Des animaux sociables, qu’il faut toujours élever à deux au moins!

Ma poule de compagnie

Le monde devient-il fou? Peut-être, car voici la nouvelle mode: vivre avec une poule! A y regarder de plus près…

Elle a une réputation de douce bécasse, mais détrompez-vous: la poule est une charmante compagne qui peut se montrer affectueuse et en prime, elle offre ses œufs. Bien qu’elle ne fasse pas encore partie des NAC (nouveaux animaux de compagnie), elle est en passe de faire un tabac chez les particuliers, même en ville, où son plumage dessine des taches colorées dans les jardins privés.
Il existe des dizaines de races différentes, des plus petites aux plus grandes, poules
de luxe et poules pondeuses – attention: l’hiver, bien des caqueteuses cessent de fournir les œufs frais, à moins de choisir une Alsacienne ou une géline de Touraine, toutes deux noires, une faverolles – à l’allure Pompadour – ou une blanche gâtinaise.

Pour le débutant, il est conseillé d’adopter deux bestioles pour entamer l’aventure, car un seul individu s’ennuie. Le poulailler proprement dit, à l’abri de la pluie et du froid, offre au moins un mètre carré par poule, comprenant dortoir, pondoir et séjour, son réfectoire à elle (ne pas oublier l’abreuvoir).
L’enclos idéal est de 40 m2 d’herbage, où les deux belles s’en vont picorer insectes, larves, limaces, nuisibles de toutes sortes. Elles recyclent avantageusement les déchets de table. Une bonne pondeuse a besoin de grain approprié et de gravier, voire de coquilles d’huître qui renforcent la coquille. Attention, notre emplumée déteste l’humidité… et craint comme la peste les prédateurs genre renard ou belette. Il est donc impératif que l’enclos soit grillagé au moyen de mailles serrées (2 mètres de haut) et profondément enfoui dans le sol.
 
Après 3 ans, la poule pond moins et dès 8 ans, on ne peut plus compter sur elle pour les omelettes. Bien soignée, elle atteint 15 ans… si elle ne passe pas à la casserole avant. Précisons pour les béotiens qu’il n’est pas besoin de coq (qui dérange les voisins) pour que la poule ponde. Le mâle arrogant n’intervient que pour la reproduction. Enfin, la propreté est essentielle à son bien-être et à sa santé: abreuvoir nettoyé tous les jours, abri lavé à l’eau savonneuse et désinfecté une fois par semaine.

Exposition: comprendre les oiseaux

Mieux comprendre le rêve d’Icare paraît évident pour le visiteur qui parcourt la nouvelle exposition annuelle du Musée d’histoire naturelle de Genève consacrée aux oiseaux. Présentation de photos d’oiseaux au fil des saisons, animations ludiques, vidéos: neuf thématiques, allant des parades nuptiales aux plus beaux nids de la collection du Museum, en passant par les espèces disparues, ou encore les grandes migrations et autres chants, visites guidées, films et rendez-vous pédagogiques se déroulent jusqu’en septembre 2014. Cette manifestation rappelle à l’Homo sapiens ce qu’il doit à ses amis ailés. On découvre que l’oiseau se porte bien sur Internet, bonne nouvelle pour les amateurs d’ornithologie. Une expo haute en couleur et scientifique, dont les décors et les mises en espaces surprendront grands et petits.

«Oiseaux», Musée d’histoire naturelle, Genève, Malagnou 1, tous les jours sauf le lundi. Tapez:
www.ville-ge.ch/mhng

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Fotolia
Publication:
lundi 30.12.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?