L’aide maternelle Cristina Morales Subirats (à gauche) et la maman Nathalie Cuquemel massent le nourrisson David avec de l’huile de calendula sous le regard de sa grande sœur Anouk (2 ans).

Maternité: un coup de pouce bienvenu

Société Les aides maternelles offrent un précieux soutien à domicile aux mamans. Une nouvelle formation a été mise sur pied dans le canton de Vaud. Reportage.

Nathalie Cuquemel (27 ans) est l’heureuse maman de David, né le 5 novembre 2016. La Vaudoise a une fille aînée de 2 ans, Anouk, débordante d’énergie. Pas facile de s’occuper de deux enfants lorsqu’on vient d’accoucher. C’est pourquoi la maman a fait appel à une aide maternelle pour la décharger quelque peu: «Avec les deux enfants, j’ai eu peur de ne pas réussir à gérer!», expose Nathalie Cuquemel. Cristina Morales Subirats (53 ans), de Féchy (VD), l’aide en sortant par exemple avec Anouk pendant que la maman allaite son petit frère. «Cristina vient avec le repas préparé. Elle cuisine d’excellentes spécialités espagnoles. Elle sort la petite, lui fait prendre sa douche. Elle m’a aussi appris à réparer le pantalon d’un enfant. Cristina est très douée en couture!» «J’ai appris la couture en Espagne avec ma maman. J’aime beaucoup ça», confie-t-elle avec son joli accent du Sud.

«

Les mamans sont parfois démunies dans leur nouveau rôle»

Florence Bolli, formatrice d’aides maternelles

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Une formation polyvalente

Cette formation d’aide maternelle (Aima) délivrée par Agrilogie Cemef (Centre d’enseignement des métiers de l’économie familiale), à Morges, a été proposée par deux sages-femmes vaudoises de l’association Esprit sage-femme. Les neuf premières aides maternelles ont reçu leur diplôme en novembre dernier après une formation d’une année recouvrant sept modules d’enseignement:
habitat, plantes, alimentation, hygiène et santé, création textile, économie et environnement. La deuxième volée compte douze participants dont le premier homme. «Nous avons appris plein de choses. Par exemple à fabriquer de l’huile de massage à base de calendula», indique Cristina. «En alimentation, on apprend à cuisiner les restes pour gâcher le moins possible.» «Cette offre répond à un besoin des mamans. Elles sont parfois démunies dans leur nouveau rôle. La formation est polyvalente. Ensuite, chaque aide maternelle peut se développer dans son domaine de prédilection», souligne Florence Bolli, formatrice et responsable de la communication de la formation d’aide maternelle. «Il est également possible de suivre uniquement un module selon ses intérêts.» Cette formation pilote devrait se pérenniser pour autant que la demande soit au rendez-vous.

La maman reçoit des conseils en couture. Les deux femmes sont très complices.

Une prise en charge globale

Claire Ajoubair ne voit pas l’aide maternelle comme une concurrence à sa profession mais au contraire comme «un plus pour les mères. Elles sont souvent perdues. C’est nouveau pour elles. Une maman peut être désarçonnée face à des pleurs. Les femmes ont souvent des questions dans des domaines non médicaux. On peut déléguer une partie et se concentrer sur le médical. Cela permet une prise en charge globale autour de la maman. Les aides maternelles sont atteignables si besoin et ont une formation spécifique».
Nathalie et Cristina sont complices et le courant passe très bien entre elles, que ce soit pour s’occuper du nouveau-né, pour coudre ensemble ou pour échanger des informations et recevoir des conseils. Pour le moment, Cristina effectue deux heures hebdomadaires dans la famille. Elle est rémunérée 50 fr. par heure. Les prestations des aides maternelles sont remboursées par certaines assurances complémentaires.
«C’est une aide bienvenue d’avoir Cristina chaque semaine», commente Jérémie Künzle (26 ans). Le papa d’Anouk et David travaille comme indépendant dans la construction. «Ça se passe très bien. L’aide maternelle amène des connaissances en plus. Certains parents ne les ont pas!»

www.espritfamille.ch

Cristina Morales Subirats a préparé le repas pour la famille.

Des aides pour les parents

En Suisse romande, il existe d’autres initiatives pour aider les mamans. Le réseau SuperMamans prépare des repas gratuits à domicile grâce à ses bénévoles.

www.supermamans.ch

La Croix-Rouge suisse propose des formations d’accompagnement à la naissance (conseils sur l’alimentation, le sommeil et la santé notamment) pour les parents ainsi que des services de garde d’enfants à domicile. En 2015, plus de 100 000 heures ont ainsi été données en Suisse. Plus de 80 000 heures ont été consacrées à des parents en difficulté.

www.famille.redcross.ch

Commentaires (3)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Basile Weber

Rédacteur

Photo:
Darrin Vanselow
Publication:
lundi 16.01.2017, 13:55 heure





Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?