chiara, son parrain...
Il n’y a pas de recette miracle pour éviter le naufrage, car on ne sait jamais vraiment comment les parrains et marraines assumeront leur nouveau rôle.
Il est toutefois possible de minimiser les risques. «La clé réside dans une communication ouverte», explique Barbara Wüthrich, conseillère parentale chez Pro Juventute. «C’est un rôle honorifique et toutes les parties doivent en être conscientes.» Par conséquent, elles doivent s’accorder au mieux sur leurs attentes avant d’arrêter leur décision.
Auparavant, le choix des parrains et marraines était simple, car avant tout une affaire de famille: les frères et sœurs des parents rentraient en ligne de compte. De nos jours, c’est encore un modèle courant. «Cela implique souvent de fausses attentes ou un échange de bons procédés», affirme Barbara Wüthrich. On peut en effet se sentir obligé de choisir une sœur pour marraine, l’étant déjà soi-même pour son enfant. Ce n’est pourtant pas la bonne approche, selon l’experte: «L’enfant doit être au centre des préoccupations.»
Le pater spiritualis – ou père spirituel – le concept original de l’Église en ce qui concerne les témoins du baptême ou les parrains et marraines, peut servir d’orientation. Selon le règlement de l’Église évangélique réformée, le parrain s’engage à «l’éducation chrétienne de l’enfant». Cela débute par le baptême et finit par la confirmation, conformément au droit canonique. «Ce en quoi consiste l’éducation chrétienne est sujet à une interprétation individuelle et dépend fortement des parents», explique le pasteur Patrick von Siebenthal, de l’Église réformée Berne-Jura-Soleure.
Revenons-en au cas de Chiara. Que faire lorsque le parrain et les parents ne s’entendent plus, ou que le parrain ne répond pas aux attentes des parents? L’idéal serait alors d’avoir eu une discussion ouverte lors de l’attribution de la fonction. «On peut ainsi s’en remettre à ce qui avait été dit», souligne la conseillère parentale. Plus le contexte initial est clair, meilleures sont les chances de résoudre le problème en douceur et de remplacer le parrain sans provoquer de drame, de préférence après s’être entretenu avec l’enfant, s’il est assez âgé.

La meilleure solution pour l’enfant

Le ministère du baptême tolère également les changements. Les noms des témoins restent sur le certificat de baptême, mais «le règlement ecclésiastique stipule que, dans les cas justifiés, il est permis d’y ajouter un nom», explique le pasteur.
Il en va autrement de la tutelle. Une croyance veut qu’en cas de décès des parents, l’enfant est confié au parrain ou à la marraine. Ce n’est pourtant pas le cas. «De nombreux parents règlent la question dans l’éventualité de leur dis­parition», affirme Patrick Fassbind, directeur de l’Autorité de protection de l’enfant et de l’adulte de Bâle-Ville (APEA). «Leurs souhaits sont à prendre en considération, mais pas contraignants.»
L’APEA est tenue de trouver la meilleure solution pour l’enfant. Le choix dépend de la complexité de la situation, des besoins de l’enfant, de l’âge du parrain ou de la marraine, de leur santé, de leurs compétences, de l’environnement dans lequel ils vivent et de leurs relations avec l’enfant. Parrains et marraines sont traités de la même manière qu’une famille d’accueil ou que les membres de la famille désignés dans le testament des parents.

Avec son parrain, l’enfant peut expérimenter de nouvelles activités.

Un soutien et une présence

L’envie d’assumer la fonction de parrain est primordiale. Sans celle-ci, la mauvaise conscience s’installe. En revanche, si l’on choie la relation avec ses filleuls, c’est enrichissant pour tous. S’il y a une confiance, l’enfant ne profite pas seulement d’une nouvelle source de cadeaux, mais aussi d’un soutien. Peut-être y a-t-il des sujets, pendant la puberté, dont les jeunes souhaitent plutôt parler avec leur parrain qu’avec leurs parents. Ou peut-être ont-ils besoin d’une échappatoire, à l’instar de Mireille* (12 ans) dont les parents se disputent. Sa marraine s’adresse à Pro Juventute pour demander si elle a le droit d’entreprendre une activité seule avec sa filleule. Elle ne souhaite pas trop s’immiscer, mais rester présente pour Mireille. «C’est exactement en cela que consiste le rôle de marraine: offrir un lieu de refuge exempt de tout souci et où l’enfant peut simplement rester lui-même!», conclut Barbara Wüthrich.

*Prénoms fictifs

À quoi prêter attention

Parents
• Définissez vos attentes et pensez au bien-être de votre enfant.
• Demandez-vous avec qui votre enfant s’épanouirait le plus. Un environnement différent peut être un enrichissement précieux.

Futurs parrains ou marraines
• Définissez quel genre de parrain ou marraine vous voulez être.
• Ayez conscience que vous vous engagez pour de longues années.
• Réfléchissez à ce que la fonction implique: souhaitez-vous consacrer du temps à votre filleul(e)?
• Accordez-vous le droit de refuser.

www.projuventute.ch

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Fabian Kern
Photo:
Getty Images, Alamy
Publication:
lundi 13.03.2017, 13:50 heure





Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?