Les légendes du sport

Jacques Wullschleger
écrit le 25.04.2017 dans Sports collectifs


Roger Läubli, ancien footballeur, gardien

John Ford aurait aimé Roger Läubli

Dommage, oui dommage que le réalisateur américain John Ford dans une autre parcelle de vie n'ait pas connu Roger Läubli car il aurait pu lui attribuer le rôle de "L'homme tranquille", film célèbre sorti en 1952. Sa route, à ce moment-là, avait croisé celle de John Wayne.

Dans sa belle maison, en bois avec de la pierre et des appartements, qu'il a façonnée et bichonnée, pensée aussi, Roger Läubli est un homme heureux, et surtout en paix. Il avait quelques rêves et il les a réalisés, parce qu'il voulait qu'il en soit ainsi. S'en donner les moyens même si ceux-ci n'étaient pas toujours là . "J'avais toujours dit que je serais footballeur. Ça s'est produit. J'aime l'équitation. 

J'ai eu un cheval durant 10 ans, je l'avais acheté pour ma fille. Mon papa avec qui j'allais voir les matches du grand FC Bâle (avec Helmut Benthaus, Karl Odermatt, etc) était capitaine de bateaux sur le lac de Zurich. Faire du bateau, j'aimais bien. Alors, j'en ai acheté un – pas un gros mais un petit – et ça fait 10 ans que je l'ai." Et Roger Läubli possède aussi une moto, pour la liberté et la découverte.

Dans ce décor ouvert à la nature, il écoute le silence. "Ici, c'est le paradis pour vieillir", dit-il. On se trouve à quelques kilomètres de la Chaux-de-Fonds, guère éloigné du stade de la Charrière, au bout, ou presque, d'une route étroite. C'est un autre monde, où vit Roger Läubli.


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 18.04.2017


Jérôme Laperrière, ancien arbitre de football

Jérôme Laperrière: "J'ai donné de la moelle osseuse...". Quand il était arbitre en LNA (Super League), Jérôme Laperrière était policier, son métier. Nommé directeur de jeu FIFA en 2006, il a changé de profession. Motif : les horaires ne convenaient plus. "Quand on est arbitre FIFA, on voyage." Du coup, sa vie professionnelle s'est établie à l'Office des poursuites de Genève, où il travaille toujours. Il y est chef de secteur. Il a aussi servi chez Protectas dans l'intervention (alarmes). "J'avais une arme, mon compagnon était un berger allemand dressé." Jérôme Laperrière a aimé cette période. Dans un resto, près de son lieu de travail, il se livre, ses chapitres sont nombreux. "J'aime gérer des conflits, trouver des compromis. Je déteste l'injustice." Puis : "Je ne suis pas du tout dans l'autorité, j'ai horreur de ça. Avec les années, je me suis construit une carapace, vous pouvez tout me dire." Sa personnalité n'est pas en accord parfait avec sa vie de tous les jours, d'huissier, dont la règle première est de ne montrer aucun sentiment, un état d'âme fragile qui, parfois, n'est pas facile à cacher. "Quelque part, je suis contre-nature", avoue-t-il. Dans la rue, il lui arrive d'intervenir quand deux individus se battent. "C'est plus fort que moi. Je me fait engueuler par ma femme." Il a également tracé des types qui avaient volé une mallette. Jérôme Laperrière a des valeurs. Il entreprend tout pour les défendre et les inculquer. Il est aussi un homme de dialogue. Un homme à deux facettes. Attachant et honnête. "Je suis une personne sensible, qui prend beaucoup de choses à cœur." Il pratique le badminton. "Je me donne à fond, il y a tout qui ressort. Si je ne fais pas du sport tous les trois jours, je ne me sens pas bien."


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 11.04.2017 dans Sports collectifs


Jocelyn Roux, footballeur

Jocelyn Roux: ce futur avocat plaide pour le football. Au commencement, Jocelyn Roux a joué au tennis. "J'avais 3 ou 4 ans." Ce sport, le premier, lui était promis pour la bonne et simple raison que ses parents étaient professeurs de tennis. "J'avais déjà un caractère, du caractère, le besoin, urgent, d'extérioriser mes états d'âme." Il n'aimait pas rater un geste, une balle, il n'aimait pas perdre et aujourd'hui encore, il abhorre la défaite, un contrôle mal orienté, un tir qui loupe sa cible, une passe mal dosée, etc. "J'ai la rage et je la montre. Petit, ça m'a souvent pénalisé." Il lui est arrivé de casser des raquettes. "Au début, ce sont mes parents qui payaient. Mais comme il y en a eu d'autres, on m'a fait jouer avec des raquettes en métal."

Il sourit, Jocelyn Roux, joueur de tennis à la McEnroe mais footballeur à la Jocelyn Roux, auteur de nombreux buts venus de nulle part, issus d'un instinct affiné au fil des années et de longs travaux devant une cage. "J'ai commencé le foot à 6-7 ans, au Club du Petit-Lancy (à l'époque le FC Lancy-Sport). "Quelques années plus tard, Servette est venu me recruter."


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 04.04.2017 dans Sports collectifs


Sarah Kershaw, future ex-basketteuse de talent

Sarah Kershaw: et si elle participait aux JO de Tokyo en 2020 ? La silhouette, jolie, les cheveux noirs tirés en arrière et les yeux discrètement maquillés, elle porte bien et pourrait être danseuse classique. Non, Sarah Kershow est basketteuse, à la trajectoire très réfléchie, dessinée par elle. Parce qu’elle l’a décidé, sa carrière prendra fin, bientôt, au terme de la saison, après une quinzaine d’années passées au plus haut niveau. «Danseuse ? Je n’aurais pas pu être danseuse car plus jeune j’étais un peu rondelette», avoue-t-elle très souriante, le sourire ou le rire étant une de ses marques de fabrique. «A la limite, peut-être footballeuse, mais pas danseuse. Mais j’aime bien danser le soir…»


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 28.03.2017 dans Sports collectifs


Stéphanie Mérillat, vice-présidente du HC Bienne, LNA

Stéphanie Mérillat: "J'ai de la peine avec le hockey féminin."

La veille de notre rencontre à Lausanne, au bord du lac, il y avait eu un acte V des Play off opposant Berne (succès 4-1, qualifié pour les demi-finales) au HC Bienne, club dont Stéphanie Mérillat est la vice-présidente, depuis août 2009. On parle de cette partie qui a été belle, des regrets au vu des occasions biennoises, des face-à face avec le gardien adverse perdus et forcément, des émotions que le hockey sur glace véhicule. "L'émotion est brute. Des gens la cherchent, ils la rencontrent à la patinoire, heureusement. Il faut la vivre en direct et c'est intense. La rapidité du jeu la nourrit et ses séquences, aussi." Avant de s'endormir et sans doute pour plonger dans une douce décompression, elle a lu. "Il me restait une quinzaine de pages à lire d'un polar de Franck Thilliez." Stéphanie Mérillat aime les polars, les thrillers, lire car elle a une soif éternelle de découvrir et d'apprendre. La lecture est, aussi, un merveilleux moyen d'évasion.

La saison passée, le HC Bienne connut un exercice compliqué, échappa à la finale des Play out pour ne pas descendre parce que Ajoie, champion de Suisse de LNB, avait décidé de ne pas monter. Le club ajoulot n'en avait pas fait la demande. "Nous avons été pris à partie par beaucoup de personnes. On se faisait engueuler. J'avoue que je n'avais plus du tout envie d'aller à la patinoire." Un passé récent que Stéphanie Mérillat ne souhaite plus revivre. Le présent est plutôt souriant.


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 16.03.2017


Virginie Faivre, ancienne championne de freestyle

Virginie Faivre : ses mots valent plus que des maux. Pour la première fois de l’histoire de sa vie entre terre et ciel, ou dans les airs, Virginie Faivre vit un hiver «blanc» ; soit sans skis ni neige, sans émotions ni magie. C’est que la championne vaudoise soigne sa santé à cause d’une chute sérieuse survenue au printemps 2016 à Zermatt. Avec sa tête, elle a heurté un bloc de glace recouvert de neige. Commotion cérébrale - ce n’était pas la première -qui lui procure aujourd’hui encore de sérieux maux de tête, qui perturbent son quotidien. «Mais je n’ai plus de problème d’équilibre linéaire dû à un trouble de l’oreille interne», rassure, souriante, Virginie Faivre. «J’ai été soignée à Zurich, au Swiss Concussion Center, un établissement réservé surtout aux sportifs, qui a ouvert il y environ une année.» Reste les maux de tête. «J’envisage de me rendre aux Etats-Unis, dans une clinique réputée, qui accueille régulièrement des sportifs qui souffrent après avoir subi une commotion. Le problème c’est que ça coûte. Il faut que j’en parle à mon assurance.»


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 14.03.2017 dans Gymnastique


Isabelle Camandona, ancienne gymnaste

Isabelle Camandona: "À 11 ans, j'ai quitté la maison pour vivre à Bienne."

On ne s'était jamais rencontrés et pourtant cela s'est passé comme si nous nous connaissions depuis des années. Isabelle Camandona respire la joie de vivre, de communiquer même si elle éprouve le besoin de se retrouver dans la nature, pour un peu de calme, pour respirer, mieux. A Corseaux, où elle vit, elle est physiothérapeute. "Je travaille chez moi, je suis indépendante, ce statut, qui privilégie ma vie de famille, me réjouit." Idéal, pour elle, de pouvoir tout combiner. Elle vient de terminer un Master en sport à l'UNIL. Dans son cabinet défilent des sportifs mais aussi Monsieur et Madame tout le monde. "Je reçois aussi des séniors, mes petits vieux comme je les appelle affectueusement, ils sont au courant que je les appelle comme ça. J'aime leur présence, ils savent un tas de chose, j'aime les écouter parler, raconter. Ils sont merveilleux." Son métier est gratifiant. "Gymnaste, j'ai souvent été blessée. J'ai vu les physios travailler. Ça me plaisait. Je trouve formidable de voir les gens aller mieux, c'est aussi ce qui rend la profession intéressante. Dans ce métier, il n'y a pas que le médical, il y a les échanges."


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 07.03.2017 dans Sports de raquette


Ivan Du Pasquier, ancien joueur de tennis

Ivan Du Pasquier: un autodidacte, citoyen du monde. La vraie écriture de son nom, c'est Ivan Du Pasquier. "On a racheté la particule, il y a 300-400 ans, mais ne me demandez pas pourquoi le D est en majuscule", dit l'ancien tennisman, lequel n'a jamais quitté son sport, ce sport qu'il aime tant. "Même sur mon passeport, mon nom n'a pas toujours été écrit correctement." 

Depuis plus de 30 ans, il enseigne le tennis au Lausanne-Sports. Il est même directeur de son école. "On y dénombre une centaine de jeunes et on compte au LS 30 juniors "compétition", le travail ne manque donc pas. Tout ça me passionne. Je m'intéresse au tennis pour son jeu mais aussi pour son aspect social. Il regroupe – et c'est pareil dans d'autres sports – des personnes de conditions différentes. J'aime l'enseigner, tout entreprendre pour faire grandir les jeunes dans la vie, avec l'aide du tennis."


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 28.02.2017 dans Sports de raquette


Manuela Maleeva-Fragnière, ancienne championne de tennis

Manuela Maleeva-Fragnière : cette grande dame n’a pas (vraiment) aimé le tennis. Elle a été la première sportive professionnelle de son pays. Elle a ouvert une porte dans ce sens et contribué à l’essor du tennis en Bulgarie. Avec ses deux sœurs, Magdalena (4e) et Katerina (6e), elle a figuré avec elles, en même temps parmi les 10 meilleures joueuses mondiales, durant de nombreuses années. «C’était, rappelle-t-elle, à la fin des années 1980, début 1990. Pour rester 10 ans dans les dix premières, il  faut tout le temps progresser parce que derrière les jeunes arrivent.» Le 4 février 1985, Manuela Maleeva a figuré au 3e rang grâce à de formidables résultats, derrière Martina Navratilova et Chris Evert. En 1987 elle se marie avec François Fragnière, dont elle est aujourd’hui séparée.


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 21.02.2017


Daniel Perroud, organisateur d'évènements sportifs

Daniel Perroud : un metteur en scène qui aime les acteurs. Hier, Daniel Perroud, metteur en scène, qui a, à son palmarès plus d’une centaine d’organisations de grands événements sportifs, était entouré de collaborateurs. «A l’époque de DPO – Daniel Perroud Organisations –, que j’ai vendu, j’étais entouré de 6 personnes fixes, d’environ 40 pour le Supercross et de 250 pour le Tour de Romandie.» Aujourd’hui, cet homme exceptionnel, au look d’acteur, très attachant, humble et sensible car il est à l’écoute des autres, est tout seul et son bureau est beau. Sa société Daniel Perroud Management SA se trouve à Nyon. Elle a pour but toute activité commerciale dans les secteurs de l’automobile – un domaine qui le passionne –  et du sport – sa vie, ou presque – ainsi que le développement, la réalisation et la commercialisation de projets immobiliers. «Chapitre sportif, je ne fais plus que le Jumping.» Daniel Perroud qui n’a jamais «fait» de cheval, parle du Jumping Longines de Crans-Montana, qui a eu lieu en 2016, et appelé à avoir son histoire. Il est le directeur de cet événement, qu’il organise avec François Besençon.


Lire la suite

Jacques Wullschleger

 

Un fou de sport. Et le mot est faible. Jacques Wullschleger (62 ans) a consacré sa carrière au journalisme sportif, d’abord pour la «Feuille d’avis de Lausanne» (devenue «24 heures»)dès 1972, puis au «Matin» dès 1984. Son palmarès parle pour lui: plusieurs Coupes du monde de football, des Tours de Romandie et d’innombrables championnats de hockey, tennis, natation, patinage artistique… Au final, des milliers d’articles, mais aussi des événements et des rencontres qui ont marqué l’homme.

_


S'abonner à ce blog:

S'abonner par mail:
Veuillez corriger votre adresse e-mail


Confirmer



Archives par sujet: