1 von 8


Après son accident, Marc Ristori s’est retrouvé en fauteuil roulant, mais n’a rien perdu de son caractère de battant.

Marc Ristori est ambassadeur de la course  à pied populaire Wings of Life, les Ailes de la vie. Elle aura lieu à Olten le 3 mai prochain. Toutes les taxes d’inscritption seront reversées en faveur de la recheche sur le moelle épinière. Red Bull est l’organisateur.

Victime d’une chute lors du Supercross de Genève en 2007, Marc Ristori (33 ans) est depuis lors en chaise roulante: „Je n’ai toujours pas accepté. Il y a une part de frustration et de colère en moi: la moto était la vie que j’avais choisie.

„Je voudrai courir, faire de la moto avec mes potes, voyager n’importe où, monter sur un volcan... Je veux tout faire, aller toujours plus loin. Cela fait partie de mon caractère. J’ai toujours été comme cela.“

„Je ne suis pas malheureux. Mon accident m’a apporté plus d’ouverture sur monde. Avant, j’étais très centré sur moi. J’ai fais de la moto de 7 à 25 ans. J’étais dans un système où l’égo est très fort pour être le meilleur. Aujourd’hui je me suis ouvert sur d’autres choses, et je fais tout pour que ma vie soit cool.“

Marc s’entraîne trois fois par semaine: vélo (handbike), art martial et physiothérapie.“

Séance de force avec son coach personnel et ami Sylvain Millet.

„Aujourd’hui je vis mieux le moment présent. Avant mon accident je devais beaucoup anticiper, et je n’avais pas le temps de savourer les moments extraordinaires que j’ai vécus. Aujourd’hui on prépare ce que l’on sera demain.“

Marc Ristori: «Me dépasser, c’est mon caractère»

Solidaire Marc Ristori, 33 ans, est ambassadeur de Wings for Life, une course à pied populaire en faveur de la recherche sur la moelle épinière.

«

Ça a été dur de retourner à l’école! »

Il nous a donné rendez-vous dans une salle de sport: «J’aimerais une photo dynamique», lance cet ancien coureur de motocross, un des meilleurs du monde. Une photo à son image: volontaire, exigeante. Marc Ristori a chuté lors du Supercross de 2007 chez lui à Genève. Depuis il est en fauteuil roulant. La course à pied – ou en chaise – pour laquelle il s’investit aura lieu le 3 mai prochain à Olten.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Comment vous êtes-vous retrouvé dans cette aventure de Wings for Life?
De manière assez naturelle. Red Bull (ndlr: organisateur de la course) m’a contacté. J’espérais secrètement qu’ils le fassent. C’est un honneur d’être ambassadeur aux côtés d’athlètes tels que Ronny Keller ou Gian Simmen.

Pourquoi est-ce Red Bull qui récolte des fonds pour la recherche sur la moelle épinière?
Certains vous diront que ça n’intéresse pas les pharmas parce que ça ne leur apporte pas assez d’argent… Je n’en sais rien. Red Bull est concerné directement parce que certains de ses athlètes sponsorisés ont eu un accident. C’est bien qu’ils se mobilisent. C’est un projet sérieux. Le montant de toutes les inscriptions est reversé pour la recherche.

Courir pour faire avancer la recherche, Wings for life le 3 mai 2015 à Olten.

Les sports extrêmes sont-ils plus touchés?
Le sport «champion» en la matière, c’est le ski. Et on n’en parle pas forcément plus que cela. Mais c’est vrai que dans la moto, il y en a quelques-uns comme moi. Mais ces recherches sont aussi importantes pour des maladies dégénératives comme la sclérose en plaques par exemple.

C’est important de servir de porte-parole des personnes handicapées?
Oui et non. Je ne suis pas un porte-parole. Mais si je peux aider à ce que les choses évoluent, je fonce. Après mon accident, quelqu’un avait dit: «Au moins c’est une personnalité médiatique qui a été blessée. Ça fera parler du problème.» Je ne l’ai pas mal pris: il avait raison.

Son casque de champion

Une chose que vous aimeriez changer pour les personnes en fauteuil roulant?
Que toutes les nouvelles constructions soient adaptées, ainsi que les espaces publics. Il n’y a pas de demi-mesure possible, notre intégration passe par là.

Comment s’est passée votre réinsertion depuis votre accident en 2007?
Ça a été difficile de retourner sur les bancs d’école. J’avais arrêté ma scolarité après l’école secondaire pour me consacrer à la moto. Même si j’avais les notes pour aller au collège, je n’avais pas l’esprit formé à l’étude. J’ai dû apprendre, quatorze ans après, pour obtenir un Bachelor en marketing et communication. C’était un énorme défi. J’aime cela.

Et aujourd’hui que faites-vous?
Je travaille à 40% au Service cantonal du sport depuis janvier 2014. À côté de cela j’ai monté un projet pour promouvoir des athlètes de sports «alternatifs» comme le motocross, le BMX, le skate ou les sports de combat. Ça s’appelle RForce8. Les athlètes que l’on présente sont les meilleurs dans leur domaine. Nous voulons mettre en avant leur travail et leur philosophie personnelle pour inspirer les autres sportifs.

Son livre de chevet

Avez-vous une rente AI?
Oui. La paraplégie prend beaucoup de temps. Notre corps est un peu spécial. On doit faire des soins. Pour arriver à 8 h au travail, je me lève à 5h30 - 6h.

Quels sont vos loisirs?
Je m’entraîne trois fois par semaine: handbike, art martial et physio. J’aime le cinéma aussi. Avec RForce8, nous faisons beaucoup de vidéos. Et puis la musique encore, les concerts. Et j’adore les fringues.

Vous êtes remonté sur une moto en 2010.
Oui, cela m’a demandé une année de travail. C’était très important d’y parvenir. J’avais les gaz au guidon et une sorte d’arceau qui me maintenait sur la selle.

Avez-vous pu accepter votre sort?
Non. J’ai des moments de colère: la moto était la vie que j’avais choisie! Mais je ne suis pas malheureux. Je vois la chance que j’ai aujourd’hui, ce que l’accident m’a amené de positif. Je fais tout pour que ma vie soit cool.

4 dates dans la vie d’un champion de moto

1998 Sa scolarité finie, il part s’entraîner trois mois en Californie. Il sait qu’il sera motard.

2006 L’apothéose de sa carrière: il gagne deux étapes du championnat du monde, dont une à Genève.

2009 Après sa chute en novembre 2007, il part s’isoler trois mois en Pologne pour «se laver».

2015 Ambassadeur de la course Wings for Life en faveur de la recherche sur la moelle épinière.

www.wingsforlifeworldrun.com

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Gilles Mauron

Rédacteur

Photo:
Patrick Gilliéron Lopreno
Publication:
lundi 13.04.2015, 15:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?