1 von 4



Nissan Pulsar Visia

Opel Astra

Toyota Auris

Le juste milieu pour trois compactes

Discipline budgétaire Comparaison de trois modèles parfaitement adaptés aux besoins d’un ménage suisse moyen.

Oublions une fois le superflu pour nous concentrer sur l’essentiel. Malgré le succès indéniable des SUV, les compactes restent les voitures les plus vendues. Sans ronce de noyer, sièges massants ni contre-portes tendues de soie, mais offrant assez de place pour loger papa, maman, la bonne et moi avec armes et bagages. De même qu’une motorisation raisonnable et une conduite intuitive permettant de surveiller aussi ce qui se passe sur la banquette arrière. Dommage que les Opel Astra, Nissan Pulsar et Toyota Auris soient restées jusqu’ici dans l’ombre de la VW Golf, best-seller en Suisse.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Carrosserie

Pour une fois, je ne vais pas m’attarder sur le style. Esthétiquement, la nouvelle Astra marque des points par rapport à une Pulsar assez banale et une Auris un peu excentrique. Car si la nouvelle Opel compacte a perdu 200 kg en moyenne et 5 cm en longueur par rapport à sa devancière, elle est aussi plus fine de silhouette que ses rivales japonaises. Côté surfaces vitrées, les trois voitures en ont assez pour garantir une bonne visibilité.

Habitacle

Reste à savoir si l’air est encore respirable quand les cinq places sont occupées. De ce point de vue, c’est la Nissan qui se profile le mieux. Avec sa haute silhouette, elle offre une garde au toit généreuse et beaucoup d’espace pour les jambes, même à l’arrière. On y voyage confortablement, et le coffre modulable entre 385 et 1395 litres permet aussi d’emmener assez de bagages. L’intérieur est bien fini, mais orienté plutôt sur la fonctionnalité. Les passagers sont un peu plus serrés dans la Toyota, même si le confort des sièges reste bon.
Soit dit en passant, c’est dans l’Auris que le volume de charge est le plus généreux quand les dossiers arrière sont rabattus (1560 l). Sa planche de bord est heureusement moins extravagante que celle du modèle de génération précédente, dont le mélange des genres et la disposition bizarre des interrupteurs n’étaient pas très réussis.

Vaste équipement

Subaru n’a pas conservé non plus l’agencement intérieur un peu tristounet de la Legacy. Les surfaces sont maintenant agréables au toucher, la qualité de finition a progressé et les équipements de base sont toujours aussi généreux: airbag genoux, capteur de pluie, automatisme d’éclairage, régulateur de vitesse et dégivrage des essuie-glaces.
Le pack Swiss ajoute à cela l’aide au maintien dans la voie de circulation, la commutation codes-phares automatique, les alarmes de trafic transversal et d’angle mort, ainsi que l’accès mains libres.
De 522 litres, la capacité du coffre est modulable jusqu’à 1446 litres en rabattant les dossiers arrière à division asymétrique. Ce n’est pas le Pérou, mais il y a de quoi voir venir.

Écran tactile

Dans l’Astra, une chose frappe d’emblée: la position très haute de l’écran de navigation en améliore la visibilité. Pour le reste, je trouve la finition vraiment propre, même si Opel est soumis aux mêmes contraintes budgétaires que ses concurrents. Mais le grain et l’aspect poli des surfaces plastiques améliorent beaucoup la qualité perçue. C’est surtout à l’arrière que l’espace gagné par rapport à l’ancienne Astra se remarque.
Et, en dépit de la ligne aplatie du pavillon, la garde au toit reste suffisante. Les trois voitures proposent un écran tactile et l’intégration du smartphone à partir d’un certain niveau de gamme. Même remarque pour les systèmes d’assistance. 

Motorisations

Les moteurs turbo de petite cylindrée ont actuellement le vent en poupe dans le segment des compactes. Celui de Toyota est un quatre cylindres dernier cri, alors qu’Opel et Nissan ont opté pour des trois cylindres. Tous ont du tempérament à hauts régimes, mais au prix d’une consommation plus élevée qu’annoncé. La Nissan tolère cependant bien les bas régimes et ne dépasse parfois le chiffre officiel que de peu.

Bilan

Alors, êtes-vous prêts à faire un achat raisonnable? Si tel est le cas, la Nissan Pulsar prend l’avantage en termes de rapport prix/prestations. L’Opel Astra génère davantage le coup de cœur par sa finition plus accrocheuse. Malgré son excellent moteur, la Toyota Auris se pose en lanterne rouge. Elle ne coûte en effet que 100 fr. de moins qu’une VW Golf à moteur trois cylindres de 115 ch.

Nissan Pulsar Visia

Moteur et transmission
3 cylindres essence,
1,2 litre, 85 kW/115 ch,
boîte 6 vitesses manuelle,
traction avant

Consommation et CO2
5,0 l/100 km, CO2 117 g/km, Euro 6, étiquette énergie C

Prix
dès 19 290 francs

Habitabilité *****
Confort ****
Coût/utilité *****

Site officiel de la Nissan Pulsar

Opel Astra

Moteur et transmission
3 cylindres essence,
1,0 litre, 77 kW/105 ch,
boîte 5 vitesses
manuelle, traction avant

Consommation et CO2
4,3 l/100 km, CO2 99 g/km, Euro 6, étiquette énergie A

Prix
dès 21 900 francs

Habitabilité ****
Confort ****
Coût/utilité ****

La nouvelle Opel Astra remporte le «Volant d'or 2015»

Toyota Auris

Moteur et transmission
4 cylindres essence, 1,2 litre,
85 kW/116 ch,
boîte 6 vitesses manuelle,
traction avant

Consommation et CO2
4,8 l/100 km, CO2 112 g/km,
Euro 6, étiquette énergie B

Prix
dès 25 700 francs

Habitabilité ****
Confort ****
Coût/utilité ***

Essai de la Toyota Auris

Anne Carrard, comédienne-animatrice

Anne Carrard, comédienne-animatrice
Anne Carrard, comédienne-animatrice

Premiers flocons

Ça y est, les premiers flocons arrivent et, déjà, pour certains automobilistes, c’est la panique. Pourtant, chaque année, il y a forcément un premier jour de neige, qui, tous les ans, ressemble à un joyeux bazar tombé de nulle part! Comme si d’une année à l’autre, nous l’avions effacé de nos mémoires. Hop, il est sorti de nos têtes! Nous voilà donc surpris, étonnés, émerveillés et surtout complètement dépassés. Que ce soit en novembre ou en décembre, c’est toujours la même pagaille. Il y a ceux qui n’ont pas eu le temps de mettre les pneus d’hiver (en un an), il y a ceux qui ne savent toujours pas freiner sur la neige (mais qui ont un permis) et ceux qui perdent le contrôle de leur véhicule à la simple vue d’un flocon!
Alors, d’une année à l’autre, que faire pour éviter ce chaos? Rien! Attendre l’année suivante en oubliant celle-ci et se dire que ça finira bien par rentrer un jour dans nos têtes, à moins que le réchauffement climatique ne vienne à la rescousse de nos amnésies chroniques!

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Andreas Faust
Photo:
SP
Publication:
lundi 30.11.2015, 14:50 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?