De production facile, le chardonnay se retrouve presque partout dans le monde.

Le retour d’un grand vin

Chardonnay En débouchant une bouteille de chardonnay venue d’outre-mer dans les années 1990, on savait à quoi s’attendre. Une situation qui a, fort heureusement, bien évolué depuis.

À en croire certains, le chardonnay serait un vin pour les novices. Ou pour les protagonistes de films à la Bridget Jones, qui noient leur crise existentielle dans des litres de glace et de chardonnay. Qu’est-ce qui cloche alors avec ce fameux chardonnay? Pourquoi ce vin, considéré comme l’un des meilleurs vins blancs par les connaisseurs, souffre-t-il d’une telle réputation?

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Pas plus tard que dans les années 1970, ce cépage originaire d’Asie mineure était surtout cultivé en Bourgogne et en Champagne. Les sols calcaires et le climat plus frais de ces régions conféraient au vin une note minérale et une acidité fruitée. Qualité typique du chardonnay sec: son arôme qui évoque les agrumes, la pomme et les noix.

Opulence californienne

Pendant longtemps, aucun vin ne venait égaler le cépage blanc de Bourgogne. C’était sans compter sur l’arrivée des viticulteurs californiens dans les années 1980. En effet, ceux-ci tentaient depuis longtemps d’imiter les Français – non sans succès d’ailleurs. Au fil des ans, ils ont développé leur propre style, récoltant les raisins plus tardivement et produisant le vin dans des fûts de chêne. S’y est ajoutée la fermentation dite malolactique: on réduit la quantité d’acide malique au moyen de bactéries et de levures. Résultat: des crus opulents, dont la teneur en alcool dépasse volontiers les 14%. Leur caractéristique: des arômes de bois, de caramel et de vanille.
Ce vin a rencontré un succès tel que son style a été maintes fois repris. Durant un certain temps, les chardonnays d’outre-mer avaient tous ce même goût tendre, gourmand et vanillé, effaçant quasiment les pétillantes notes fruitées d’antan.

S.V.P., pas de chardonnay!

Dans les années 1990, cette vague de popularité a donné lieu au mouvement Anything but chardonnay (tout sauf du chardonnay). Les amateurs de vin rêvaient de diversité, de vins blancs plus légers et fruités. Et leur vœu a été exaucé.
Aujourd’hui, des pays tels que les États-Unis et l’Australie produisent une gamme de chardonnays aux solides notes de fruits, alliées à une légère acidité.
Jan Schwarzenbach, œnologue chez Coop, confirme les changements considérables qui ont marqué la dernière décennie: «On produit à nouveau des vins plus fins, également sans fermentation malolactique.»
La cuvée 2013 du Château Tanunda, venu de la vallée Barossa et célébrant le 125e anniversaire de la tradition viticole australienne, en est la parfaite illustration. «Un vin très croquant, bien que produit dans des fûts en bois», selon notre œnologue.
Désormais, les viticulteurs du monde entier emploient des techniques tellement variées qu’il y en a pour tous les goûts et tous les plats…

Barriques en bois et autres contenants

Les meilleurs vins secs du monde sont nombreux à être élevés dans des barriques de bois: cette idée est bien ancrée dans l’esprit des amateurs. Les cuves avec revêtement intérieur en chêne et autres contenants utilisés pour le vieillissement du vin ont mauvaise réputation; on les considère souvent comme un pis-aller. Bien que mal aimés, ces contenants ont un incontestable avantage par rapport à la version originale. En effet, ils confèrent aux vins leurs arômes boisés si prisés tout en maintenant les coûts de production à un niveau bien moindre. Une petite barrique de bois peut coûter jusqu’à 1000 fr. alors que les autres contenants sont bien moins chers. Les barriques de bois demandent aussi davantage de travail en cave. Les alternatives aux traditionnelles barriques de bois sont dès lors parfaitement adaptées pour les crus proposés à un prix inférieur à 10 fr. Jan Schwarzenbach, œnologue

Assez pétaradant

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Ce vin d’été, paré d’une robe jaune pâle teintée de vert, offre un parfum marqué de notes de citron vert et de fleurs des vergers. En bouche, une belle vivacité s’élève en crescendo, enveloppée d’une sensation grasse avec en finale une impression de fruité intense qui rappelle les groseilles. Ce cru californien est assez pétaradant, il sera idéal servi avec toutes les déclinaisons possibles de recettes à base de saumon. À Napa Valley, le domaine Beringer est une attraction. Les visiteurs viennent admirer le manoir de la propriété qui est une magnifique bâtisse classée monument historique, ainsi que la cave fondée en 1876 par deux Allemands, les frère Jacob et Frederick Beringer qui ont fait creuser dans la roche de profonds tunnels pour y vieillir leurs vins.

Sauvignon Blanc California Beringer Founders’ Estate 2013

Prix: 15 fr. 95/75 cl
Origine: États-Unis
Région: Californie
Cépage: sauvignon blanc
Maturité: 2 à 3 ans après récolte
Disponible: dans les grands points de vente ou sur:
www.coopathome.ch

.

www.mondovino.ch
Nicole Hättenschwiler
Photo:
Prisma, SP
Publication:
lundi 17.08.2015, 13:50 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours

Retrouvez toutes nos recettes