Ces six vins (voir encadré ci-dessous) ont été produits en harmonie avec la nature.

Les vins bio, davantage qu’une mode

Succès Des produits naturels qui ravissent le palais. Une promesse honorée par toujours plus de vins bio depuis une vingtaine d’années.

Les vignobles biologiques se démarquent au premier coup d’œil d’une exploitation conventionnelle. En effet, le sol entre les rangées de ceps est recouvert d’un parterre de fleurs et d’herbes. Les vignobles bio offrent ainsi un habitat à des insectes tels que des abeilles, bourdons et papillons. Les oiseaux en profitent également, pour preuve le concert de bourdonnements et gazouillis qui règne dans cet écosystème.

Des vins de caractère

«Cela fait près de vingt ans que Coop propose des vins issus de la viticulture biologique. Le premier a été le Neuchâtel blanc du Domaine des Coccinelles, suivi du
Château Barillet du Domaine genevois des Balisiers. Aujourd’hui, nous proposons une septantaine de vins bio, dont dix-huit suisses», détaille Sylvia Berger (44 ans), category manager Vins et Mousseux chez Coop. «La finesse des vins bio tient à des vignes saines et robustes, marquées par une importante biodiversité et une terre florissante», ajoute-t-elle. En effet, les viticulteurs bio sont toujours plus nombreux à élaborer des vins remarquables et de caractère, en harmonie avec la nature.
Strictement réglementée, l’agriculture biologique bannit les pesticides/herbicides et les engrais chimiques synthétiques. Des préparations à base de plantes ou
de minéraux permettent de lutter contre les maladies et les nuisibles.

Réglementation très stricte

De plus, les limites de la teneur globale en soufre sont plus faibles dans les vins bio. Le soufre est un gage de qualité pour conserver l’arôme et la fraîcheur du vin, tout en évitant l’oxydation (changement de couleur). Ça tombe bien puisque ce sont les meilleurs raisins qui nécessitent le moins de soufre.
Le mildiou est un problème majeur auquel sont confrontés les vignobles, en particulier durant les étés humides. Par manque d’alternatives, les viticulteurs bio sont souvent contraints d’éradiquer cette maladie fongique à l’aide de préparations au cuivre dont l’usage fait l’objet d’une réglementation très stricte. Ils ont donc de plus en plus souvent recours à des poudres de roches et à des préparations contenant de l’alumine.

«

Le consommateur contribue à la sauvegarde de la nature.»

Sylvia Berger, category manager Vins et Mousseux chez Coop

Sylvia Berger, category manager Vins et Mousseux chez Coop

Sylvia Berger, category manager Vins et Mousseux chez Coop
Sylvia Berger, category manager Vins et Mousseux chez Coop

Par amour de la nature

La volonté de préserver le sol et les plantes favorise un nombre croissant de vins bio d’une qualité inégalable au caractère typique du lieu et du cépage.
«En choisissant un vin bio, le consommateur contribue à la sauvegarde de la nature et au renforcement de la biodiversité. Par ailleurs, les directives très sévères en matière de vin issu de la viticulture biologique empêchent tout résidu de pesticide», déclare Sylvia Berger. Sans oublier que leur goût rivalise sans aucun doute avec celui des produits conventionnels. C’est notamment pour cette raison que la part de vins bio disponibles dans les magasins Coop s’accroît sans cesse. «La vente de ces produits augmente chaque année. Elle représente actuellement près de 5% du chiffre d’affaires», se réjouit Sylvia Berger.

Vins bio chez coop

On trouve chez Coop des vins bio rouges, rosés et blancs. Quelques exemples:

  1. Vin mousseux Jaillance   Clairette de Die AOC, 12 fr. 50/75 cl
  2. Château de Caraguilhes Rosé  Corbières AOC, 9 fr. 95/75 cl
  3. Rioja Crianza Señorio de Arriezu DOCa, 12 fr. 95/75 cl
  4. Domaine de la Bigaire Mont-sur-Rolle AOC, 11 fr. 95/75 cl
  5. Marie-Gabrielle Cazes Côtes du Roussillon AOC, 11 fr. 95/75 cl
  6. Montepulciano d’Abruzzo D. Jasci DOC, 8 fr. 80/75 cl

Classique toscan

L'experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Le prince des cépages y est roi. Établie en Toscane depuis 1141, la famille Ricasoli a créé l’une des plus anciennes entreprises viticoles italiennes. Ce chianti est une belle illustration de cette cave où le savoir-faire ancestral est enrichi des techniques les plus modernes. Composé en grande majorité de sangiovese, cépage prince de Toscane, ce cru puissant se démarque par une robe d’un rouge profond, un nez intense d’une grande complexité où se mêlent des notes boisées avec des senteurs d’eau-de-vie et de griottes. Sa bouche corsée profile des tannins assez anguleux, et s’affirme par une finale chaleureuse avec un soupçon d’amertume qui lui donne une belle persistance. Cet italien de caractère mérite une ouverture préméditée de la bouteille ou alors un passage en carafe sans trop de ménagement. Il faut le boire sur des plats riches, des viandes en sauce, un ragoût au vin.

Chianti Classico DOCG Riserva Rocca Guicciarda 2012

Prix: 16 fr. 95/75 cl
Origine:
Italie, Toscane
Cépage:
sangiovese
Maturité:
2015-2018
Disponible:
dans les grands points de vente ou sur: www.coopathome.ch

.
.

www.coopathome.ch
Plus dʼinfos sur le vin sur www.mondovino.ch

Texte: John Wittwer

Photo: Heiner H. Schmitt, SP

Publication:
lundi 19.01.2015, 15:50 heure

Retrouvez toutes nos recettes