Mylène Farmer dans un nouveau show à sa (dé)mesure. Sa tournée passe par l’Europe francophone, la Russie et la Biélorussie.

Mylène Farmer en mode éternel

La chanteuse de tous les superlatifs a entamé sa tournée «Timeless 2013».  Une quarantaine de dates qui créent l’événement. La tornade rousse se posera à Genève les 18 et 19 octobre. Analyse d’un phénomène.

Il y a quelque chose de magique dans ce qu’elle déclenche», estime l’écrivain et journaliste français Benoît Cachin, auteur du livre Tout l’univers de Mylène Farmer. Il est vrai que les artistes francophones capables de faire le plein de Paris-Bercy dix fois d’affilée à raison de 14 000 spectateurs par soir sont plutôt rares, pour ne pas dire inexistants…
Les billets pour sa tournée 2013 (Timeless, qui peut se traduire par éternel) ont été mis en vente voici plus d’une année et les 150 000 premiers ont été vendus en moins de six heures! Depuis, ce sont 400 000 tickets qui ont trouvé preneurs pour les 36 dates de Timeless 2013 qui a commencé en France, passera par la Suisse, la Belgique, la Russie et la Biélorussie.
«Les gens sont sensibles à son univers, à sa musique. Elle chante des choses qui les touchent. De surcroît, ses shows sont pharaoniques. Ce qui fait qu’un certain nombre y vont même s’ils apprécient moyennement Mylène», poursuit Benoît Cachin.
De ce point de vue-là, il est vrai que l’artiste ne déroge une nouvelle fois pas à sa propre règle (légende?) et gratifie le public d’un spectacle futuriste – avec robots danseurs! – et coloré, qui la fait rivaliser avec ses homologues américaines.

«

Elle représente la femme absolument intouchable, la madone ultra-féminine»

Cerise sur le gâteau, c’est le grand couturier Jean Paul Gaultier qui la drape dans ses habits de lumière.
L’univers de Mylène, justement, revenons-y: il est teinté d’amour, de sexe, de religion et de mort. «Il y a une grosse part de sexualité, de provocation, beaucoup d’imagerie religieuse catholique», résume l’écrivain.
Son parfum d’éternité, d’icône intouchable et, quelque part, inclassable, lui vaut d’ailleurs d’être devenue l’égérie d’une certaine communauté gay, «car elle représente la femme absolument
intouchable, la madone ultra-féminine et, en même temps, très forte et très distante. Comme une Madonna, une Dalida ou, plus loin, Marilyn et Marlene Dietrich», explique notre interlocuteur. Phénomène, la flamboyante rousse de 52 ans désormais l’est décidément à plusieurs niveaux.

Ajoutons-y celui de la communication puis-qu’elle ne donne… aucune interview ou presque, n’apparaît pas dans les journaux people. Elle refuse d’être nommée aux Victoires de la musique, d’être «statufiée» au Musée Grévin ou de figurer dans le dictionnaire. Même la Légion d’honneur n’a pas trouvé grâce à sa boutonnière.
A l’ère de Twitter et de la surcommunication instantanée pour un oui, pour un non, l’égérie aux 30 millions d’albums vendus a opté pour le silence.
Ce qui ne l’empêche pas,  comme on l’a vu, de remplir des salles avec une publicité relativement  discrète et traditionnelle (affiches). Son dernier album, Monkey me, s’est écoulé à 500 000 exemplaires – un exploit – avec la même stratégie.
L’année prochaine, cela fera trente ans que Mylène Farmer joue les libertines. Sans prendre une ride. Sa tournée actuelle ne pouvait pas mieux porter son nom.

Mylène Farmer – Tout l’univers de Mylène Farmer – De Maman a tort à Monkey me, Ed. First-Gründ-Livres du Dragon d’Or

www.mylene.net

Une salle construite pour elle

Mylène le vaut bien

L’Arena de Genève étant trop petite pour les 26 000 spectateurs attendus – une première romande – les 18 et 19 octobre, une salle spéciale est aménagée à Palexpo. «Des gradins de 8000 places sont montés. Le son s’annonce parfait avec l’aménagement de rideaux acoustiques derrière les gradins», explique Michael Drieberg, patron de Live Music Production. Coût: 800 000 francs... La salle se présentera en forme de U avec les gradins qui reviendront juste devant la scène. «Le public debout sera également plus proche de celle-ci», conclut Michael Drieberg. 

Décor futuriste

Fusée sexy, rouge et blanche

Le spectacle est déjà dans la salle avant un concert de Mylène Farmer. Avec un public hétéroclite et bigarré qui se bouscule. La majorité oscille entre 20 et 35 ans, la confirmation que la diva séduit toutes les générations. Dans un décor de science-fiction gigantesque, elle apparaît, fusée sexy blanche, puis rouge. La belle s’est astreinte à un entraînement physique de six mois pour enchaîner les chorégraphies très énergiques et, surtout, millimétrées. Elle fera décoller Palexpo, à Genève, les vendredi et samedi 18 et 19 octobre 2013.

Location: Ticketcorner et points de vente habituels.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Didier Walzer

Rédacteur

Photo:
Claude Gassian
Publication:
lundi 30.09.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?