En manque de soleil? La lumière artificielle peut vous aider durant l’hiver.

Luminothérapie: la lumière contre le blues hivernal

Bien-être Une alternative au soleil, chez soi: en voilà une idée lumineuse pour surmonter la morosité et la grisaille de l’hiver sans se ruiner.

Des journées courtes caractérisées par un manque de soleil et peu de temps à l’extérieur. L’hiver, notre organisme est peu exposé à la lumière. De quoi dérégler notre horloge biologique, car la lumière constitue un repère pour nos yeux et synchronise nos rythmes internes. Avec pour conséquence un blues hivernal, voire une dépression d’hiver, qui s’empare rapidement de notre corps. L’humeur bascule et les phases de fatigue se multiplient tout au long de la journée.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

La lumière artificielle

Malgré tout, il est possible de remettre l’horloge biologique sur les rails. Souvent, il suffit de faire chaque jour une promenade d’une demi-heure en extérieur, au petit matin. Mais tout le monde n’en a pas le temps… Heureusement, il a été prouvé que le déficit en lumière pouvait également se compenser par des séances quotidiennes d’exposition à une source de lumière arti­ficielle. Les études ont montré que les symptômes diminuaient plus vite avec une luminothérapie qu’avec des antidépresseurs.

De 7000 à 10  000 lux

Il convient de choisir une lampe adaptée et de déterminer son usage. Philips, Beurer, Medisana et Lumie proposent ce type d’appareil (p. ex. le Beurer TL 40 vendu 68 fr. 90 chez Nettoshop.ch). Les experts du «Center for Environmental Therapeutics» (CET), centre spécialisé et indépendant de thérapeutique environnementale, recommandent une intensité lumineuse minimale de 7000 lux, et idéalement de 10  000 lux, ainsi que des luminaires dotés d’un large rayon d’éclairage. Ces derniers produisent l’intensité souhaitée, même à une certaine distance. En outre, les lampes réglables de manière à ce que la lumière se diffuse en oblique et de haut en bas s’avèrent pratiques, car elles permettent au «patient» de s’asseoir tout près de la source lumineuse sans être ébloui.

Test en ligne

Les petits modèles sont plus faciles à transporter et peuvent en outre, pour certains, produire 10  000 lux. Mais la proximité avec l’appareil peut causer des vertiges ou des maux de tête. Le site Internet du CET propose un test en ligne pour découvrir le moment et la durée qui conviennent à votre luminothérapie personnelle. Les effets se font ressentir dès les premiers jours d’utilisation. Une fois que de bonnes conditions sont atteintes, vous pouvez interrompre la luminothérapie, dont les bienfaits perdurent souvent jusqu’à la fin de la morne saison. Même si les effets secondaires sont plutôt rares dans le cadre d’une utilisation correcte, c’est uniquement en cas de dépression hivernale et en concertation avec le médecin qu’il faut envisager de recourir à la lumi­nothérapie tous les jours et pendant tout l’hiver.

Le test en ligne du CET

Exemple de lampe (Beurer TL 40)

Comment choisir une lampe de luminothérapie (reportage France 5)

Musique dans chaque pièce

http://www.cooperation.ch/Luminotherapie_+la+lumiere+contre+le+blues+hivernal Luminothérapie: la lumière contre le blues hivernal

Cette enceinte compacte n’a besoin que d’une prise et d’un routeur wifi pour diffuser sans fil de la musique depuis un smartphone ou une tablette. Les services de streaming tels que Spotify et Deezer ou les applications de radio en ligne proposent des millions de chansons. Disposez plusieurs enceintes chez vous et faites résonner vos mélodies à l’unisson ou pièce par pièce… et même jusque dans la salle de bain, puisqu’elles résistent à l’humidité. Enfin, avec des microphones raccordables, l’appareil sera paré pour lancer des playlists et ajuster le volume par commande vocale.

«Sonos One», chez Fust pour 249 fr. 90

Conseil appli: dépister la dépression

http://www.cooperation.ch/Luminotherapie_+la+lumiere+contre+le+blues+hivernal Luminothérapie: la lumière contre le blues hivernal

Inquiétude, perte d’appétit, idées noires… Est-ce les signes avant-coureurs d’un mal-être passager ou d’une dépression? Une application développée entre autres par des scientifiques de l’hôpital universitaire de la Charité de Berlin aide à y voir plus clair. Celle-ci indique l’état psychique de son utilisateur sur 14 jours en lui posant trois questions matin, midi et soir, puis délivre une évaluation et, éventuellement, un résumé détaillé à partager avec un médecin.

«Moodpath: Depression & Burnout», gratuit sur iOS et Android

texte:
Andreas Grote
Photo:
Getty Images, DR
Publication:
lundi 08.01.2018, 14:30 heure