La région de Bordeaux recèle encore de belles surprises au sein de son vignoble.

Les pépites du bordelais

Chasse aux trésors Les spécialistes en vin de Coop ont sillonné le Bordelais à la recherche de petits châteaux peu connus et de vins au bon rapport qualité-prix.  

C’est une semaine intensive qu’a passée dans la région de Bordeaux Jan Schwarzenbach, œnologue chez Coop et responsable de l’offre en souscription pour les bordeaux 2014, en compagnie de Caroline Dessort et Ludovic Zimmermann, tous deux acheteurs en vins. Pour rappel, le Bordelais compte un total de 121 000 hectares de vignes.
En comparaison, le vignoble valaisan, connu pour être le plus grand de Suisse, ne couvre quant à lui que 5100 hectares. Trouver des trésors moins connus au milieu d’un si vaste territoire n’est donc pas chose aisée, mais Jan Schwarzenbach et son équipe y sont tout de même parvenus. «2014 est un excellent millésime de garde, frais et équilibré. L’automne chaud et sec a profité à de nombreux domaines; nous y avons dégusté de merveilleux vins. La maturité du cabernet sauvignon et du cabernet franc arrivant plus tardivement que pour le merlot, ces vins sont d’autant plus harmonieux et prometteurs», résume Jan Schwarzenbach.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

De jolies trouvailles

Au milieu des grands noms se cachent également de jolies trouvailles proposées dans notre offre. L’équipe a fait une première découverte dans la région du Médoc, à une heure de voiture de la ville de Bordeaux: le Château Fleur La Mothe. Les trois collaborateurs de Coop y ont rencontré les œnologues Edouard Massie, Antoine Medeville et Henri Boyer, qui ont acquis le Château Fleur La Mothe à Saint-Yzans-de-Médoc en 2008. Le domaine s’étend sur un total de 25 hectares, dont les 15 hectares les plus prometteurs sont exploités par les trois associés sur un haut plateau. Ils y produisent 50% de merlot, 40% de cabernet sauvignon et 10% de petit verdot.
La cinquantaine comme ses trois patrons, Jean-Luc Labaisse, leur maître de chai, s’occupe avec trois autres employés des tâches quotidiennes dans les vignes et dans la cave. Car ses patrons, surnommés les «trois mousquetaires», ont également fondé en 1990, avec Arnaud Chambolle, le laboratoire «Œnoconseil», une entreprise spécialisée dans l’hygiène, les examens de maturité, les analyses, les contrôles et le conseil. Œnoconseil compte aujourd’hui trois laboratoires occupant quinze salariés pour le compte d’environ 250 clients. Parmi eux se trouvent de grands noms tels que Château Lynch-Bages, Château d’Yquem, Château Calon-Ségur ou encore Château Léoville Poyferré.

Place à la qualité

«Nos clients ont été séduits par le fait que nous encavons nous-mêmes notre vin. Nos échanges d’expériences sont d’autant plus personnels et concrets que nous partageons les mêmes problèmes et les mêmes doutes, mais aussi les mêmes joies et la même passion du vin», explique Antoine Medeville. Et Jan Schwarzenbach d’ajouter: «Le Château Fleur La Mothe a quelque chose de particulier. Les trois associés ont terminé leurs études d’œnologie à Bordeaux la même année, et ont mis en pratique leur expérience et leur connaissance avec beaucoup d’engagement dans le domaine. Ils sont très motivés, leur savoir-faire est au top et leur vin offre un excellent rapport qualité-prix.»

Une passion partagée

Leur passion du vin, les trois associés la partagent depuis longtemps. Les parents d’Henri Boyer sont viticulteurs, aussi a-t-il goûté ses premières gouttes de vin à l’âge de 5 ans, «en les récupérant avec le doigt sur le bord d’un verre», raconte-t-il en souriant. Courtier de profession, le père d’Edouard Massie a permis à son fils de déguster son premier vin nouveau à l’âge de 11 ans. Et Antoine Medeville se souvient: «J’avais 13 ans lorsque le père d’Henri Boyer m’a laissé déguster un Château d’Yquem de 1929.»
Tous trois soulignent leur profond respect de la nature, lequel implique un nombre plus élevé de travaux manuels. «L’année dernière par exemple, nous avons ramassé à la main des centaines d’escargots qui se prélassaient dans les vignes», raconte Henri Boyer. Et Edouard Massie d’ajouter: «L’acquisition du Château Fleur La Mothe, un domaine régi par la même famille durant quatre générations, nous a permis de réaliser notre rêve. Notre travail s’est révélé d’autant plus excitant qu’il en a renforcé notre association. Le seul inconvénient, c’est que ma femme me reproche parfois de passer plus de temps avec mes associés qu’avec elle.»
Pourtant, tout bon lecteur d’Alexandre Dumas sait que cela est monnaie courante chez les mousquetaires. Et il suffit de déguster leur vin pour admettre sans l’ombre d’un doute que le temps passé au Château Fleur La Mothe est un bon investissement.

Plus d’infos sur: www.mondovino.ch/john-en-bordelais

Bordeaux 2014

Des vins entre 12 et 30 francs

La souscription permet de commander dès à présent des vins d’exception de l’excellent millésime 2014. «On trouve parmi ces vins, outre les grands châteaux, de nombreux bijoux émanant de petits producteurs qui mettent beaucoup de talent et de passion dans leurs vins. De nombreux vins formidables sont ainsi à découvrir dans une fourchette de prix allant de 12 à 30 francs», précise Jan Schwarzenbach.

Plus d’informations concernant l’offre sur: www.mondovino.ch/souscription

Château d’Escurac

Le pur-sang

Jean-Marc Landureau, 52 ans, représente la troisième génération du Château d’Escurac en Médoc, situé sur la rive gauche de la Gironde. Les vignes ont toujours été présentes au Château d’Escurac. On y trouve également des terres agricoles. Aujourd’hui, cet œnologue diplômé, qui est revenu à la propriété en 1990 après sa formation et diverses expériences professionnelles, a décidé de se concentrer exclusivement sur le vin. Les 23 hectares de vignes (11 ha de merlot, 10 ha de cabernet sauvignon, 2 ha de petit verdot) sont répartis sur 18 sites. Pour l’élevage en barrique, Jean-Marc Landureau utilise 20% de fûts de chêne américain. Selon Jan Schwarzenbach, «son vin est une véritable découverte».

Château d’Escurac 2014, Haut-Médoc AOC
Prix: 14 fr. 95/75 cl, 89 fr. 70 le carton de 6 bouteilles
Maturité: 2022–2034

Château Pierre 1er

Nouveau nom

Les vignes du Château Pierre 1er sont opposées à celles du Château Figeac et se situent sur une butte offrant un drainage optimal. Des raisins très mûrs y sont récoltés et vinifiés. Âgé de 58 ans, le propriétaire Jean Dutreuilh maîtrise la vinification sur le bout des doigts et collabore depuis des années avec le grand spécialiste du bordeaux Michel Rolland. «Les vins sont à la fois structurés et raffinés, et envoûtent le palais à chaque étape de maturation, qu’ils soient jeunes, mûrs ou vieillis. Le rapport qualité-prix est alors excellent», note Jan Schwarzenbach. Son vin s’appelle désormais Château Pierre 1er.

Château Pierre 1er 2014
Saint-Emilion AOC Grand Cru
Prix: 14 fr. 95/75 cl, 89 fr. 70 le carton de 6 bouteilles
Maturité: 2019–2029

Château Limbourg

Le méticuleux

Le Château Limbourg fait partie des vins d’appellation Pessac-Léognan produits dans le vignoble des Graves, où les températures sont 2 °C plus élevées que dans la région du Médoc. En résultent des vins charnus et puissants. Pour produire son vin, Alain Maufras (60 ans) utilise exclusivement des fûts de chêne de Bourgogne, ce qui est très rare pour un bordeaux. C’est avec le plus grand soin qu’il travaille dans les vignes et peaufine ses méthodes dans la cave. «Ses vins ciblent également un public jeune et citadin, sans renier leur caractère ni leur autonomie», commente Jan Schwarzenbach.

Château Limbourg 2014
Pessac-Léognan AOC
Prix: 12 fr. 95/75 cl, 77 fr. 70 le carton de 6 bouteilles
Maturité: 2018–2034

Un vin surprenant

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Ce pinot valaisan porte une robe rubis aux éclats de couleur bronze. Son nez est plutôt discret mais très riche de maturité, des notes de kirsch se mêlant à des arômes épicés avec un soupçon d’animalité. C’est un vin surprenant au palais car, à la première impression de son bouquet timide, on est surpris de la puissance qu’il dégage. Un séjour en barrique lui confère une bouche mûre et complexe. Avec sa finale chaleureuse, ce vin accompagne volontiers une viande rouge grillée, un risotto aux champignons ou simplement, un fromage à pâte dure déposé sur une tranche de pain aux graines. Le pinot noir est le premier cépage rouge du Valais, mais aussi de Suisse. Il faut veiller à le cultiver sur des terrains pas trop chauds afin d’éviter qu’il ne développe des goûts cuits et confiturés.

Saint-Léonard AOC Valais Réserve Domaines des Virets, 2012

Prix: 19 fr. 95/75 cl
Origine: Suisse, Valais
Cépage: pinot noir
Maturité: 2015-2016
Disponible: dans les grands points de vente ou sur: www.coopathome.ch

.

www.mondovino.ch
Nadine Bauer

Texte: John wittwer

Photos: Getty Images

Publication:
lundi 15.06.2015, 14:10 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours

Retrouvez toutes nos recettes