La Neuchâteloise Ava Ortlieb (28 ans), amatrice de gros cubes, au bord du lac de sa ville.

Les femmes passent à la vitesse supérieure

Tendance La moto et la gent féminine, c’est une affaire qui roule. Nous montons en selle avec trois Romandes à l’attaque d’une portion du Grand Tour de Suisse touristique.

Le tracé du Grand Tour de Suisse

Cliquez sur les points des étapes pour voir les vidéos.

Le Grand Tour de Suisse (en rouge) est un itinéraire de 1643 km sur les routes nationales. Un guide touristique complet recensant les points marquants du parcours, 25 tronçons avec conseils pratiques et les sites pittoresques immanquables a été édité par Hallwag Kümmerly+Frey.

Tourisme à moto

Grand Tour de Suisse

La charmante ville de Morat (FR), une des étapes du Grand Tour de Suisse.

Le Grand Tour de Suisse est un tracé routier qui permet aux touristes de découvrir les plus belles perles de notre pays. Lancé ces derniers mois par Suisse Tourisme, le parcours de 1600 km s’articule autour de 44 attractions suisses, 22 lacs, 51 villes, 11 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, 5 cols alpins et 2 biosphères.
Le Grand Tour traverse les quatre régions linguistiques helvétiques. Au nombre des lieux à admirer, on compte notamment les cols du Saint-Gothard et de la Furka, le Parc national de l’Engadine, les chutes du Rhin et la Piazza Grande, à Locarno où a lieu le Festival du film (prochaine édition: du 5 au 15 août 2015).

www.myswitzerland.com
Visite virtuelle du Grand Tour

Sans équivoque, la moto gagne du terrain auprès des dames dans notre pays», indique Jean Mesnil, chef d’édition du magazine spécialisé Moto Sport Suisse. L’Office suisse de conseils pour deux-roues (OSCD)/Motosuisse, à Soleure, approuve par la voix de son porte-parole, Roland Fuchs: «Selon les marques, la quote-part des femmes roulant à moto se situe entre 8 et 13%, alors que la proportion n’était que de 2–3% voici 25 ans.»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Les raisons de ce boom? Ces dames se sont émancipées, veulent piloter des motos et ne plus être passagères uniquement; elles sont économiquement indépendantes et peuvent donc se permettre d’en acheter; de nombreuses motos actuelles sont plus maniables que par le passé.
«La technique s’est simplifiée et les motos sont très fiables. Quant aux sièges, ils sont, selon les modèles, confortables. Bref, la moto est devenue un objet «lifestyle». Confirmation de la Neuchâteloise Ava Ortlieb (28 ans), créatrice de mode et costumière. Depuis deux ans qu’elle roule régulièrement, elle a l’impression que «les femmes, notamment dans la vingtaine, sont plus nombreuses – surtout en Harley – sur les routes» (voir onglet "Portrait").

«

Je me serais ennuyée avec une moto moins puissante»

Ava Ortlieb, pilote d’une Yamaha Diversion (600 cm3)

Vérification concrète sur le terrain à l’occasion d’un «mini» Grand Tour de Suisse, estampillé Suisse Tourisme (détails page 15), qui commence au cœur du village bernois de Gstaad où nous faisons connaissance avec la Vaudoise de Yens-sur-Morges Valérie Jacquemettaz-Picard, 44 ans, et la Valaisanne Geneviève Tornay, 58 ans.
De cette localité de carte postale, nous irons jusqu’à La Chaux-de-Fonds en passant par Gruyères, Fribourg, Morat et Neuchâtel, d’abord avec Valérie et Geneviève, puis Ava.
Valérie lance: «J’ai été membre du club de Harley-Davidson Lausanne Chapter Switzerland. Et nous étions une quarantaine de ladies sur 120 membres.»
Elle a commencé sa «carrière» comme passagère vers 14 ans. «J’avais été à bonne école, car mon père en faisait et j’ai attrapé le virus. Avant mes 18 ans, ma moto m’attendait dans le garage!» sourit cette maman d’une fille de 16 ans et d’un garçon de 18.
Sitôt sa majorité franchie, la Vaudoise passe son permis moto et écume les routes depuis. «La sensation de liberté, le fait de pouvoir s’arrêter où l’on veut me séduisent. Quand j’ai commencé, une fille à moto c’était quelque chose de hors norme. De nos jours, elles sont de plus en plus nombreuses.» Des propos corroborés par sa camarade de virée, avec une   nuance: «Un nombre croissant de femmes souhaiteraient se lancer, mais n’osent pas.»

Geneviève Tornay et Valérie Jacquemettaz-Picard consultent la carte au départ de Gstaad (BE).

Des étoiles dans les yeux

Cette enseignante en économie familiale en congé «sympathique» a passé son permis à 18 ans avant de mettre la moto entre parenthèses. Il y a trois ans, son fils, la vingtaine, se lance dans le permis et, voyant des étoiles dans les yeux de sa mère, l’incite à renouer avec sa passion. Depuis, Geneviève roule une Yamaha de 950 cm3 et 350 kg, qui contraste avec sa taille menue.
Quant à l’inspectrice de chantier vaudoise, elle n’a jamais eu peur sur sa Harley-Davidson de 392 kg à vide. «Étant mariée et mère de famille, j’ai opté pour un deux-roues m’obligeant à rouler zen.»
La Valaisanne de Vollèges est dans le même état d’esprit: «C’est un moyen d’évasion rapide, estime cette maman de quatre enfants. «Après 1 ou 2 km déjà, on se retrouve avec soi-même. Lorsque j’ai des soucis, je prends ma moto et ils sont tout de suite derrière moi.» Geneviève s’arrête régulièrement pour dessiner dans son cahier, méditer.
C’est précisément l’idée du Grand Tour de Suisse. Les paysages d’un vert émeraude et les chalets typiquement helvétiques se succèdent entre le canton de Berne, celui de Vaud avec Château-d’Œx et son esplanade dédiée au Festival international de ballons chaque début d’année, ainsi que les premières localités du canton de Fribourg.

C’est encore plus sympa en duo.

Votre serviteur, qui alterne comme passager de la Harley-Davidson et son bruit de moteur caractéristique, et la Yamaha, éprouve un plaisir décuplé à sillonner cette partie de la Suisse. La moto permet de vivre en symbiose avec le décor. Voyager à découvert, c’est la garantie d’apprécier l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, celle de l’humus après l’orage, les changements de température.
«On change de monde. C’est l’évasion. Ce qui est beau, aussi, c’est le côté presque familial. Quand un motard en croise un autre, ils se saluent», note Valérie. «La moto abolit les frontières sociales», renchérit Geneviève.
Pause de midi dans la pittoresque cité médiévale de Gruyères, qui accueille 1,5 million de visiteurs – à juste titre – par an. À deux pas du château, un musée incontournable, celui consacré aux œuvres du Grison Hans Ruedi Giger, père du monstre cinématographique Alien.

«

La moto abolit les frontières sociales»

Geneviève Tornay, motarde contemplative

À table, Geneviève confie: «Quand j’ai recommencé, j’avais un peu d’appréhension que mon engin soit trop lourd. En outre, si je ne suis pas sûre du temps qu’il fera, que les routes sont encombrées, je laisse simplement ma moto au garage.»
De retour sur la route, le décor de localités fribourgeoises idylliques (Botterens, Villarvolard, La Roche, etc.) s’égrène tel un chapelet. Avant l’arrivée dans la cité des Zaehringen, Fribourg, dont la vue du chemin de Lorette sur la Basse-Ville et son alignement de façades médiévales avec, au-dessus, joli contraste, l’ultramoderne pont de la Poya, est une merveille architecturale.

La moto, mais aussi la veste Harley!

Envie de voir du pays

Le chemin nous conduit ensuite doucement vers Morat, toujours dans le canton de Fribourg, mais de l’autre côté de la barrière des langues, soit le suisse allemand.
Dans un tea-room de l’emblématique rue principale, c’est l’heure d’un premier bilan: «Les routes sont agréables, les paysages magnifiques. J’ai découvert des endroits, en ai redécouvert d’autres sous un autre jour. Ça donne envie de poursuivre le Grand Tour de Suisse à moto ou en camping-car», souligne Valérie Jacquemettaz-Picard. Geneviève Tornay, qui n’a pas l’habitude d’itinéraires aussi longs, s’est laissé emporter par son élan et son envie de voir du pays. «Pourquoi pas en famille?»

Arrêt pour se dégourdir les jambes avec la Basse-Ville de Fribourg en arrière-plan.

Ava Ortlieb à son arrivée à La Chaux-de-Fonds.

«La moto, c’est un moyen de se faire plaisir»

De Neuchâtel à La Chaux-de-Fonds
Ava Ortlieb ne jure que par les grosses cylindrées. Mais ne pousse cependant pas trop sa machine.


La Neuchâteloise a passé son permis de moto (125 cm3) voici dix ans. Mais elle n’a pas roulé, car elle étudiait à Paris. À son retour, elle opte pour un examen de plus grosse cylindrée (elle possède une Yamaha Diversion «bien maniable» de 600 cm3 et 180 kg tout de même…). «Ma mère, qui roule une grosse cylindrée, m’a recommandé de procéder ainsi, car elle pensait que je m’ennuierais avec une moto moins puissante.»  
Nous embrayons au Laténium au bord du lac de Neuchâtel, où nous avions quitté les motardes vaudoise et valaisanne, pour terminer notre portion du Grand Tour de Suisse, qui nous emmènera jusqu’à La Chaux-de-Fonds en passant par La Vue-des-Alpes.
Le Laténium est le plus grand musée archéologique de Suisse. Il présente des reconstitutions de maisons palafittes. «La moto est pour moi davantage un moment de plaisir qu’un moyen de transport», enchaîne Ava.
L’été dernier, avec son ami, elle est descendue jusqu’à Saint-Tropez par la mythique route Napoléon.
Au début, Ava confesse avoir eu parfois un peu peur, car elle ne maîtrisait pas parfaitement son véhicule. «Cela dit, les poussées d’adrénaline, sans outrepasser ses limites, bien sûr, font partie des délices de la moto.»
Ava a une conduite assurée, ponctuée de quelques accélérations bien maîtrisées vers La Chaux-de-Fonds. Votre serviteur et passager  en sait quelque chose alors que le bourg médiéval de Valangin et son château toisent la route peu après Neuchâtel.
De La Vue-des-Alpes, où nous nous arrêtons, le coup d’œil est splendide avec de vastes champs que surplombent de rondes collines. À l’arrière-plan, le lac de Neuchâtel est d’un bleu enchanteur, la route de La Chaux-de-Fonds toute de verdure et de forêts.
Dans l’ancien centre mondial de l’horlogerie, qui figure à l’Unesco, la grande fontaine fait face à l’office de tourisme et sa tour torsadée sur la célèbre avenue Léopold-Robert, le «Pod». Ava tire un bilan positif de cette balade, qui «offre de jolis virages. J’apprécie cette route bucolique, idéale pour la moto randonnée.» l

Six itinéraires prestigieux

La Grande Corniche, France
La Grande Corniche entre Menton et Monaco est la route panoramique la plus célèbre. C’est sur cette route que James Bond se livre à une spectaculaire course- poursuite dans «Goldeneye». Longeant la côte sur 31 km, la Grande Corniche culmine par endroits à une hauteur de plus de 500 m au-dessus du niveau de la mer.

La Grande Corniche.

California State Route 1, USA
La CA 1, également appelée Highway 1, est une route de l’État de Californie qui longe la côte pacifique du nord au sud.
Longue de 1055 km, elle traverse Los Angeles et San Francisco et parcourt l’une des plus belles zones côtières du pays.

Great Ocean Road, Australie
La Great Ocean Road fait partie d’un circuit touristique en Australie du Sud. Longue de 243 km, elle est creusée à partir de 1919 dans la roche de la côte par des milliers de soldats de retour de la Première Guerre mondiale. Inscrite depuis 2011 sur l’Australian National Heritage List, elle fait partie du patrimoine national australien.

Côte amalfitaine, Italie
La Strada Statale 163 Amalfitana est une route côtière italienne dans la région de Naples. Longue de 50 km, elle offre une vue imprenable sur la côte escarpée et le golfe de Salerne. Partiellement creusée dans la roche, cette route sinueuse et étroite a été construite à plus de 100 m au-dessus de la mer.

Ring of Kerry, Irlande
L’anneau du Kerry (Ring of Kerry) est une route côtière panoramique qui s’étend sur 179 km dans le comté de Kerry au sud-ouest de l’Irlande. Les voies y sont tellement étroites que les bus ne peuvent emprunter la route nationale 70 que dans un sens (le sens contraire des aiguilles d’une montre).

Chapman’s Peak Drive, Afrique du Sud
La Chapman’s Peak Drive, route de 9 km, longe la côte au sud du Cap. Sinuant entre mer et parois rocheuses, elle compte pas moins de 114 virages.
Sa construction débute en 1915, dans des conditions de travail plutôt dangereuses. La route est ouverte à la circulation en 1922.

La Chapman’s Peak Drive.

Quiz Grand Tour

 
01
sur
 

 

Commentaires (5)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Didier Walzer

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo, Alamy, SwissImages StephanEngeler/SandraMumprech
Publication:
lundi 13.07.2015, 10:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?