Pour ses brochettes, Sara Diallo utilise des tiges artisanales du Sénégal, dotées de figurines en bronze. Elle les cuit sur un fourneau traditionnel.

Les grillades sénégalaises

Découverte Une purée pimentée, le «nokos», enrobe la viande d’agneau et de poulet que la cuisinière sénégalaise Sara Diallo se plaît à préparer en brochettes. Rencontre à Lausanne, au bord du Léman. 

Un melting-pot de saveurs voit chaque été le jour sur les grils des parcs publics et au bord de l’eau. Nous rencontrons Sara Diallo en pleine préparation de brochettes à Vidy, un site de loisirs lausannois. Cette Sénégalaise établie en Suisse depuis 25 ans connaît la cuisine depuis toujours: «Petite déjà, j’aidais ma mère, par exemple en allant chercher du bois en forêt.» Aujourd’hui, elle propose des mets du continent africain dans une petite enseigne de la capitale vaudoise et de manière itinérante lors de festivals. Les repas traditionnels africains sont pédagogiques, selon cette mère de famille: «En se retrouvant autour du bol, dans lequel chacun puise, on apprend le sens du partage.»
L’art des grillades n’a pas de secrets pour Sara. Son âge? «Celui de mes artères! J’ai cessé de compter depuis que j’ai 40 ans», sourit-elle. De belles braises crépitent dans son fourneau en argile: «Il vient du Sénégal et présente l’avantage d’être très économe en charbon.»
Particulièrement friande du yassa, un plat d’oignons frits en sauce, qu’elle aime accompagner de poisson frais, elle mitonne ce mardi de l’agneau aux oignons et des brochettes d’agneau et de poulet pimentées.

Des morceaux de bananes plantains frites accompagnent de l’agneau aux oignons et des brochettes épicées.

Une marinade pilée au mortier

Elle a fait mariner la viande plusieurs heures dans du nokos. Il s’agit d’une préparation pilée. Elle a mélangé des poivrons (vert, rouge, jaune), du poivre, de la coriandre fraîche et des piments: «Je pile le tout au mortier, je trouve que c’est plus goûteux que haché.»
Le journaliste d’origine mauritanienne Tidiane Diouwara (50 ans) déguste avec plaisir les spécialités de Sara. Arrivé en Suisse il y a 23 ans dans le cadre de son métier, il n’a plus quitté Lausanne depuis et s’exprime avec l’accent vaudois. «Je me réjouis d’avoir la double nationalité. Je suis fier d’être Mauritanien parce que j’aime ce beau pays – le plus poissonneux du monde – et fier d’être Suisse pour sa grande ouverture et sa démocratie directe.» Il aime faire des grillades en famille au bord du Léman. En Mauritanie, ces dernières lui évoquent le mouton, le bœuf ou le chameau grillé lors de fêtes: «L’occasion de socialiser, de parler de la pluie et du beau temps tout en buvant un thé local en trois manières.»
Un joueur de pétanque du terrain contigu approche, attiré par les effluves du gril. Une discussion démarre entre l’Appenzellois, la Sénégalaise et le Mauritanien, qui lui tendent une assiette de bananes plantains à déguster avec ses amis. C’est sûr, la gastronomie rassemble!

Pour goûter les plats de Sara Diallo à Lausanne: rendez-vous chaque lundi à la place de la Riponne dès 10 h (food truck) et chaque jour dès 9 h à la rue de la Borde 9 (Africa Express Fastfood: 079 540 30 99).

À l’agenda

Cuisine du monde aux rythmes africains

Thiebou Dieune (riz au poisson), bœuf sauce gombo, poulet braisé avec des bananes plantains… Des senteurs de cuisine sénégalaise, camerounaise ou encore ivoirienne se répandront dans la capitale vaudoise du 3 au 6 août.
Plus de 70 concerts de musique africaine résonneront sur l’esplanade de Montbenon à l’occasion de la 2e édition du Lausanne Afro Fusions Festival. Organisé par l’association Cipina (Centre d’information
et de promotion de l’image d’une nouvelle Afrique), il veut rassembler un public inter­générationnel et multiculturel. «On a organisé de nombreuses tables rondes très sérieuses pour promouvoir une image positive de l’Afrique en Suisse. On s’est dit que ce serait aussi bien de faire passer nos messages à travers un événement festif», indique Tidiane Diouwara, le directeur général de la manifestation, qui a attiré plus de 10 000 personnes l’été dernier.
Lausanne Afro Fusions Festival, du 3 au 6 août sur l’esplanade de Montbenon, à Lausanne.

Plus d’infos sur: www.lausaff.org

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Bassam Jreidi
Publication:
lundi 17.07.2017, 13:20 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?