Le coup de jeune du wellness

Tendance Les séjours bien-être avec approche spirituelle et nutritive montent en puissance. Et les hommes s’y mettent. Je me suis laissé dorloter à l’Hôtel des Trois Couronnes à Vevey (VD). Reportage.

En s’approchant de l’établissement veveysan qui promet tant, l’esprit se met déjà en mode relax grâce au panorama enchanteur qui s’ouvre à moi: le lac Léman avec les Alpes pour toile de fond. Leur sommet légèrement enneigé brille grâce au soleil dans un ciel d’azur.
L’accueil du troisième palace le plus ancien de Suisse, l’Hôtel des Trois Couronnes, respire le prestige. Quelques dizaines de mètres plus loin, une atmosphère de sérénité m’imprègne à l’entrée du spa.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

L’on me recommande d’effectuer un passage au sauna afin que mes pores puissent se dilater et ma peau apprécier à sa juste valeur le soin Douce évasion, destiné à évacuer le stress. Ça tombe bien! Dans une cabine privative à la lumière tamisée, nappée d’une douce et discrète musique, la masseuse aux gestes sûrs m’enduit de sable fin de Bora Bora pour un gommage, suivi d’un enveloppement au beurre de monoï… Puis on laisse reposer. L’esprit vagabonde cependant que le corps se décontracte complètement. Je sors de mes agréables rêveries pour passer à la douche avant que le bonheur ne se poursuive sous la forme d’un massage traditionnel polynésien au monoï de Tahiti, parfum fleur de tiaré.
Cette parenthèse enchantée arrachée au temps aura duré deux heures. J’enfile mon peignoir, une tasse de thé chaud m’attend en dehors de la cabine. Histoire de prendre un peu de temps pour méditer sur le bien fou procuré par ces 120 minutes de béatitude.
Sûr – même si ce n’est pas là mon objectif –, je suis dans le coup puisque le marché suisse du wellness est en nette expansion grâce ou à cause d’une vie professionnelle toujours plus trépidante, «qui nécessite des retraites bien-être désormais plus courtes, mais plus fréquentes durant l’année», constate Francine Emery, responsable produit du tour-opérateur spécialisé Destinations Santé, à Gland (VD).
Pas étonnant, dès lors, que le nombre d’installations wellness et spa dans les hôtels helvétiques ait augmenté de 46% entre 1995 et 2005, selon le site spécialisé Aquæ, observateur de ce marché, et encore de 26% entre 2006 et 2014, selon Hotellerie Suisse.

L’envol du yoga et du taï-chi

«Les séjours taï-chi – discipline corporelle chinoise de mouvements continus et circulaires qui met l’accent sur la maîtrise de la respiration pour garder une bonne santé physique, mentale et spirituelle – et le yoga – qui développe l’union et l’harmonie entre le corps, le mental et l’esprit –, parfois sous forme de stages intensifs, répondent à une réelle demande», ajoute sa collègue Mélanie Ferrari. Ces pratiques se sont démocratisées. «Même celles et ceux qui n’y ont jamais goûté n’hésitent pas à se lancer. Il faut dire qu’il n’y a pas de prérequis pour commencer le yoga ou le taï-chi», souligne Mélanie Ferrari.
Suisse Tourisme et les organes officiels de promotion de la Suisse ont su habilement jouer sur les thématiques de nature et de santé qui collent à l’image de notre pays pour y mettre le wellness en exergue. Selon un rapport de 2012 établi par Euromonitor, la marge de progression est de 20% par an environ sous nos latitudes.  
La clientèle principale est nationale (54%). En termes de classes d’âge, quelque 46% des clients ont entre 36 et 55 ans, 32% de 16 à 35 ans et 22% plus de 56 ans.

L’hôtel des Trois Couronnes

Les hommes s’y sont mis

Francine Emery relève une demande croissante pour des séjours wellness de la part des hommes: «Ils sont environ 40% actuellement et les femmes 60% parmi nos clients. L’explication réside sans doute dans le fait que, là aussi, le produit s’est démocratisé et que les hommes, de nos jours, osent davantage.»
Il y a une quinzaine d’années, c’était surtout les dames d’un certain âge qui optaient pour le wellness. «Désormais, le diktat de l’apparence, des soins toujours plus adaptés aux souhaits des messieurs, comme les programmes sport & thalasso et des soins revitalisants du visage qui leur sont dédiés, ont fait leur apparition  pour les attirer. Ce qui améliore aussi la fréquentation des établissements spécialisés», analyse Mélanie Ferrari.
Le site Aquæ note également un accroissement notable de la clientèle masculine.
À l’échelle mondiale, le marché du tourisme de bien-être a généré 480 milliards de francs de revenus en 2013, soit une progression de 12,5% par rapport à 2012, selon le site de référence Global Wellness Summit. Quant à l’industrie internationale du spa, elle est passée de 58 milliards de francs en 2007 à 91 milliards en 2013, soit un taux de croissance annuel de près de 8% et ce malgré une longue période de récession.

Les séjours de remise en forme, qui peuvent se composer d’exercices physiques, de séances de yoga et de sauna (en haut) se sont largement démocratisés auprès des messieurs.

Soins, nourriture et environnement

Pour en revenir à l’Hôtel des Trois Couronnes, c’est l’heure du repas de midi, en adéquation avec les soins. «La tendance est à une approche holistique et globale incluant, outre les traitements, une nutrition basée principalement sur des produits locaux et un environnement sains», souligne Soatiana Loucheur, responsable spa de l’établissement veveysan. Et Francine Emery de renchérir: «Le tourisme wellness écoresponsable avec des établissements ménageant la nature, situés dans des lieux propices à la détente, séduit les clients en nombre.»
Aujourd’hui, le menu bien-être du restaurant étoilé des Trois Couronnes se compose, en entrée, de calamars farcis et de poulpes grillés accompagnés de haricots coco au coulis d’herbettes. Le plat de résistance? Un saint-pierre aux champignons et fruits secs, agrémenté d’un fondant avec de la courgette. Enfin, le dessert: prunes et poires de maraîcher au gingembre confit.
Savoureux et bien présentés, les aliments contentent aussi bien les yeux que l’estomac. Je sors de table rassasié sans pour autant avoir trop mangé. Les conditions idéales pour le massage thaïlandais traditionnel de l’après-midi avec la même hôtesse que le matin. Je passe une sorte de pyjama typique de ce genre de séance. Qui peut commencer. Des pressions manuelles et quelques étirements des membres agissent sur le système énergétique. Ce traitement d’une heure (il peut être allongé d’une demi-heure) favorise le bon fonctionnement des organes, la détente musculaire, nerveuse et émotionnelle. Tout un programme! On en sort reboosté et donc paré pour une balade à l’air vivifiant des bords du Léman. Idéal pour compléter ce tableau. De maître zen, en quelque sorte.

Des séjours plus courts et plus fréquents

La saison la plus propice au wellness en Suisse est l’hiver avec un taux de fréquentation des hôtels de 56% contre 44% l’été. Source Suisse Tourisme, 2013.

Liste des 20 meilleurs hôtels wellness de Suisse chez Suisse Tourisme.
L’hôtel des Trois Couronnes

«Le yoga est un art de vivre»

Franca Vallotton, enseignante de yoga au Collège du Léman à Versoix, et à l’Espace Santé Bellevue (GE).

Franca Vallotton, enseignante de yoga au Collège du Léman à Versoix, et à l’Espace Santé Bellevue (GE).
Franca Vallotton, enseignante de yoga au Collège du Léman à Versoix, et à l’Espace Santé Bellevue (GE).

Cette science, car il s’agit d’une science, est-elle tendance?
Oui, de plus en plus de personnes sont touchées par le yoga. Elles prennent conscience qu’il existe un excellent chemin pour mieux appréhender la vie. L’été, par exemple, des séances en plein air ont lieu dans les villes, le matin ou le soir.

Le profil de vos adeptes?
Beaucoup de femmes de tous milieux et de tous âges. Dans une première phase, les participants souhaitent se détendre et mieux respirer.

Comment doit-on appréhender un premier cours?
Faire confiance, écouter, expérimenter, ressentir et, dans l’idéal, se laisser aller.

Quel est le meilleur moment pour pratiquer le yoga?
C’est égal, sauf après un repas.

Son développement actuel est-il appelé à durer?
Oui, car hormis l’effet de mode, le yoga est une discipline ancestrale que l’on intègre progressivement dans sa vie quotidienne jusqu’à ce qu’elle en fasse intégralement partie.

Ambiance de spa chez soi

Se mettre dans le bain

  • Premier point, il faut prévoir trois heures devant soi, que la salle de bains soit vôtre et que le plus grand calme règne chez vous.  
  • Ensuite, la pièce de votre retraite doit être rangée et aérée. Disposez des fleurs, un régal pour les yeux, quelques pétales de rose dans l’eau – chauffée idéalement à 37-38 °C – et des bougies sur le bord de la baignoire. Elles diffusent une lumière plus naturelle et plus chaleureuse qu’une lampe. En termes de musique, privilégiez des mélodies douces et relaxantes, voire des bruits de mer.
  • Afin que le bain soit vraiment relaxant, le coussin est un élément indispensable pour appuyer sa nuque.
  • Sortez une grande serviette et déposez-la sur le radiateur. Vous éprouverez un immense plaisir à vous en draper au sortir de l’eau.  
  • Ne reste plus qu’à entrer lentement dans votre bain. Et à en profiter au maximum.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Didier Walzer

Rédacteur

Photo:
Prisma, Getty Images, Suisse Tourisme, SP
Publication:
lundi 19.10.2015, 16:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?