Le travail dans les vignes a une influence sur la qualité des futurs vins.

Les promesses des vignobles

Vendanges Quel sera le millésime 2016? Le pronostic est encore difficile à établir, mais il s’annonce prometteur… si la météo joue le jeu. Quant aux vins 2015, ils sont très riches.

Il reste trois petits mois jusqu’aux vendanges. Mais pour les vignerons, l’été n’est pas synonyme de farniente. Au contraire. La vigne est en pleine croissance. Le tronc principal pousse de 2 à 3 cm par jour, jusqu’à 10 cm quand les conditions sont idéales. Pour que le raisin se développe harmonieusement jusqu’à l’automne, il faut lui donner un coup de main. Les trop longues branches ou les pousses ne portant pas de fruits sont coupées, pour une meilleure aération et les feuilles près des grappes sont éliminées pour fournir air et lumière aux grains.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Après une averse, le feuillage sèche ainsi plus vite, avec moins de risques de champignons et de parasites. Grâce à ce travail manuel, essentiel, le viticulteur influence grandement la récolte et la qualité du nouveau millésime. La météo reste le plus grand ennemi d’un bon vin. «Elle est de plus en plus imprévisible. Cela nous oblige à une surveillance constante de nos vignes», constate Mattia Bernardoni, de la maison tessinoise Tamborini.

Il y a parfois des coups de chance. Si le gel des nuits d’avril a occasionné des dégâts dans certains vignobles autrichiens, les vignerons suisses s’en sont tirés à bon compte: «Seules quelques parcelles à basse altitude ont été légèrement touchées», indique le Valaisan Gilles Besse, œnologue du domaine Jean-René Germanier.

Du soleil, du sucre

La situation en Suisse orientale est différente: «Le gel a causé des dommages importants, surtout sur le riesling-silvaner», déplore Rüdiger Steck, responsable de la qualité du raisin auprès de Weinkellerei Rahm à Hallau, dans le canton de Schaffhouse. La perte de rendement s’élève ici à 50%.

Fendant valaisan, merlot tessinois ou heida de Visperterminen (vignoble le plus haut de Suisse): les vignes sont actuellement en fleur dans tout le pays. Pour que tout se passe bien entre la floraison et la maturité à l’automne, il faut bénéficier d’un temps ensoleillé et chaud.

Puissants vins 2015

Beaucoup de pluie avant la vendange ne gâte pas vraiment le vin, mais elle ralentit l’accumulation de sucre, en particulier pour les cépages rouges. Les cépages blancs, souvent plus précoces, peuvent fournir une récolte de bonne qualité même avec moins de sucre: pour le vin blanc, l’acidité joue un rôle plus important.

L’année 2015 a démontré à quel point de bonnes conditions météo pouvaient influencer le vin. Grâce à un été extrêmement chaud et de faibles précipitations, les vendanges ont pu commencer presque partout avec deux semaines d’avance et le raisin cueilli avait une forte teneur en sucre.

Les vins 2015 sont par conséquent très riches, complexes et puissants, très alcoolisés, très fruités, mais également frais. Pour Gilles Besse, cela ne fait aucun doute: «Il s’agit d’un millésime exceptionnel, avec un grand potentiel de vieillissement.» Seule ombre au tableau: la quantité. Avec 850 451 hectolitres, la récolte 2015 figure parmi les plus maigres des dernières années.

Rien n’est encore joué

La faible pluviométrie a provoqué une diminution de 9% du volume des vendanges en comparaison de l’année précédente. Bien qu’il soit encore trop tôt pour établir des pronostics fiables, l’année 2016 s’annonce bonne, du moins pour ce qui est de la quantité. «Les ceps portent plus que les deux années précédentes», confirme Michael Hock, maître de chai des caves St. Jodern Kellerei à Visperterminen, dans le Haut-Valais. Il s’agit à présent de laisser mûrir le raisin dans des conditions optimales, puis de l’encaver avec art. Mais l’été est encore long jusqu’aux vendanges…  

Rigueur et amitié

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Même si l’appellation peut être utilisée partout en Suisse, c’est à Neuchâtel que l’Œil-de-Perdrix est né. On a retrouvé des étiquettes d’Œil-de-Perdrix neuchâtelois datant de 1861! Exclusivement vinifié à base de pinot noir, c’est un vin plaisant en de nombreuses occasions. Il convient pour l’apéritif, mais accompagne aussi volontiers de la volaille, un pique-nique campagnard ou de la cuisine exotique. Il est coloré d’une teinte qui oscille entre le rose et l’orange, avec un parfum discret mais une bouche agréable, souple et fruitée. La Cave des Coteaux a été fondée en 1949. Elle travaille sept hectares de vignes et achète la récolte de 50 ha supplémentaires. Ces parcelles sont travaillées par des vignerons rigoureux, avec lesquels la cave a tissé des liens d’amitié.

Neuchâtel AOC Œil-de-Perdrix Rosé Cave des Coteaux, 2015

Prix: 13 fr. 50/75 cl
Origine: Suisse
Région: Neuchâtel
Cépage: pinot noir
Disponible: dans les plus grands points de vente Coop et sur:

www.mondovino.ch
texte:
Nicolas Bollinger
Photo:
Getty Images, DR
Publication:
lundi 04.07.2016, 13:35 heure

Retrouvez toutes nos recettes