Les élèves 
ont la parole

Plus que trois semaines et ils seront en vacances! L’occasion pour une classe d’élèves de Morges de dresser un petit bilan de l’année écoulée. Au pic des grands moments vécus, les rires en groupe…

Christine Germond est l’enseignante responsable de ces élèves de 7e année HarmoS, scolarisés à l’établissement primaire de Morges Est. En les écoutant répondre aux questions, elle a découvert des histoires qu’elle ne connaissait pas! 

Durant les vacances, Inês (12 ans) partira au Portugal, Noah (11 ans) à la vallée de Joux et à Champex. Ce fan de musique – qui hésite à devenir DJ, ingénieur ou architecte – ira écouter Shaka Ponk à Paléo. Jessie (11 ans), qui restera à Aclens (VD), fera un stage d’équitation. Leurs vacances rêvées? Le Brésil pour Inês, Tahiti et New York pour Jessie. Noah adorerait faire du base jump (saut extrême en parachute). Ils saluent l’existence de l’école. Ils disent y apprendre beaucoup, notamment en sciences. En français, ils ont adoré les jeux de mots et autres contrepèteries. Jessie en a trouvé une: «Ma cuvette est pleine de bouillons»…

Leur meilleur souvenir de l’année? Pour Noémie (11 ans), le camp de ski vécu avec sa classe à la vallée de Joux. Maxime (11 ans) s’est régalé le 1er avril: «On a planqué les dictionnaires et les craies, inventé le jeu de l’autruche et de la girafe – tous sous nos tables ou tous sur nos chaises – et j’ai fait peur à la maîtresse.» Tamara (11 ans) a bien ri en faisant passer une petite balle molle dans toute la classe sans que l’enseignante ne s’en rende compte… Et le moins bon souvenir? Les énervements d’une prof pour Noémie, une punition de multiplications pour Tamara et un 1 et demi pour Maxime, dur, «surtout quand mes parents l’ont vu». 

Les sujets les plus intéressants qu’ont eus Fanny et Valentine (11 ans toutes les deux) cette année? Les quatre éléments, le héros grec Ulysse et les pharaons. Le plus difficile? Le nombre important de tests et la quantité de travail à faire à la maison.

A quoi ressemblerait le prof idéal? Aux yeux d’Océane (12 ans) et Laureline (11 ans), l’essentiel est de ne pas s’énerver ni gronder les élèves, «sinon c’est pire». Elles encouragent à répéter, avertir plusieurs fois, et éventuellement écrire au tableau: «Taisez-vous, c’est un ordre.» Si Océane devenait institutrice, elle enseignerait aux petits et ne leur donnerait pas «trois tonnes de choses à faire chez eux».

Kelia, Alexis et Kilian, 
tous les trois 11 ans. 

Les matières préférées de Kelia (11 ans) et d’Alexis (11 ans) sont les maths: ils ont du plaisir à calculer. Logiquement, ils ont plus de mal avec le français. Kilian (11 ans), qui aime lire et écrire, plébiscite au contraire le français. Il a du mal avec l’histoire, «sauf quand il y a des thèmes que je trouve cool». Dans leurs affaires, Alexis et Kilian emmènent toujours un stylo-gomme en classe, «facile et pratique». Kelia préfère écrire à la plume. Elle peut s’amuser avec ses cartouches d’encre vides et la bille qu’il y a à l’intérieur. Ils possèdent tous trois une tablette numérique, qu’ils n’ont pas le droit d’amener à l’école. Ils l’utilisent surtout pour jouer à la maison. «Mais il faut d’abord réussir à en décoller mon frère», sourit Kelia. 

Alexandre, Etienne et Fabien, 
tous les trois 11 ans. 

Que changeraient Alexandre, Etienne et Fabien (11 ans tous les trois) au planning de leurs semaines scolaires? Alexandre imagine plus de gym, Etienne pas de dessin et Fabien le moins possible de français. Il a redessiné un horaire à son goût. Après réflexion, il ne l’a pas bouleversé: «Le programme de cette année était sympa. Par contre, le jeudi on avait toutes les matières cool et le vendredi c’était super dur.» A la maison, ils aiment faire des jeux sur leurs tablettes numériques. Ils sont notamment fans de Minecraft.

Aurélien (11 ans), Elisa (11 ans), 
Benno (12 ans)

Et si l’école n’existait pas? «Au début on dirait youpi, mais à la longue on s’ennuyerait», répond Aurélien (11 ans). Elisa (11 ans) et Benno (12 ans) acquiescent. «Même s’il y a des moments moins amusants que d’autres, comme les tests alignés les uns après les autres, elle sert à notre avenir», précise Benno. «Et on peut s’y faire des amis. Sans école, OK on jouerait aux jeux vidéo, mais on n’arriverait pas à tenir. On y apprend des choses pour notre futur métier», ajoute Elisa. Elle aime le sport et le dessin, moins l’histoire. «Sacrilège», souffle Aurélien… Lui adore l’histoire, mais pas du tout le dessin… Quant à Benno, c’est la géographie qui lui plaît. 

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Patrick Gilliéron Lopreno
Publication:
lundi 16.06.2014, 09:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?