1 von 11



Bienvenue chez Bankamp, à Neheim, dans le Sauerland, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne).

Laitonnier, un métier très ancien: les ouvrier travaillent la matière à la main. Ici, un métal est plié avec une machine.

Les tiges de laiton sont sciées.

Certaines machines datent de la fondation de l’entreprise Bankamp, en 1947.

Toutes les pièces de laitons sont dégraissées en fin de chaîne, et ne sont ensuite saisies qu’avec des gants. La dernière étape consiste à les laquer.

Le polissage se fait également à la main.

Les minuscules lampes LED sont soudées.

Le montage final s’effectue lui aussi à la main.

Le responsable des ventes, Franz-Josef Zurbrüggen (à g.) et le designer Burkhard Daemmer. Celui-ci a dessiné la série de lampes «Feuille» avec des modules à rotation sur 360°. En Suisse, exclusivement disponible chez Lumimart.

Derrière la façade moderne du siège principal de l’entreprise, un savoir-faire traditionnel se perpétue.

Les faiseurs de lumière

Éclairage Le fabricant allemand de luminaires Bankamp conjugue artisanat et technologie. Coup de projecteur.

Le chemin qui mène à la lumière, passe par Neheim, ville allemande de 33 000 habitants située à la frontière avec les Pays-Bas. À la fin du XIXe siècle, c’était la capitale allemande de l’industrie du luminaire, ce qui lui a valu le surnom de ville-lumière. Certaines entreprises, dont la manufacture Bankamp existent toujours. Il faut remonter juste après la Deuxième Guerre mondiale. En 1947, Karl Bankamp fonde l’entreprise éponyme, actuellement dirigée par la troisième génération. Là où le grand-père fondateur posa la première pierre se trouve encore le siège de l’entreprise. Pourtant, derrière la façade moderne, rien ne laisse présager l’artisanat traditionnel qui est perpétué ici. «Nous sommes encore une vraie manufacture», souligne le directeur et petit-fils du fondateur, Michael Kossmann (33 ans), en ouvrant la porte qui mène à l’atelier.


 

Tout est fait à la main

La halle de production qui abrite les ateliers de laitonnage, d’affûtage, de laquage et de montage représente le cœur de l’entreprise familiale qui compte 85 collaborateurs. Près de 70 artisans fabriquent des éclairages d’intérieur. Sciage, pliage, soudure, polissage, dégraissage, laquage – les différentes étapes y compris le montage, le contrôle de qualité et l’expédition sont entièrement réalisées manuellement.
Les artisans en métallurgie fabriquent des objets à partir de laiton pur selon une ancienne méthode. Les tubes de laiton, le verre formé à la main et soufflé à la bouche spécialement pour Bankamp, mais également les composants techniques, tout est allemand. «Nous achetons la matière brute à 95% dans notre région», précise le jeune patron.
«La plupart des machines ont été achetées par mon grand-père», rappelle le directeur, qui, enfant, courait entre les établis. Reprendre les activités de l’entreprise de son père après ses études d’économie était une évidence. Michael Kossmann est fasciné par la lumière. «Le design seul ne peut pas créer une belle ambiance. Seul un bon luminaire doté d’une ampoule appropriée dispensant la quantité de lumière désirée à l’endroit souhaité vous permettra de créer une atmosphère agréable.»
La fabrication de luminaires repose essentiellement sur l’habileté manuelle ainsi que sur un bon sens de la matière et de la forme. La plupart travaillent depuis des années dans l’entreprise; ils partagent tous la même passion, transposant dans leurs ateliers les idées souvent audacieuses des designers. Expérience, curiosité et connaissances techniques sont nécessaires. «Chaque employé a le souci du détail, assure le directeur. Le client est loin d’imaginer la somme de travail et de savoir-faire qu’exige chaque produit.»

Peter Richter continue de venir tous les jours à l’atelier, malgré ses 72 printemps. Il polit
les irrégularités des matériaux. Les disques suspendus au mur ont le même âge que lui.

Peter Richter continue de venir tous les jours à l’atelier, malgré ses 72 printemps. Il polit
les irrégularités des matériaux. Les disques suspendus au mur ont le même âge que lui.
Peter Richter continue de venir tous les jours à l’atelier, malgré ses 72 printemps. Il polit
les irrégularités des matériaux. Les disques suspendus au mur ont le même âge que lui.

Retraité, il est revenu travailler

Peter Richter illustre à merveille ces deux valeurs que sont le travail manuel minutieux et l’attachement à l’entreprise. Il travaille dans l’atelier d’affûtage et de polissage où sont rectifiées les ébauches de laiton auxquelles on donne un aspect mat ou brillant. Ce qui peut sembler facile est en réalité un travail complexe qui exige force, concentration et habileté. La plus petite erreur peut rendre la matière première inutilisable – sans parler des risques de blessures. «C’est lui le meilleur», sourit le directeur, saluant le talent de ce spécialiste qui travaille depuis 1989 pour Bankamp. Même si Peter Richter (72 ans) est officiellement à la retraite, il s’assied presque chaque jour devant son disque de polissage: «Je continuerai de le faire aussi longtemps que je serai capable de travailler avec précision.» Le patron raconte que, peu après son départ en retraite, Peter Richter est revenu frapper à la porte de l’entreprise. «Je n’ai pas hésité un seul instant à le réintégrer à son poste.»

Dans l’atelier de laitonnage, le matériel est découpé...

Dans l’atelier de laitonnage, le matériel est découpé...
Dans l’atelier de laitonnage, le matériel est découpé...

De la technologie au bout du cuivre

pement de la technologie LED, et notamment sur diverses innovations comme les systèmes d’éclairage gérés par smartphone, une lampe suspendue avec rotation à 360 degrés, une autre lampe suspendue à LED capable de créer quatorze ambiances lumineuses différentes, ou encore les objets lumineux réalisés à partir de vieux bois. «Nos luminaires combinent qualité de fabrication, technologie novatrice et design fonctionnel. Ils offrent de nombreux avantages, souligne le responsable des ventes Franz-Josef Zurbrüggen. D’ailleurs, nos concurrents s’empressent de copier nos produits sur le marché mondial.»

...plié et travaillé sur mesure.

...plié et travaillé sur mesure.
...plié et travaillé sur mesure.

Gérer l’éclairage sans aucun contact

Grâce son savoir-faire technique, l’entreprise est en mesure de mettre en place des solutions d’éclairage complexes. «Nous estimons être un interlocuteur de choix. Nous avons une longueur d’avance dans le domaine de l’innovation.»
Pour appuyer ses dires, le responsable des ventes évoque un produit issu d’une technologie de pointe récemment lancé sur le marché: la lampe LED Strada* dont la lumière peut être modifiée par commande gestuelle. «Gérer l’éclairage sans aucun contact, mais simplement d’un geste de la main, c’est révolutionnaire!»
Pour l’avenir, le chef d’entreprise aspire à diriger la manufacture en misant sur l’innovation sans pour autant oublier la tradition. Avec Theo, son fils de 7 mois, la quatrième génération est déjà en marche. Comme son père, le petit dernier de la famille Bankamp jouera peut-être un jour lui aussi dans l’atelier où il se laissera séduire par le charme de la lumière.

*La gamme de produits de Bankamp comporte près de 230 luminaires dans le segment haut de gamme. Les lampes artisanales sont disponibles en Suisse exclusivement chez Lumimart.
Jusqu’au 30 novembre, profitez de 20% de rabais sur tout l’assortiment luminaires.

www.bankamp.de
www.lumimart.ch

Créer une atmosphère grâce à la lumière:
les recommandations de Michael Kossmann

  • L’éclairage idéal consiste en un mélange de diverses sources lumineuses: ainsi, la source principale de lumière a pour fonction d’éclairer pleinement la pièce. L’éclairage de zone est conçu pour des activités spécifiques comme lire, manger ou travailler. La lumière d’ambiance quant à elle, éclaire à peine, tout en créant une atmosphère agréable.
  •  Il est préférable que la lampe située au-dessus de la table soit flexible. Les suspensions – halogènes ou LED – réglables en hauteur et dotées d’un variateur sont idéales. La lampe de doit pas être trop basse, ni trop haute, si l’on veut pouvoir regarder la personne assise en face de soi dans les yeux lorsqu’on est à table, car rien n’est plus inconfortable que d’être aveuglé par la lumière pendant le repas.
  • Créer des îlots de lumière. En effet, c’est le jeu d’ombres et de lumières qui va apporter structure et profondeur à la pièce.
  • Mettre des accents lumineux en éclairant une photo ou un fauteuil, par exemple.
  • Installer davantage d’appliques murales; outre qu’elles diffusent une lumière douce, elles ne constituent pas un obstacle et offrent un éclairage indirect.
  • Eviter tout ce qui peut éblouir. L’éblouissement dû à certains luminaires peut vite créer une atmosphère désagréable. Installer votre lampe de manière à ce qu’elle éclaire sans éblouir.
  • Le lampadaire offrant une plus grande flexibilité, il est idéal pour éclairer le salon. Pour les repas, il est conseillé de choisir une suspension qui apportera beaucoup de lumière directement sur la table.
  • Equiper la chambre à coucher d’un plafonnier et d’une lampe de chevet. Pour la lecture, une lampe LED réglable à intensité variable est idéale car elle ne dégage que très peu de chaleur et  l’on peut diriger la lumière selon la position que l’on adopte pour lire. 

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Yvonne Fertsch
Photo:
Volker Hartmann, Beatrice Thommen-Stöckli
Publication:
lundi 23.11.2015, 13:10 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?