Frédéric Blanck (à gauche) et son cousin Philippe ont les yeux qui brillent lorsqu’ils se rendent dans la cave où sont entreposées les bouteilles de riesling, cépage roi du vignoble alsacien.

Les Blanck, vignerons alsaciens de père en fils

Depuis plusieurs siècles, les membres de la famille Blanck travaillent dans l’univers du vin et exercent leur métier comme un sacerdoce. Une petite visite à Kientzheim suffit à s’en convaincre.  

Quand on demande à Frédéric Blanck quel est son vin préféré, la réponse ne se fait guère attendre: «Le riesling, le riesling et encore le riesling!» Une réponse évidente, en fait, quand on sait que ce viticulteur de 50 ans produit chaque année quelque 60 000 litres de ce vin avec son cousin Philippe.
«C’est guidé par l’amour des choses qu’on les fait bien»: telle est la devise de notre producteur, grand amateur de vin blanc. Mais l’expérience contribue aussi au savoir-faire, la famille Blanck travaillant la vigne depuis plusieurs centaines d’années.

Le riesling est exigeant

En Alsace, le riesling partage la vedette avec le gewurztraminer. «L’été dernier a été trop chaud et trop sec et la récolte en gewurztraminer a été assez restreinte», rappelle Frédéric Blanck. Seules 30 000 bouteilles ont donc rejoint le circuit de commercialisation.
De manière générale, le gewurztraminer est moins exigeant que le riesling, «un cépage compliqué qui n’aime pas la chaleur et dont les ceps ne poussent bien que sur les sols caillouteux». D’après le viticulteur, l’utilisation de désherbants empêcherait les racines de s’ancrer profondément dans le sol, ce qui nuit aux qualités gustatives du raisin. «C’est pourquoi, depuis 1990, nous avons totalement renoncé à la chimie. Nous éradiquons nous-mêmes les mauvaises herbes, allant en cela à l’encontre des méthodes de nos pères respectifs.»

S’ancrer dans la terre

Respecter les principes de l’agriculture biologique n’est donc pas synonyme de marche arrière, mais plutôt un véritable progrès. «Nous travaillons dans les vignes comme nos grands-pères. Seulement, au lieu des chevaux, nous utilisons un tracteur et un rotavator.» Il peut bien sûr arriver que les racines superficielles des ceps de riesling soient abîmées par les engins de travail du sol, mais elles peuvent désormais plonger plus profondément dans la terre et développer davantage d’acides et de minéraux.

Une deuxième passion

Dans sa vie, Frédéric Blanck n’a qu’une passion: produire des vins haut de gamme que l’on retrouve sur la carte des meilleurs restaurants. Mais même le plus ardent vigneron a besoin de se changer les idées de temps en temps et de prendre du recul. «C’est sur ma moto que j’y arrive le mieux. Après un week-end sur les circuits, je ne sais parfois même plus comment je m’appelle», dit en riant ce père de deux filles de 14 et 27 ans et d’un fils de 24 ans, qui a lui aussi embrassé la carrière d’œnologue, mais en Australie.

Au bout du monde

«Lucas, qui nous a aidés dans les vignes l’année dernière, a trouvé dans ce pays tout ce qu’il lui fallait pour être heureux: un travail, une compagne et le soleil!» On peut dès lors comprendre que les paysages hivernaux de la route des vins d’Alsace n’exercent plus le même attrait sur le jeune homme. C’est donc son père qui entreprendra le voyage en Australie: «En février, je pars deux semaines au bout du monde. Je participerai pendant trois jours à une course de moto et passerai le reste de mes vacances à déguster les vins du pays. Je me réjouis!» s’enthousiasme le quinquagénaire en se frottant les mains, rendues calleuses par le travail.
Dans l’hémisphère Sud, Frédéric Blanck fera assurément de sublimes découvertes, mais une chose semble définitivement acquise: il restera fidèle à son vin préféré.

Domaine Paul Blanck & Fils

Alsace AOC Riesling Blanck, 2013

Une robe claire, avec des arômes intenses d’abricot, de pêche, de pomme et de coing, des notes fleuries de rose et de subtils effluves de miel. Au palais, on retrouve l’acidité typique du riesling. Ce vin très aromatique accompagne à merveille les poissons ou les fruits de mer.   
14 fr. 95/75 cl

Alsace AOC Gewurztraminer Blanck, 2013

Une robe jaune paille aux reflets tirant sur le vert.
Un bouquet intense de rose et de gingembre. Concentré, mais ample en bouche, ce vin au tempérament équilibré se distingue par ses arômes puissants et longs. Il est idéal avec les poissons ou les plats asiatiques.
17 fr. 95/75 cl

.

Bel assemblage de la Rioja

L'experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Ce cru espagnol est issu d’une culture biologique, située dans la majestueuse région viticole de la Rioja qui s’étend sur environ 56 000 hectares. C’est un assemblage des variétés typiques de l’endroit, le tempranillo et le grenache. Après une fermentation classique, ce vin séjourne durant douze mois en barriques de chênes français et américains. À la suite de cette période d’élevage, il sera mis en bouteilles et patientera encore deux ans en cave avant d’être mis sur le marché, pour répondre aux exigences de l’appellation «Reserva». En voilà un beau spécimen, très épanoui au bouquet, avec des flaveurs d’épices douces, une bouche charnue au fruité charmeur et aux tannins souples. Un vin de plaisir que l’on dégustera volontiers avec un bout de manchego, une paella, ou avec toute une ribambelle de tapas plus sympathiques les uns que les autres.

Rioja DOCa Señorio de Arriezu Reserva Naturaplan Bio 2009

Prix: 14 fr. 95/75 cl
Région: Espagne, Rioja
Cépage: grenache, tempranillo
Maturité: 2015-2017
Disponible: dans les grands points de vente ou sur: www.coopathome.ch

.
.

www.coopathome.ch
Plus dʼinfos sur le vin sur www.mondovino.ch
Nadine Bauer
Photo:
Heiner H. Schmitt, Olivier Maire
Publication:
lundi 05.01.2015, 13:40 heure

Retrouvez toutes nos recettes