Felix Wälti est très engagé dans la réalisation d’un système de transport de vélos pour Coop.

Le goût de 
la belle ouvrage

La réintégration dans le monde du travail: c’est l’objectif principal de la Vebo. La coopérative gère des ateliers de réinsertion de personnes en situation de handicap, dont celui d’Oensingen (SO). L’expérience de Felix Wälti.

Une vie passée sur les chantiers laisse des traces même sur le plus robuste des ouvriers. «Je savais bien que mes genoux étaient atteints, mais quand le médecin m’a fait sortir du circuit professionnel, le monde s’est écroulé pour moi», raconte Felix Wälti, maçon. D’un jour à l’autre, il ne savait plus comment occuper ses puissantes mains. «Tu as une famille, un petit dernier de 5 ans, des engagements… Mais plus de travail. Alors, tu te mets à broyer du noir.»

Cet homme de 58 ans n’a pourtant pas sombré dans la déprime. Il s’est battu, il a cherché une solution et a fini par la trouver – du moins provisoirement – à la Vebo.
Cette coopérative propose des formations de base et des formations continues de manière à ce que les gens puissent reprendre pied dans le monde professionnel. «Cela va d’une clarification pour l’AI à un apprentissage tout à fait normal de trois à quatre ans», précise Markus Heutschi, formateur dans la construction. «Il est important, pour nous, de faire du travail d’excellente qualité; sinon, nos employés n’auraient aucune chance sur le marché de l’emploi.»
La preuve: un praliné bio de la confiserie Vebo a reçu le Bourgeon Gourmet de Bio Suisse. «Nous formons des gens dans seize métiers, du boulanger au constructeur», s’enorgueillit Markus Heutschi.

Comme n’importe quelle entreprise, la Vebo a besoin de commandes et doit rester concurrentielle. «Nous sommes donc particulièrement fiers d’avoir pu décrocher ce mandat de système de transport des vélos chez Coop», souligne Ferdy Rölli, responsable des mesures professionnelles à la Vebo.
Le dispositif en question est un peu comme le praliné primé: un produit de haute qualité, qui a dû être développé dans son intégralité et avec lequel Coop transporte maintenant des vélos dans les camions en partance et à destination des marchés Brico + Loisirs.

«

Quand le médecin m’a fait sortir 
du circuit professionnel, 
le monde s’est écroulé pour moi»

Ce système devait être conçu de manière à ce qu’on n’ait pas besoin de dévisser les selles et les fourches, et la taille des conteneurs devait être compatible avec les palettes. Cela n’existait pas et n’existe toujours pas sur le marché. Un coup de chance pour la Vebo et pour Felix Wälti.
Ce genre de commandes correspond exactement à ce que cherche la coopérative soleuroise pour la formation: «Nous avons proposé neuf versions jusqu’à ce que Coop soit satisfaite. Nous avons eu recours à toutes sortes d’outils et de corps de métiers: du tour CNC à la meuleuse d’angle en passant par le tour automatique, et du concepteur au constructeur en passant par le dessinateur», précise Markus Heutschi.
Felix Wälti fait partie de l’équipe principale. En toute modestie, il attribue le succès à l’équipe mais sa fierté est visible: tout d’abord, parce que Coop est contente du résultat, ensuite, parce qu’il s’est découvert d’autres talents.

Une histoire qui finit bien? Pas tout à fait. Si le maçon prévoit un stage, il n’a pas encore d’emploi fixe. «Je préférerais un emploi où je peux déployer toutes mes aptitudes. Je suis polyvalent.» La Vebo continue de chercher des mandats et des places de stage pour des personnes capables de travailler et qui veulent le prouver. Ceux qui les engagent ne le regrettent généralement pas, relève le responsable des mesures professionnelles: «Souvent, l’employeur nous téléphone déjà au bout de quelques jours pour nous dire que la personne en stage ne reviendra plus, qu’il veut la garder», conclut Ferdy Rölli.

Intégration

Coop aide la Vebo en lui confiant des mandats 

L’intégration sociale des personnes en situation de handicap est inscrite dans la Constitution fédérale. L’association qui allait devenir la Vebo, une coopérative pour l’intégration des personnes handicapées, a vu le jour dans le canton de Soleure il y a cinquante ans. Aujourd’hui, plus de 1600 personnes travaillent dans les ateliers, réalisant, grâce à la diversité des secteurs de production, un chiffre d’affaires de plusieurs millions de francs. Coop soutient la Vebo depuis des années en lui confiant des mandats variés.

www.vebo.ch