Rolf et Marielle Loosli enlèvent les mauvaises herbes parmi les plantes de pois mangetout. «Nous n’appliquons aucun traitement, nos légumineuses poussent le plus naturellement possible.»

Légumineuses: petites graines, grands bienfaits

Pro Specie Rara Sans l’engagement de passionnés, certaines légumineuses pourraient disparaître. Un exemple de préservation à Fribourg.

Les légumineuses (haricots, lentilles, pois chiches, etc.) sont riches en éléments nutritifs et bonnes pour la santé. Économiquement accessibles, elles contribuent à la sécurité alimentaire. De plus, elles favorisent une agriculture durable et la biodiversité. C’est, en résumé, le message clé de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui a décrété que 2016 serait l’année internationale des légumineuses.
Autre qualité, et non des moindres: les légumineuses sont faciles à cultiver. Ce que confirment Marielle et Rolf Loosli. «Il faut juste veiller à respecter les distances nécessaires entre chaque espèce pour éviter qu’elles ne se croisent. Ce qui entraînerait la perte de variétés», explique Rolf Loosli. Autre astuce de jardinier: la rotation. «Nous ne plantons jamais deux années de suite des légumineuses au même endroit.»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

«Banque» de semences

Dans un quartier tranquille de Fribourg, le couple dispose d’un jardin de 400 m2 entourant leur maison. Le potager y occupe 50 m2. Sur cette surface relativement modeste, les Loosli réussissent le tour de force de cultiver quarante espèces de végétaux Pro Specie Rara (du nom de la fondation qui s’engage pour préserver les races d’animaux de rente et de plantes de cultures menacées d’extinction), dont huit de légumineuses. À savoir, trois sortes de pois: le pois mangetout, le suprême de Laxton et le roi des conserves; trois sortes de haricots à rames et deux sortes de haricots nains. De quoi passer l’année sans soucis alimentaires! «Nous en consommons bien entendu une partie, notamment deux sortes de haricots que nous ne cultivons que pour nous. Sinon, chaque année ou tous les deux ans, nous envoyons à Pro Specie Rara quelques sachets de graines de chacune des six autres espèces», indique Rolf Loosli.
Comme quelque 450 autres cultivateurs de variétés et distributeurs privés en Suisse, le couple fribourgeois contribue ainsi à remettre continuellement à jour la «banque» de semences de la fondation. C’est comme une grande bibliothèque où des graines ont pris la place des livres. À la différence que les graines doivent être régulièrement renouvelées.

Patrimoine à sauvegarder

C’est depuis 2005 que les Loosli cultivent des légumes et des légumineuses pour Pro Specie Rara. Outre les portions de graines qu’ils retournent à la fondation, ils sont habilités à en fournir à d’autres membres. «Nous sommes répertoriés dans un catalogue qui recense toutes les espèces et les coordonnées des distributeurs privés, précise Marielle Loosli. Les commandes se font généralement par e-mail – ce qui permet des échanges – et Pro Specie Rara nous défraie pour nos frais d’envoi.»
Le plaisir de partager leur passion avec d’autres mem- bres et de contribuer à sauvegarder un pan de patrimoine ont motivé le couple. «En outre, certaines de ces plantes sont très belles quand elles sont en fleurs. Et les légumineuses constituent une alternative très intéressante à la viande», ajoute Marielle Loosli.

De l’intérêt?

Voulez-vous vous aussi devenir cultivateur de variétés et distributeur privé pour Pro Specie Rara? Allez sur: www.prospecierara.ch

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/138
Toutes les paroles aux actes
Jean Pinesi

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo
Publication:
lundi 23.05.2016, 13:30 heure

Retrouvez toutes nos recettes