Ce tapis (2,7 × 2 mètres) est le plus cher du monde. Il a été adjugé aux enchères pour 33,8 millions de dollars chez Sotheby’s.

Le tapis fait son retour en force

Intérieur Tissé ou noué, le tapis revient en force dans nos maisons, et rehausse les pièces d’une touche déco. Il y en a pour tous les goûts, toutes les couleurs et toutes les matières!

Du jamais vu: lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s à New York en 2013, un tapis a été attribué pour 33,8 millions de dollars US. II s’agit d’un tapis Kerman (persan) datant du début du XVIIe siècle. C’est dire si un tapis peut parfois être un investissement rentable! Mais cela ne devrait pas être votre premier motif d’achat, selon Claudia Meier, directrice de la société Hemag Orientteppichimport AG. «Investir dans un tapis, c’est toujours une bonne affaire; en effet, un tapis crée une atmosphère agréable et douillette dans la maison.»
Claudia Meier voue une véritable passion aux tapis d’Orient, qui la subjuguent par la variété de leurs couleurs, de leurs formes, de leurs modes de fabrication et de leurs motifs: «Les tapis noués à la main racontent de vraies histoires, avec leurs différents symboles. Ils portent la marque de ceux qui les ont réalisés; ils ont une âme.»
La spécialiste note une augmentation des ventes et constate aussi que les clients choisissent de plus en plus souvent des modèles haut de gamme en laine avec une forte densité de nœuds.

Il donne le ton de la pièce

Noué à la main, tissé ou industriel, uni ou rehaussé de motifs, à longues mèches ou à poils ras, le tapis (re)devient le nouvel objet tendance de la maison. Il n’a plus comme fonction première de protéger le sol ou de conserver la chaleur. Non. En fonction de son design, de sa couleur, de sa forme et de sa taille, le tapis donne le ton de la pièce. Un exemplaire en fibres naturelles est en outre un excellent régulateur d’humidité et un très bon élément insonorisant. Une étude de la Fédération allemande Asthme et Allergies (DAAB) a révélé que les pièces couvertes de moquette ou de tapis présentent une plus faible concentration de fines particules de poussière – et donc une meilleure qualité de l’air – que les pièces dont le sol est lisse et nu.

«

Prenez le temps de choisir votre tapis»

Claudia Meier, directrice de Hemag Orientteppichimport AG

Accessible pour toutes les bourses

Les tapis faits main sont plus chers que les industriels, les noués plus complexes à fabriquer que les tissés, et les modèles en soie ont davantage de valeur que ceux en laine ou en fibres synthétiques. Pour la directrice du magasin d’importation, l’acquisition d’un tapis ne s’effectue pas à la légère. «Prenez le temps de comparer les prix, la qualité, les matériaux employés et lisez bien le descriptif!»
Claudia Meier conseille encore de ne pas hésiter à demander aux vendeurs les recommandations d’utilisation et obtenir tous les détails. Il faut en effet que le matériau du tapis soit adapté à l’endroit où vous le destinez.
Si vous avez prévu de le placer sous la table de la salle à manger, où tomberont des miettes et où les pieds de chaises et chaussures le mettront à rude épreuve, mieux vaut choisir un modèle résistant et d’entretien facile, à mèches denses et courtes. Au salon, par contre, vous pouvez opter pour un tapis à longues mèches qui répandra une atmosphère de confort douillet.
«Un tapis shaggy à mèches ultra-longues attire irrésistiblement le regard», indique la spécialiste, qui conseille des modèles colorés ou des motifs rigolos pour les chambres d’enfants. «Surtout, vérifiez que le modèle soit conforme à la norme Oeko-Tex Standard 100.»
La taille aussi est importante. Un petit tapis dans une pièce immense n’a aucun intérêt. «Près des 70% des tapis achetés s’avèrent en fait trop petits pour la pièce où l’on veut les placer. Il suffit de poser des journaux à l’emplacement du futur tapis pour déterminer les dimensions idéales.»

Tapis patchwork vintage noué à la main avec 68 000 nœuds/m², disponible chez Toptip.

De l’audace et du style

En matière d’esthétique, tout est permis. Attention toutefois, le tapis ne doit pas entrer en concurrence visuelle avec les meubles. Il faut l’assortir aux éléments de la pièce.
Un tapis oriental donne une touche de mystère à un ameublement classique ou rehausse chaleureusement un intérieur moderne où dominent le verre, le béton et les meubles design. Les modèles patchwork ou vintage se combinent à la perfection avec le mobilier et créent des effets de contrastes saisissants.
Sensibles au développement durable, les consommateurs d’aujourd’hui se tournent vers les produits équitables, «une évolution tout à fait réjouissante», pour Claudia Meier, dont la société fait partie des membres fondateurs de Care & Fair. Cette organisation professionnelle lutte pour améliorer les conditions de travail et les salaires dans les pays fabriquant les tapis.

Tapis indien multicolore noué à la main disponible chez Toptip.

Prenez-en bien soin

Pour conserver longtemps votre tapis, certaines précautions d’entretien sont à respecter. Les tapis en laine naturelle et les tapis d’Orient en particulier requièrent des soins minutieux.

  • Passez régulièrement l’aspirateur, mais pas plus de deux fois par semaine. Passez-le toujours dans le sens des mèches, car les mouvements de torsion abîment la surface du tapis.
  • Éliminez les taches collées avec le dos d’un couteau.
  • Pour les liquides renversés, tamponnez la surface du tapis avec du papier absorbant. Ne frottez pas! Brossez ensuite délicatement la surface encore humide dans le sens des mèches. Pour finir, ôtez la tache à l’eau tiède et attendez que le tapis soit parfaitement sec avant de le piétiner à nouveau.
  • Si les taches résistent, confiez votre tapis à une entreprise spécialisée. Évitez la shampouineuse car les fibres mouillées sont plus cassantes et le séchage complet du tapis est rendu plus difficile.

Tapis fait main

La densité des nœuds est un critère de qualité décisif. Mais une grande quantité de nœuds ne fait pas à elle seule la qualité d’un tapis. Dans diverses régions du monde, on confectionne des modèles à moindre densité de nœuds mais avec des mèches à quatre brins, ce qui confère au final la même densité de surface au tapis. La finesse d’un tapis est déterminée par sa densité de nouage, laquelle se divise en plusieurs catégories. Un tapis de 450 000 nœuds au mètre carré est un tapis d’une extrême finesse. Le nouage d’un tapis de ce type de 2 mètres sur 3 peut alors durer plusieurs mois.

Attention!

Se prendre les pieds dans le tapis et tomber est un accident ménager extrêmement fréquent. Il existe une méthode simple et économique pour éviter que vos tapis glissent ou « rebiquent »: placez dessous une natte antidérapante.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Yvonne Fertsch

.

Photo:
Sotheby’s, Christoph Kaminski
Publication:
lundi 02.02.2015, 14:20 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?