Il existe de multiples façons pour économiser l’eau: dans cette culture de pêches au Maroc, les paysans 
ont misé sur la micro-irrigation (tuyaux noirs par terre).

Maroc: économiser l’eau où elle est rare

Au Maroc, grâce à un 
projet innovateur, 
Coop veut économiser 
autant d’eau que 
le volume utilisé 
pour la production 
de fruits et légumes.

La plupart des paysans étaient enthousiastes», raconte Félicien Mazille après sa visite à Agadir au Maroc. «Il y a eu des sceptiques, ce qui est normal, mais au fond, la réaction des gens envers notre projet de compensation de l’eau était très positive», poursuit ce chimiste et cofondateur d’Aquasis, une jeune start-up innovatrice de Lausanne, spécialisée dans la gestion durable de l’eau.
Le voyage à Agadir effectué en juin par Félicien Mazille et son partenaire José Luis Carrasco, ingénieur en environnement, a prouvé une fois de plus que les échanges et la collaboration avec les paysans sur le terrain sont indispensables à la réussite de tout projet consacré à l’eau.

L’agriculture est une activité économique importante à Agadir. Elle participe à l’essor économique de la région. De nombreux emplois en dépendent.

«

A Agadir, il tombe moins de 200 millimètres d’eau par année. A Zurich, c’est cinq fois plus»

On en exporte des produits en Suisse, et notamment chez Coop. Si l’agriculture s’est si bien développée à Agadir, c’est surtout dû à la nature des sols et aux conditions climatiques, les deux étant optimales. L’eau est la seule ressource rare. A Agadir, il tombe moins de 200 millimètres d’eau par année, alors qu’à Zurich il en tombe cinq fois plus.
Pour Coop, il était logique de s’engager en faveur de l’utilisation durable de l’eau sur place. Dans son rôle de pionnier de la durabilité, le distributeur a cherché des voies innovatrices en collaboration avec Aquasis. On a opté pour le projet Compensation locale de l’eau, financé par le Fonds Coop pour le développement durable.

«Au cours d’une première phase, nous avons analysé la consommation d’eau, précise le chimiste. A Agadir, nous avons calculé la quantité d’eau nécessaire à la production des fruits et légumes destinés à Coop.» Dans une deuxième phase, il a fallu déterminer où et comment ce volume pouvait être économisé sur le terrain. Comme l’explique notre spécialiste, l’objectif du projet est de contribuer à la diminution de la pression sur l’eau, laquelle est calculée sur la base d’un indice. Cet indice donne le rapport entre la consommation d’eau et l’eau disponible dans une région, ce qui est plus parlant que de tenir compte uniquement de la consommation d’eau. D’après cet indice, on voit que le stress hydrique est beaucoup plus élevé à Agadir que chez nous en Suisse.

«Nous avons déjà identifié et hiérarchisé les causes et les risques liés à la pénurie d’eau», relève Félicien Mazille.

Félicien Mazille, Aquasis, spécialiste de la gestion
durable de l’eau

Félicien Mazille, Aquasis, spécialiste de la gestion
durable de l’eau
Félicien Mazille, Aquasis, spécialiste de la gestion
durable de l’eau
«

La réaction 
des gens envers notre projet était très positive»

Des représentants des groupes d’intérêt locaux, dont des producteurs et des politiciens, ont été associés au processus de recherche. Les résultats ont par conséquent une large assise. «Il faut maintenant élaborer des mesures concrètes en matière de compensation locale de l’eau et évaluer leur faisabilité», ajoute le chimiste. Des idées telles que l’exploitation de l’eau de pluie, l’usage parcimonieux de l’eau des installations sanitaires ou l’utilisation des eaux épurées sont en cours de discussion.

Ensuite, on recommandera une ou plusieurs mesures à mettre en œuvre. Félicien Mazille est optimiste: «Comme les gens sur place sont déjà impliqués, la réalisation en sera simplifiée.» D’ailleurs, en juin, l’attitude positive qui régnait sur le terrain l’a convaincu.

Promouvoir l’utilisation 
durable de l’eau

Coop soutient divers projets d’économie d’eau dans le monde. Petit tour d’horizon.

Indispensable: réservoir d’eau pour l’irrigation des cultures au Maroc.

L’eau est indispensable. Coop s’en préoccupe et le projet de compensation de l’eau au Maroc (voir ci-contre) en est l’exemple le plus récent. Promouvoir une gestion durable de l’eau est généralement l’un des éléments fondamentaux dans le domaine de la production des fruits et légumes.
Le Fonds Coop pour le développement durable finance divers projets dans ce domaine. Au Kenya, en collaboration avec l’Université de Leicester en Angleterre, on construit une infrastructure permettant d’utiliser l’eau durablement en produisant les roses Fairtrade de la région du lac Naivasha.
En Thaïlande et en Inde, un projet est consacré à l’amélioration de l’efficacité de l’eau dans la riziculture certifiée Fairtrade. Coop soutient l’utilisation de systèmes d’arrosage par goutte-à-goutte (micro-irrigation) dans plusieurs pays d’Amérique centrale.
Au Honduras, la division Chocolats Halba de Coop s’engage pour une utilisation économe de l’eau dans le cadre de sa stratégie de production durable du cacao.

www.coop.ch/eau

Quelques trucs


Economiser l’eau, c’est facile

Il y a plusieurs manières d’économiser l’eau, sans qu’il faille renoncer à un quelconque confort. Contrôlez vos robinets et les chasses d’eau qui gouttent. Il suffit parfois de changer vos habitudes: ouvrez le robinet seulement quand vous avez besoin d’eau, fermez-le pendant que vous vous brossez les dents ou que vous vous rasez. Des dispositifs techniques pour économiser l’eau sont aussi possibles. Vous pouvez réduire notablement la consommation d’eau en utilisant une douchette avec réducteur de débit ou un set économique pour le robinet, tous deux disponibles chez Coop brico + loisirs. Mieux vaut se doucher que de prendre un bain. Et enclenchez le lave-vaisselle ou le lave-linge seulement quand ils sont pleins.

Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
lundi 12.08.2013, 00:00 heure