Une femme sait choisir son vin, même si dans la plupart des restaurants, la carte des vins est encore systématiquement remise à la gent masculine.

Femmes et vin: un cliché qui perdure

Le monde du vin est réputé pour être masculin. «Faux!», clament les femmes actives dans ce secteur. Mais le cliché perdure, savamment entretenu par certains. Même si l’on sait que dans la vie quotidienne, ce sont souvent les femmes qui choisissent le vin.

Les femmes et le vin: une association impensable pour les Romains qui interdisaient à leurs femmes de boire du vin. Un thème qui fait encore débat. «Ces clichés sont dépassés. Les femmes ne connaissent pas mieux le vin que les hommes. Mais pas moins bien non plus», affirme Britta Wiegelmann, journaliste spécialisée dans le domaine du vin.
Les a priori touchent également les préférences: la gent féminine boirait avant tout des vins doux et fruités. «Je suis la preuve vivante du contraire: lorsque je savoure un verre uniquement pour mon plaisir, je choisis un vin sec», indique la journaliste spécialisée.

Au cours des vingt années passées dans l’univers du vin, encore dominé par les hommes, Britta Wiegelmann ne se souvient pas avoir rencontré d’opposition de la part de ses collègues masculins: «Mais pour en arriver là, il a fallu que toute une génération de femmes mènent une âpre lutte.»

Coraline de Wurstemberger est l’une d’elles. En 1995, elle a repris la gestion du domaine viticole familial à Mont-sur-Rolle (VD). Ce domaine appartient à des femmes depuis 1649. Il a été récemment rebaptisé Les Dames de Hautecour. «Lorsque j’ai commencé, j’ai dû me débrouiller seule. Mes collègues masculins, à quelques exceptions près, ne m’ont apporté ni conseils ni soutien.» Aujourd’hui, elle se considère comme définitivement acceptée. En général, les femmes ont désormais leur place dans l’univers du vin. On le perçoit clairement à l’Ecole de Changins (Haute Ecole spécialisée). Dans la filière Œnologie, depuis 2010, la part des femmes est aussi importante que celle des hommes. Une évolution que l’on retrouve aussi dans la viticulture.

Toutefois, une réalité demeure: «Les femmes, dans tous les métiers, doivent toujours en faire plus que leurs collègues masculins pour réussir, affirme avec conviction Coraline de Wurstemberger. Du moins si elles veulent parvenir au sommet de leur profession.» En 1998, cette Vaudoise a créé l’association Les Artisanes de la Vigne et du Vin, avec la Valaisanne Marie-Thérèse Chappaz et la Genevoise Françoise Berguer. Cette association met en réseau des viticultrices, qui présentent ensemble leurs vins lors de salons. Onze femmes en font partie.

Il n’existe pas de différence notable dans la typologie des vins, qu’ils aient été vinifiés par des femmes ou des hommes. C’est du moins l’avis de Coraline de Wurstemberger. Il serait faux de dire que les femmes produisent des vins plus suaves, plus onctueux ou plus légers. Mais la viticultrice admet que «les femmes ont davantage le goût du risque. Elles se soucient peu de suivre les tendances mais font plus confiance à leur jugement et à leur goût personnel».

Dans le domaine de la dégustation aussi, les femmes sont de plus en plus présentes. Elles y sont d’ailleurs bienvenues. De nombreux spécialistes affirment qu’elles ont une perception plus fine que les hommes. Si la gent féminine ne prend guère part aux discussions sur le vin, cela n’est pas dû à un manque de connaissances mais bien plutôt à un manque d’assurance. «Les femmes abordent le sujet du vin de manière un peu différente des hommes, précise Sylvia Berger, responsable Vins chez Coop. Une femme fait davantage attention à tout ce qu’il y a autour du vin: elle veillera surtout à ce qu’il soit en harmonie avec le repas. De plus, les femmes boivent un vin parce qu’il est à leur goût et non parce qu’il est encensé par les critiques.»

Comme Britta Wiegelmann, Sylvia Berger n’aime pas les vins doux et fruités ou opulents en bouche. Elle apprécie au contraire ceux qui ont du caractère et le déclare sans ambages. Lors de l’achat de vin, des études ont en outre révélé que dans plus de la moitié des cas, ce sont les femmes qui le choisissent. Toutes seules.

Viticulture: le rôle du feuillage

La conduite du feuillage vise à réguler le climat dans la voûte de feuilles des ceps de vigne. On crée ainsi un microclimat extrêmement important qui améliore l’aptitude d’un vignoble à fournir de bons raisins, et donc de bons vins. La conduite du feuillage se décompose en plusieurs travaux: ébourgeonnage, effeuillage dans la zone des grappes, relevage des rameaux pour former une paroi de feuillage, pincement des sarments pour éviter qu’ils ne poussent trop en hauteur et épamprage. Ainsi, pendant la période de croissance de la vigne, le viticulteur sera occupé à gérer les rameaux et le feuillage de manière à ce qu’un maximum de feuilles bénéficient d’un ensoleillement direct.
Il devra veiller à une juste proportion entre les fruits et la surface foliaire. Pour obtenir des raisins de qualité, il est en effet indispensable qu’il règne des conditions optimales de photosynthèse.

Jan Schwarzenbach, œnologue

www.mondovino.ch

.

Le vin

Rosé de la Rioja

Cune constitue l’une des principales marques de la Compania Vinicola del Norte de Espana (CVNE). Fondée à la fin du XIXe siècle, cette Bodegas jouit toujours d’une très bonne réputation, bâtie sur le sérieux de sa production. Près de la moitié de ses raisins provient de son propre vignoble. Ce rosé de Cune est issu d’une très large majorité de tempranillo, le cépage rouge typique de la Rioja. Il offre un nez intense aux arômes de petits fruits rouges avec des notes de réglisse. Il se montre onctueux en bouche, à la fois délicat et bien équilibré, avec une étonnante persistance gustative pour un rosé. C’est certes un vin d’apéritif mais qui saura se montrer un précieux compagnon pour escorter des tapas, des sushis et des sahimis, mais aussi toutes les cuisines asiatiques, particulièrement thaïlandaise, indienne et chinoise ainsi que toutes les préparations de pâtes, sans oublier les poissons fumés.

Michel Vidoudez, consultant en vins

Rioja DOCa Rosado Cune, 2013

Prix: 7 fr. 95/75 cl
Origine:
Espagne
Région:
Rioja
Cépage:
tempranillo
Maturité:
2014-2015
Disponible:
dans les grands points de vente Coop ou sur:

www.mondovino.ch
www.coopathome.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Regula Bättig
Photo:
Getty Images, SP
Publication:
lundi 04.08.2014, 14:30 heure

Retrouvez toutes nos recettes


Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?