Seul ou à plusieurs, on s’accroche aux poignées des snow tubes et c’est parti pour le grand frisson.

Leysin est à l’aise avec la glisse

Perle touristique. Depuis une quinzaine d’années, le Tobogganing Park de la station vaudoise suscite un véritable engouement. Sensations garanties pour toute la famille.

Silvio Giobellina (59 ans), fondateur du Tobogganing Park et ex-champion de bobsleigh

Silvio Giobellina (59 ans), fondateur du Tobogganing Park et ex-champion de bobsleigh
Silvio Giobellina (59 ans), fondateur du Tobogganing Park et ex-champion de bobsleigh

Le ciel est bleu et le soleil brille sur Leysin. En bas du village, à deux pas de la patinoire, se dressent des toboggans de neige et de glace. Les cris d’excitation et les rires attestent d’une ambiance bon enfant, accentuée par la musique de fond qui sort des haut-parleurs.
La passerelle qui surplombe les pistes est un bon point d’observation pour se faire une idée de la chose. Bien calés dans de grandes bouées, les snow tubes, les «tobogganeurs» dévalent les pentes à pleine vitesse; sur certaines, on peut atteindre 60 km/h. Munis d’un casque, les plus téméraires optent pour la piste en forme de tremplin. Et atterrissent sur un gigantesque airbag.
A l’arrivée, le plaisir est manifeste et s’affiche aussi bien sur le visage des enfants que sur celui des têtes grisonnantes. «Ouah, c’est trop cool!», «On refait?», «J’essaie la 6!» Et hop! Tout le monde y retourne, sans effort puis-qu’un lift en forme de tapis roulant les amène aux tours de départ.

La réputation de l’air pur et sec de la station des Alpes vaudoises a fait le tour du monde.

Depuis sa création, en 1999, le Tobogganing Park suscite un engouement qui va croissant: 38 000 entrées comptabilisées l’an passé, nouveau record. Il est vrai qu’il procure des sensations uniques, ne nécessitant ni matériel onéreux ni préparation particulière. Il faut certes respecter les consignes dispensées par les 35 personnes qui en assurent le bon fonctionnement.
Certains viennent s’amuser après le ski (il y a des ouvertures nocturnes). D’autres, comme Cédric (39 ans) et sa fille Sarah (7 ans), de Rolle, font exprès le déplacement pour y passer l’après-midi.

Le Tobogganing Park de Leysin compte quatorze pistes, de vitesses différentes.

Devenir tobogganeur est à la portée de tout le monde. Ou presque. Encore faut-il surmonter une appréhension quelquefois assez tenace! En haut des tours de départ, à 5 m du sol, on s’assoit en tailleur dans les grandes chambres à air, on s’agrippe fermement aux poignées et… on fait confiance. C’est parti! Le vent siffle dans les oreilles et ce sont les virages qui provoquent le grand frisson. «J’ai voulu recréer les sensations que je connaissais du bob», explique Silvio Giobellina. Impossible, en effet, de parler du Tobogganing Park sans évoquer son fondateur, l’ancien champion du monde de bob (ndlr: en 1982, puis médaillé de bronze aux JO de 1984 à Sarajevo). C’est lui qui, chaque hiver, façonne les couloirs. Et les peaufine d’année en année. «A ma connaissance, c’est la seule installation du genre en Suisse. Et peut-être au monde. Il y en a au Canada, mais les pistes sont toutes droites, sans virages.» Leysin en compte quatorze, dont trois destinées aux enfants de moins de 5 ans. «Une fois, une fillette de 2 ans s’est endormie pendant la descente», se souvient l’ex-champion. Le doyen des tobogganeurs affichait, lui, 91 printemps…
Portant ce projet à bout de bras depuis ses débuts, Silvio Giobellina s’apprête à passer la main. Car si le Tobogganing Park n’est ouvert «que» trois mois (de décembre à mars, selon la météo), les 2700 m de pistes exigent un soin particulier. Même une fine pellicule de neige freine les tobogganeurs. «Ce matin, j’ai commencé à 2 h. Comme il avait neigé, il a fallu déneiger, enlever le fond initial et passer la dameuse», explique l’ancien bobeur, très investi dans son travail.

On peut déguster une fondue (sur réservation) dans le village des neiges.

Entre deux poignées de mains, deux éclats de rire – à Leysin, il est connu comme le loup blanc –, Silvio Giobellina nous fait encore visiter le village des neiges. La yourte finlandaise fait office de buvette le jour et propose notamment du saumon à la laponne. Et de l’autre côté de la passerelle, de grands igloos abritent un restaurant et une chapelle dans une atmosphère Grand Nord. Chaque dimanche à 17 h, un prêtre y célèbre la «prière du skieur et du tobogganeur».

Avec la collaboration de Suisse Tourisme

Leysin: pour son air pur

Tarif du Tobogganing Park.
Adulte (1 h 50): 25 fr.
Enfant (5-15 ans, 1 h 50): 17 fr.
Une descente: 3 fr.
Mini pistes enfant (jusqu’à 5 ans, 1 h): 5 fr.
Informations: 024 494 28 88
Caisse et réserv.: 079 377 96 71

Accès. Depuis la sortie d’autoroute d’Aigle, la route du col des Mosses conduit à Leysin en 30 minutes depuis la plaine. Un train à crémaillère relie également la station depuis Aigle.

Histoire. Situé à 1263 m d’altitude, Leysin est bâti sur une terrasse, sur le versant sud de la Tour d’Aï (2331 m). Vers la fin du XIXe siècle, ce village, reconnu pour son air pur, accueille plusieurs sanatoriums pour soigner les tuberculeux. Leysin devient une destination de cure mondialement connue.

Ski alpin. Avec les stations des Mosses – La Lécherette (auxquelles elle est reliée uniquement par la route), Leysin forme un domaine skiable d’environ
100 km.

Infrastructures. Centre sportif de la Patinoire (curling, mur d’escalade, tennis, etc.); Centre sportif de la Piscine (squash, salle de musculation, etc.). Pistes de ski de fond; sentiers balisés pour raquettes et balades à pied.

L’anecdote. Claude François y a tourné son dernier enregistrement TV, la veille de sa mort.

Prochains événements. Tournoi international de curling (1er et 2 mars). Leysin Champs Open, compétition de ski et de snowboard freestyle (13 au 16 mars).

www.leysin.ch
www.tobogganing.ch
Aline Petermann
Photo:
Charly Rappo/Arkive.ch
Publication:
lundi 24.02.2014, 13:00 heure

Publicité