Le train Kambly, inauguré à l’occasion des 100 ans de la marque, en 2010, et qui relie Berne à Lucerne, s’arrête plusieurs fois par jour juste devant l’entreprise.

Les délices dans la vallée

Biscuits Kambly. A Trubschachen (BE), dans l’Emmental, Kambly fabrique des biscuits appréciés en Suisse et dans le monde entier. En cent trois ans, des dizaines de nouveaux produits sont venus régulièrement s’ajouter au célèbre Bretzeli. Visite d’une marque mythique.

Le Bretzeli est encore aujourd’hui le produit phare de la marque Kambly.

Le Bretzeli est encore aujourd’hui le produit phare de la marque Kambly.
Le Bretzeli est encore aujourd’hui le produit phare de la marque Kambly.

Le paysage ondule en de douces collines recouvertes de pâturages et de forêts. Avec ses fermes typiques aux énormes toitures, ses chalets aux fenêtres décorées de géraniums, ce coin d’Emmental ne déparerait pas dans un calendrier des paysages de Suisse. Niché au fond de la vallée, le village de Trubschachen fait l’effet d’un bijou dans cet écrin de verdure. Un peu moins bucolique, la fabrique de biscuits Kambly, dont l’imposante structure moderne s’étire le long de la voie ferrée qui relie Berne à Lucerne, s’est donné comme mission de traduire en délices de la confiserie fine ce que cette nature généreuse offre dans toute son authenticité.
«L’au-then-ti-ci-té» scande Oscar A. Kambly, le patron de l’entreprise du même nom, en insistant sur chaque syllabe. «Dans ce monde globalisé où tout est accessible, les choses deviennent interchangeables, du standard de masse, continue-t-il. Les gens ont de plus en plus le besoin et le désir du vrai, du naturel, de l’authentique. Dès le début, mon grand-père avait une vision: la qualité sans compromis. Il voulait créer le meilleur biscuit imaginable.»

Trois générations de Kambly (de g. à dr.) et la durée de leur «règne»: Oscar R. Kambly (1910 – 1953), Oscar A. Kambly (1983 – à aujourd’hui), Oscar J. Kambly (1953 – 1983).

Evoquer ce grand-père visionnaire, c’est lever le voile sur une histoire d’amour. Celui qui avait poussé le jeune Oscar R. Kambly (déjà un Oscar! Ils seront trois à ce jour), originaire de Kandergrund, dans l’Oberland bernois, à s’établir dans le village de la jeune fille qu’il avait connue à l’école de commerce de La Neuveville (BE) et dont il était tombé amoureux.
Boulanger-pâtissier-confiseur, il avait eu l’idée – que l’avenir confirmera comme géniale – de se concentrer sur la confection d’un seul produit: le Bretzeli de l’Emmental, qu’il cuisait au feu de bois selon une recette qu’il tenait de sa grand-mère. Le succès a été immédiat. En 1910, il posait la première pierre de ce qui allait devenir l’entreprise leader en Suisse de la fabrication de biscuits ainsi que la marque la plus connue et la plus appréciée dans ce domaine.

Le chef de production André Distel surveille – visiblement avec plaisir! – la qualité.

Cent trois ans plus tard, la recette et le goût du Bretzeli n’ont pas changé. Comme les valeurs que continue d’entretenir Kambly jusqu’à en faire une culture d’entreprise: une qualité irréprochable, l’authenticité, la fiabilité, le respect de la nature et de l’environnement.
En Suisse, Kambly est le fabricant au plus grand chiffre d’affaires et le premier exportateur de
biscuits. A l’étranger, notamment en France, la marque est leader dans le segment haut de gamme de la biscuiterie fine. «Au niveau international, nous sommes un David face aux Goliath que sont les multinationales, explique Oscar Kambly III. Mais qu’est-ce qui fait vaincre David? Eh bien ce sont la qualité, l’innovation, la flexibilité, la vigilance et la vitesse.»
Une des particularités de l’entreprise emmentaloise est d’acheter plus de 80% de ses matières premières en Suisse. Une grande partie vient de l’Emmental, notamment le lait, la crème, le beurre, la farine et les œufs issus d’élevages au sol.

Une publicité de 1967 pour la spécialité Caprice, aux amandes et à la crème fraîche.

Une autre particularité réside dans le fait que Kambly développe et construit elle-même ses machines-clés. «C’est une petite folie, dit en souriant Oscar Kambly, avant d’ajouter: C’est la clé de l’unicité et de l’originalité de Kambly. C’est unique au monde!»

La boîte en fer, dans laquelle étaient vendus les biscuits au début, a été ressortie pour les 100 ans de Kambly (en 2010).

Kambly en bref

Sur les cinq continents

• Année de fondation de Kambly SA: 1910
• Chiffre d’affaires: plus de 160 millions, dont près de 50% réalisés à l’étranger
• Nombre de collaborateurs: 435 (équivalents plein temps)
• Nombre de métiers représentés dans l’entreprise: 50
• Nombre de domaines d’apprentissage: 7
• Nombre de produits de l’assortiment Kambly: plus de 100 spécialités de biscuits différentes
• Quantité de biscuits produits par jour: environ deux camions
• Ce qui représente, par année: 14 500 tonnes
• Nombre d’emballages qui sortent de l’usine chaque jour: près de 500 000. Chaque emballage arbore la signature du patron Oscar A. Kambly.
• Nombre de pays où s’exportent les biscuits Kambly: 50 répartis sur les cinq continents
• Kambly a la certification ISO 9001:2008 (norme qui définit des exigences concernant l’organisation d’un système de gestion de la qualité) ainsi que celle de la FSSC 22000 (Food Safety System Certification 22000), la norme – très sévère – de sécurité des produits alimentaires reconnue dans le monde entier.

www.kambly.ch

Les patrons mettent la main à la pâte: Oscar Kambly III et sa femme Ursula préparant des Bretzeli de l’Emmental.

L’Oscar du meilleur biscuit

Coopération. Vous représentez la troisième génération à diriger Kambly. Comment concevez-vous votre responsabilité d’employeur?
Oscar A. Kambly. L’objectif le plus important de la famille Kambly est de contribuer à une meilleure qualité de vie de tous ceux qui sont liés à la marque. C’est-à-dire les employés, les consommateurs, les clients, le public, l’environnement, la nature…

N’avez-vous jamais été tenté d’aller produire là où la main-d’œuvre et les matières premières sont moins chères?
Je ne dis pas que nous n’y avons jamais pensé, mais finalement nous avons toujours renoncé à délocaliser. Etre ancré dans l’Emmental fait partie de la spécificité de Kambly et notre philosophie est de n’acheter que le meilleur. Si le meilleur est produit dans l’Emmental, alors nous l’achetons dans l’Emmental.

Cette philosophie ne risque-t-elle pas de pénaliser Kambly par rapport à d’autres marques?
Depuis trente ans que je dirige l’entreprise, la valeur du franc suisse pondérée par rapport à d’autres monnaies a plus que doublé. Au prix au kilo, il est évident que nous sommes pénalisés. Mais notre force, c’est de transformer ce désavantage en avantage en misant sur une qualité et une technologie hors pair. S’assurer d’une avance technologique permanente est un principe qui prévalait déjà du temps de mon grand-père et de mon père, Oscar I et II. Cette culture de pionnier montre toujours la voie pour le futur.

Quel rôle joue votre femme dans l’entreprise?
Un rôle très important. Du reste, à chaque génération, les femmes ont joué un grand rôle dans notre famille. Chimiste et physicienne de formation, ma femme est un génie en matière de technologie et d’innovation. De plus, à côté de son jardin, elle adore la cuisine et tout ce qui est bon. Elle apporte sa touche dans les recettes des biscuits Kambly élaborées par nos maîtres confiseurs, pâtissiers et chocolatiers. Nous nous sommes rencontrés il y a quarante-trois ans au gymnase de Berne. Déjà à l’époque, elle débordait d’idées novatrices. A la fin de nos études, je lui ai demandé de nous rejoindre.

Finalement, l’avez-vous épousée ou engagée?
(Rires) C’est beaucoup plus que ça, beaucoup plus… C’est une histoire d’amour. Un grand cadeau du destin. J’ai de la chance. Je suis un «Glückskind!»

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jean Pinesi

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo/arkive.ch, SP
Publication:
lundi 29.07.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?