La belle Anglaise, qui est aussi actrice à ses heures, fait son retour musical avec son nouvel album, «Seven».

«Je serais perdue 
avec un enfant»

Voix d’or de la soul blanche, Lisa Stansfield, 
qui a essayé de devenir maman, est de retour dans les bacs 
après dix ans d’absence. Rencontre avant son unique concert 
en Suisse, le 8 mai, à Zurich.

Clip

Interview

Coopération.  Qu’est-ce qui vous a donné envie de refaire de la musique?
Lisa Stansfield.  Vous savez, je n’ai jamais vraiment arrêté de penser à la musique ou d’écrire des chansons. Je m’étais juste résignée à ne plus sortir de disques parce que je me sentais indésirable. Et puis la mère de mon mari est tombée très malade et ma maman est décédée, ce qui a remué plein de choses en moi. En plus, le succès d’artistes comme Adele, Amy Winehouse et Emeli Sandé, dont je me sens proche musicalement, m’a amenée à penser qu’il y avait peut-être à nouveau une place pour moi dans la musique.

«

Je suis soulagée
de ne pas être 
tombée enceinte. 
Je n’ai vraiment pas l’instinct maternel»

Après le décès de votre mère, vous avez essayé de tomber enceinte et même recouru à la fécondation in vitro. Est-ce que cela explique aussi votre longue absence?
C’était vraiment bizarre, comme si mon horloge biologique me disait que je devais absolument avoir un bébé. Je suppose que quand la vie disparaît, on ressent le besoin de donner la vie. Mais je suis soulagée de ne pas être tombée enceinte. Je n’ai vraiment pas l’instinct maternel. Je crois que je serais perdue avec un enfant! Je ne regrette pas tout l’argent que j’ai dépensé en traitements parce que cette expérience m’a appris quelque chose.

Votre nouvel album est très réussi. Pourquoi avez-vous employé un orchestre pour vous accompagner?
J’ai trouvé que les chansons avaient un côté filmique et qu’il fallait une production en cinémascope pour les mettre en valeur. On est en train de préparer des vidéoclips pour accompagner chaque titre parce que l’album raconte une histoire. Il s’agit d’une femme qui trouve l’amour, mais qui est ensuite rejetée et ne fait plus confiance à personne. Alors elle doit apprendre à aimer à nouveau.

Ce n’est pas un récit autobiographique puisque vous êtes en couple depuis vingt-cinq ans. Comment faites-vous pour vivre et travailler avec votre mari?
Je crois que nous sommes habitués l’un à l’autre. Si on se lève du mauvais pied et qu’on doit passer la journée ensemble en studio, on oublie vite notre animosité. Lorsqu’on a fini de bosser, on a généralement oublié pourquoi on s’est engueulés le matin!

«

On s’est souvent dit qu’une chanson allait être un 
carton, mais c’est très subjectif»

Lorsque vous avez composé ensemble «All Around the World», vous doutiez- vous que cette chanson allait devenir un tube planétaire?
Il nous arrive parfois d’être excités après avoir composé un titre, mais on ne sait jamais ce qui va marcher. On s’est dit plusieurs fois qu’une chanson allait être un carton, mais en fin de compte, c’est très subjectif. Si on connaissait la formule, on serait milliardaires!

Votre nouvelle tournée va passer par la Suisse. Quels souvenirs gardez-vous de votre dernière visite?
Mon meilleur souvenir de la Suisse reste le festival de Montreux et son cadre idyllique, même s’il m’y est arrivé une drôle de mésaventure. J’avais mis de l’autobronzant et, comme le soleil tapait fort, j’ai cru bon de rajouter une protection solaire. Ma peau a mal réagi et mon teint a viré au jaune dans la rue. Pour réparer les dégâts, j’ai fini par devoir me maquiller tout le corps!

Portrait 

Lisa, la fidèle

Férue de soul. Née dans une banlieue de Manchester, Lisa Stansfield a été biberonnée à la soul de

Motown. Sa mère était particulièrement fan de Diana Ross et de Marvin Gaye. «Ma mère a été mon premier professeur de musique», confie-t-elle. Fidèle en amour. Elle a 14 ans lorsqu’elle rencontre son futur mari et producteur, Ian Devaney, sur les bancs du lycée. D’abord juste amis, ils deviendront un couple huit ans plus tard, après avoir formé un groupe ensemble. Ils sont mariés depuis vingt-cinq ans.

Actrice. Lancée par le tube «All Around the World» en 1989, la chanteuse de 46 ans a vendu 15 millions d’albums. Elle s’est aussi essayée à la comédie et joue le rôle d’une mère dans un nouveau film anglais, «Northern Soul».

Actu. Son 7e album, «Seven» (distr. Phonag), est dans les bacs. Accompagnée de cuivres et de cordes classieux, sa voix de velours est toujours aussi chaude et sensuelle. Elle se produira au Volkshaus de Zurich le 8 mai. Location: www.ticketcorner.ch

http://lisa-stansfield.com

Soundcloud de Lisa Stansfield

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Miguel Cid

Rédacteur

.

Publication:
lundi 17.03.2014, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?