1 von 14


Difficile à observer, la musaraigne aquatique est un sous-marin vivant. ©Natureinstock/Zvoznikov

Des terrains de chasse peu connus… ©Prisma/Dalton

Elle aime rester près de l'eau. © Shutterstock / Erni

Sa survie dépend de la qualité de l'eau. © Terry Whittaker

La queue rigide, le doigt mobile, la langue munie de crochets et la morphologie du corps permettent au pic épeiche de vivre sur les troncs. © Stefan Wassmer

La mythologie, qui désigne la salamandre tachetée comme l’être lié à l’un des quatre éléments fondamentaux, l’élément Feu. © DGHT/Kwet

Le Centre de coordination pour la protection des amphibiens et des reptiles de Suisse (karch) gère et actualise la banque de données faunistiques nationale. © DGHT/Nöllert

La forêt constitue l’habitat typique de la salamandre tachetée, avec une préférence pour les boisements humides, où les cachettes sont plus favorables. © DGHT/Nöllert

Elle vit jusqu'à 20 ans en liberté. Et on connaît des animaux captifs vieux de plus de 50 ans. © DGHT/Trapp

De futurs ombres communs. © Michel Roggo

L'ombre est curieux, sociable et pas du tout farouche. © Michel Roggo

Il fait partie des poissons les plus colorés d'Europes © Michel Roggo

Allacma fusca est l'une des 8000 espèces de collemboles. Il mesure jusqu'à 4 mm. © Andreas Stark

Les collemboles sont très abondants dans les sols. Ils contribuent à la régulation des bactéries et des champignons. © Andreas Stark

Les animaux de l'année 2016

Écologie Ambassadeurs d’une nature intacte, ils ont été élus pour être sous les feux de la rampe en 2016.

Menacées ou méconnues, à poils, à plumes ou à écailles, de plus en plus d’espèces sont mises en évidence, afin de sensibiliser le grand public et les politiques à leur cause. Pro Natura a été la première organisation à décerner le titre d’animal de l’année. C’était il y a 19 ans, avec le castor. Depuis, d’autres ont suivi. Ce type de campagne a du succès dans les médias et auprès de la population. «Les retombées sont toujours très bonnes», confirme Nicolas Wüthrich, son responsable de l’information. Il relativise en disant que mettre en avant temporairement une espèce menacée ne suffit pas à inverser une tendance négative. «Mais à force de parler des milieux les plus menacés avec des animaux qui y vivent, comme des rivières cette année, nous obtenons des progrès encourageants.»

Animal de l'année: la musaraigne aquatique

Vous ne rêvez pas, cette musaraigne est une championne sous-marine! Si elle vit au bord de l’eau, elle plonge et nage en vue de chasser ses proies. La forme spéciale de ses poils permet d’emmagasiner de l’air, gage d’imperméabilité. Par sa morsure venimeuse, elle paralyse larves d’insectes, mollusques ou microcrustacés. Son efficacité est indispensable: elle mange chaque jour l’équivalent de son poids, entre 10 et 20 grammes, ce qui l’occupe à temps complet… Espèce menacée en Suisse, la musaraigne aquatique est l’animal de l’année de Pro Natura. Ce petit mammifère doit sa survie à une eau non polluée et bien oxygénée: l’organisation appelle donc à une meilleure protection des cours d’eau.

Oiseau de l'année: le pic épeiche

En balade, avez-vous déjà vu un tronc ou une grosse branche d’arbre marqués de multiples trous? Avez-vous déjà découvert un endroit jonché d’écailles de pommes de pin? Le pic épeiche en est sûrement l’auteur. Il coince des pives dans la fente des arbres pour en consommer les graines. Roi en matière de travail sur bois, cet oiseau y trouve sa nourriture, capture des larves, aspire la sève, mais pas seulement: il y creuse aussi des cavités pour y élever ses jeunes. Sa survie dépend des vieux arbres et du bois mort. Afin que cette espèce reste fréquente, BirdLife Suisse plaide en faveur du maintien des grands et vieux arbres dans les quartiers, en milieu agricole ainsi qu’en forêt.

Amphibien de l'année: la salamandre tachetée

On la reconnaît à sa peau luisante noire et jaune. Désignée amphibien de l’année par un conseil d’experts de Suisse et d’Autriche, la salamandre tachetée est la grande espèce de sa famille, avec ses quelque 20 cm et sa cinquantaine de grammes. Selon les régions de Suisse, on en trouve deux sous-espèces. Surtout nocturne, dépendante de l’humidité, elle vit en forêt. On la rencontre aussi dans les zones construites, à condition qu’elle y trouve un cours d’eau frais et sain en vue d’y déposer ses larves et des abris afin de se protéger et d’hiverner. Même si elle est répandue au Tessin, elle est considérée comme espèce menacée dans notre pays.

Poisson de l'année: l’ombre commun

Il vit en bancs, dans les fleuves, rivières, ainsi que dans certains lacs de montagne. Mais l’ombre commun, élu poisson de l’année par la Fédération Suisse de Pêche (FSP), a de grandes difficultés pour se reproduire. Pourquoi est-il de moins en moins abondant en Suisse? La faute à l’homme, qui artificialise les cours d’eau, aux harles bièvres et cormorans, grands prédateurs, et au climat, qui conduit au réchauffement des eaux. La FSP vole au secours de ce poisson, qu’elle considère comme un ambassadeur des habitats aquatiques naturels et intacts. Elle invite les politiques à tout faire pour favoriser sa conservation.

Insecte de l'année: un grand collembole

Les collemboles jouent un rôle majeur dans la qualité des sols, en participant à la décomposition de la matière organique. Parmi 8000 espèces connues, il y a Allacma fusca. Mesurant jusqu’à 4 mm, c’est un grand spécimen. À l’arrière du corps, il possède une «fourche» qui lui sert d’organe de saut. Il saute à 50 cm du sol, soit plus de 100 fois sa taille! Séduit par son allure, un conseil d’experts de Suisse alémanique, d’Allemagne et d’Autriche l’a désigné insecte de l’année. Il vit en forêt et se nourrit surtout de pollen et d’algues. Les collemboles sont très abondants dans les sols, avec jusqu'à 200 000 individus par mètre carré. Ils contribuent à la régulation des bactéries et des champignons.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Natureinstock/Zvoznikov
Publication:
lundi 15.02.2016, 16:01 heure



Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?