1 von 6


Le pianiste genevois Moncef Genoud improvise dans son chalet de Chermignon (VS). Non-voyant, il aime la sonorité du lieu. Sur la gauche, un portrait de lui enfant réalisé par son père adoptif.

Quand j'ai visité ce chalet, la sonorité de l'endroit m'a tout de suite plu, explique Moncef Genoud. La pièce où se trouve le piano est très haute, il y a beaucoup de bois. J'y joue la nuit. Il y a aussi un morbier. Parfois je m'amuse avec son tic-tac. Il me sert de métronome.

Le fameux morbier de Moncef Genoud. En plus de sa sonorité lancinante, il apprécie le toucher de son bois et de sa courbe.

Non-voyant de naissance, Moncef Genoud a appris à jouer du piano d'oreille, en reproduisant les morceaux de Fats Domino, Louis Armstrong… C'est son père adoptif, mélomane, qui l'a initié au blues et incité à jouer du piano. Ses pianistes préférés sont Michel Petrucciani, Chick Corea, Herbie Hancock, Bill Evans ou encore Brad Mehldau.

Pourquoi le piano? "Parce que j'aime bien le son. Mais je joue aussi un peu de batterie car j'aime le rythme. Piano et batterie sont très complémentaires. Quelque part, ce sont deux instruments de percussion."

La cloche au-dessus de Moncef Genoud, c'est son voisin de Chermignon qui la lui a offerte: "Il m'aide beaucoup et vient souvent me chercher pour aller boire l'apéro. Je n'y vais pas tout le temps car je n'arrive pas à suivre! Mais c'est bien pour s'intégrer!"

Moncef Genoud: «La musique occupe toute ma vie»

Harmonie Avec son nouvel album «pop songs», le pianiste de jazz genevois veut toucher le grand public. Rencontre avec un homme sensible et sûr.

«

J'écoute là où je mets les pieds »

Entre seulement», lance Moncef Genoud en ouvrant la porte de son chalet de Chermignon, au-dessus de Sierre. Son tutoiement spontané résonne comme de la générosité: faire simple, ne pas s’encombrer. Allons-y donc pour le «tu». «Attention il y a un meuble ici», prévient-il en le pointant du doigt. Lui est non-voyant. Ce n’est pas avec les yeux, dit-on, que l’on voit le mieux.

Moncef, c’est quoi la musique pour toi?
C’est toute ma vie. Elle est dans ma tête tous les jours, à chaque instant. J’ai toujours une oreille attentive à la musicalité. Un oiseau chante, quelqu’un rigole: ha ha ha ha hao ha ha ho! Ce sont des notes. On peut en faire quelque chose.

Les bruits aussi te parlent?
Oui, par exemple mon morbier devient un métronome: tic-tac, tic-tac… (il claque des doigts en même temps). C’est du quatre temps. On peut s’amuser à faire des rythmes de batterie dessus.

Et le silence?
La nuit, dans cette pièce très haute qui résonne bien, c’est un truc incroyable d’écouter le silence. Je n’y trouve pas de musique, mais de la réflexion. Ou parfois rien. Juste penser à rien et être comme ça, être là.

Moncef Genoud improvise au piano dans son chalet de Chermignon, au-dessus de Sierre, pendant que le photographe Adrian Streun le "mitraille" pour Coopération.

Qu’est ce qui influence ta musique?
Les promenades à pied ou à ski au grand air. Tu ne parles pas, tu es centré sur ta respiration. J’écoute là où je mets les pieds. Après une balade, je joue de manière plus flottante ou volante.

Pourquoi reprendre des tubes de Police ou de John Lennon dans ce nouvel album?
Je voulais m’essayer à cet exercice, et aussi toucher le grand public. Tout le monde reconnaît l’air de Message in a Bottle, de Police, ou Imagine, de John Lennon. Du coup, ça initie les gens au jazz. Ils aiment bien ce disque.

C’est uniquement pour plaire aux gens?
Non, j’aime ces chansons. Certaines comme Smells Like Teen Spirit, de Nirvana, ce sont mes élèves du collège qui me les ont fait découvrir. J’écoute beaucoup de musiques, du jazz bien sûr – Chick Corea, Brad Mehldau, Bill Evans – mais aussi du classique – Mozart, Ravel – et du rock, de Pink Floyd à Supertramp en passant par Memphis Slim et AC/DC. Partout, il y a des trucs à piquer.

Et la musique folklorique suisse?
Oui et non. J’aime bien le son du cor des Alpes. Et certaines fanfares en Valais où il y a d’excellents musiciens. Mais le folklore typique, pas plus que tant!

Comment «jazzéifie»-t-on une chanson?
Il faut se l’approprier en la jouant différemment. En triturant la mélodie, la rythmique, les harmonies… Mais avant, il faut apprendre à la jouer telle quelle. Ensuite on peut en faire ce que l’on veut!

Le son de la cloche offerte par son voisin de Chermignon.

Comment se passe ton travail avec les jeunes?
Je travaille au collège à 80% avec des 16–20 ans. Plus jeunes, je n’aime pas trop. Je suis directif ou sympa avec eux. Le programme scolaire est assez rigide. Mais j’aime bien les sensibiliser à ma vie un peu allumée de musicien. Je leur raconte des anecdotes de tournées. Ça leur plaît bien.

Et côté famille: tu as des enfants?
Oui, trois. Mais je n’ai pas vraiment de vie de famille. Ils viennent me voir au chalet à Chermignon. Pendant quinze ans j’étais en tournée entre le Canada, les USA, l’Afrique, le Japon… À 35 ans, j’ai pu me stabiliser grâce à ce boulot au collège qui me laisse pas mal de temps libre. Mon père adoptif m’avait forcé à terminer un papier d’enseignant en musique. Ça a finalement servi!

Par rapport à ta cécité, la musique t’a-t-elle été utile?
C’est un moyen de communication, mais ça l’est tout autant pour un voyant. La musique m’a ouvert des portes. Mais c’est idem pour tous: celui qui n’a rien pour se démarquer passe inaperçu.

Le tic-tac de son morbier qui lui donne le tempo!

Tu as quand même eu de la chance!
La musique m’a aidé à surmonter des moments de tristesse. Elle fait passer le temps aussi. Quand je suis au piano, je ne le sens plus. Pour quelqu’un qui n’a pas de passion, peut-être le temps est-il plus long?

Quel regard portes-tu sur ton parcours?
Je suis content d’avoir pu apporter quelque chose aux gens. Je remercie mes parents adoptifs de m’avoir donné accès au savoir suisse, au sport, à une vie bien agréable!

En concert avec Gabriel Scotti (basse) et Valentin Liechti (batterie): 21 mars, Ferme Asile, Sion; 28 mars, Chorus Club, Lausanne; 10 avril, Cully Jazz Festival. «Pop Songs» sur iTunes ou Discoclub à Genève. www.moncefgenoud.com

4 dates importantes pour le pianiste

1961 Naissance à Tunis. Non-voyant, il est adopté à 2 ans par une famille genevoise.

1989 Premier disque. Il se fait remarquer dans les milieux du jazz et jouera partout dans le monde.

2010 Il rencontre son amie avec qui il partage sa vie. Moncef a trois enfants. Le premier est né en 1988.

2015 Sortie de son 12e disque «pop songs», où il reprend du Police, Jimi Hendrix, The Doors, Nirvana…

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Gilles Mauron

Rédacteur

Photo:
Adrian Streun
Publication:
lundi 02.03.2015, 14:50 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?