Michèle Oberson avec son fils Xavier (12 ans). C’est seulement à l’âge de 10 ans qu’il a été diagnostiqué dyslexique.

Vaincre les maux des mots

Troubles du langage Maman d’un enfant dyslexique, Michèle Oberson a créé un site d’information sur les difficultés de l’apprentissage pour mieux les faire connaître et permettre d’identifier les symptômes.

Dyslexie, dysphasie, dysorthographie, dysgraphie… Pas toujours facile de s’y retrouver avec les troubles de l’apprentissage «dys». Maman d’un garçon de 12 ans dyslexique et dyspraxique (troubles de la motricité), Michèle Oberson, ancienne chroniqueuse de «Maman au secours» à Coopération, avoue que leur parcours a été difficile.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

listes: un pédiatre, un ergothérapeute, un orthoptiste, un logopédiste… C’est seulement à l’âge de 10 ans que notre fils a finalement été diagnostiqué dyslexique, comme je le soupçonnais. Le processus est lent, parce qu’il est difficile de poser un diagnostic. Or, plus un trouble est dépisté rapidement, plus il est facile de prendre des mesures.» C’est pour améliorer l’information auprès des personnes concernées que Michèle Oberson a créé un site Internet sur les troubles de l’apprentissage. Résultat de deux ans de recherches sur le sujet, ce site donne de nombreux renseignements sur les symptômes des troubles, des conseils pratiques et un annuaire de spécialistes et de thérapeutes dans toute la francophonie. D’origine neurobiologique, la dyslexie est un trouble spécifique du langage écrit qui se caractérise par une difficulté à distinguer et à retranscrire les sons. D’après les dernières études en neurosciences, elle serait due à un fonctionnement différent du cerveau et concernerait environ 5 à 10% de la population.

«

Plus un trouble est dépisté rapidement, plus il est facile de prendre des mesures»

Michèle Oberson, maman et blogueuse sur la dyslexie

Un handicap scolaire

Selon le degré du trouble, la dyslexie, qui s’accompagne souvent de difficultés en écriture comme la dysorthographie, handicape passablement un enfant dans son parcours scolaire. Un élève peut avoir de mauvais résultats uniquement parce qu’il n’arrive pas à lire la consigne d’un exercice par exemple. Les écoles essaient de développer des appuis pour soutenir les enfants qui ont des difficultés de lecture et d’écriture. Un élève diagnostiqué dyslexique a droit à des mesures spéciales comme d’avoir plus de temps pour lire la consigne, ou de demander que celle-ci soit lue par l’enseignant.

Michèle Oberson prodigue conseils et informations sur son site dédié aux troubles de l’apprentissage.

Ordinateur en classe

Xavier, le fils de Michèle Oberson, est depuis deux ans dans une école privée subventionnée à Genève. Dans cet établissement, les élèves qui ont des difficultés d’apprentissage peuvent utiliser un ordinateur en classe.
«Les outils informatiques permettent d’améliorer grandement les performances des dyslexiques, tout comme celles des dyspraxiques et des dysgraphiques, explique sa maman. L’enseignant lui a par exemple appris à scanner des documents et le logopédiste lui montre comment utiliser certains outils comme le lecteur vocal. D’après moi, le numérique est la voie à suivre pour aider les enfants qui ont des troubles de l’apprentissage.»

Un diagnostic difficile

Expert Yann Dussuet est logopédiste en région genevoise. Il encourage les parents à lire avec leur enfant.

Pourquoi la dyslexie est-elle difficile à diagnostiquer?
La dyslexie est souvent associée à d’autres troubles de l’apprentissage. La difficulté est donc de déterminer d’où viennent les problèmes de lecture et d’écriture, s’ils sont causés par une dyslexie ou non. Même après un bilan, le diagnostic reste difficile à poser car nous devons tenir compte du parcours de vie de l’enfant et de plusieurs facteurs qui pourraient expliquer des difficultés en lecture, comme une scolarisation perturbée, des problèmes auditifs ou visuels, etc. Si nous suspectons que le problème vient d’ailleurs, des examens complémentaires chez d’autres spécialistes sont nécessaires.

Comment aider au mieux les enfants qui en souffrent?
La première des choses à prendre en compte est que l’enfant n’y peut rien. Il faut éviter de le mettre trop souvent en difficulté et de le bloquer dans son apprentissage. Souvent, avec les troubles d’apprentissage, l’estime de soi est touchée. Tout ce qui peut aider l’enfant à comprendre comment il fonctionne, quels sont ses points forts et comment il peut contourner ses problèmes sont bénéfiques.

Quels conseils donneriez-vous aux parents qui constatent des difficultés de lecture chez leur enfant?
S’il y a un soupçon de dyslexie, je conseille aux parents d’en parler au pédiatre afin de consulter un spécialiste et de faire un bilan chez un logopédiste. Sinon, d’une manière générale, je les encourage à lire avec leur enfant pour lui transmettre le goût de la lecture et lui montrer que ce n’est pas seulement une activité scolaire, mais aussi un plaisir.

troublesdapprentissage.com

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Delphine Gachet
Photo:
Patrick Gilliéron Lopreno
Publication:
lundi 09.11.2015, 13:56 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?