Valentin Pehlivanlar (18 ans), à droite, a appris à nager avec l’ancien champion Stefan Volery (56 ans).

Natation: apprendre à tout âge

Sécurité Savoir nager est primordial. Alors que des adultes apprennent sur le tard, certains élèves n’ont pas accès aux cours faute de piscine.

Il y a deux mois et demi, il ne savait pas nager. Il a fait des progrès fulgurants!» L’entraîneur Stefan Volery  (56 ans), ancien champion de natation neuchâtelois à l’impressionnante carrure, est fier de son élève. Valentin Pehlivanlar (18 ans) aligne les traversées en crawl dans la piscine du centre sportif, à Couvet (NE). Le jeune homme s’entraîne dur pour les sélections de la formation de maître de sport à Macolin (BE).
Le sportif nage les poings fermés puis avec les mains ouvertes. «Cherche bien la glisse! Il faut que l’appui soit le plus long possible», conseille son entraîneur. «Cet exercice lui permet de sentir l’eau, de bien comprendre le mouvement.» Stefan Volery filme ensuite Valentin en action pour lui permettre de parfaire sa technique et être plus rapide. Il devrait réaliser un chrono minimum de 1 minute 28 sur 100 mètres. «C’est déjà balèze!», s’exclame Stefan Volery. «J’ai appris à nager à l’école mais c’était assez rudimentaire, explique le jeune homme. Après, j’ai très peu nagé.» Il tente la difficile nage papillon et s’en sort très bien. «Si tu arrives à gérer la respiration, le papillon c’est bon», commente son coach. L’athlète est satisfait de sa progression: «Maintenant, je sais nager! J’ai de plus en plus confiance et je suis à l’aise dans l’eau.»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

En Suisse romande, tous les élèves reçoivent des cours de natation durant leur scolarité. À Genève, par exemple, ils suivent une dizaine de leçons par an. Cela représente entre 34 et 45 heures lors de la scolarité primaire. Pourtant, certains élèves de primaire n’ont pas de cours de natation faute d’infrastructure, comme dans le canton de Fribourg. La direction de l’instruction publique a évalué les besoins et souhaite subventionner les piscines pour permettre la mise à disposition d’un nombre suffisant de bassins. «L’enseignement de la natation fait partie intégrante du Plan d’études romand», souligne Olivier Maradan, secrétaire général de la Conférence intercantonale de l’instruction publique. «C’est important non seulement pour l’éducation au mouvement mais aussi pour des raisons évidentes de sécurité.»

Des progrès fulgurants: l’entraînement paie...

Une piscine sur un camion

Stefan Volery propose une solution originale pour pallier le manque de bassins: créer une piscine mobile sur un camion de 46 tonnes pour permettre à tous les enfants d’apprendre à nager quel que soit leur lieu d’habitation. Son projet «Aqwa Itineris» est encore en gestation avec un prototype en construction et des contacts avec des collectivités publiques. «Le corps humain est constitué à 70% d’eau. Mais en Suisse, 30% de la popu­lation ne sait pas nager et on compte cinquante noyades chaque année», commente le coach sportif et mental. «Il faut dix à douze leçons d’au moins 30 minutes pour apprendre à un enfant à nager et qu’il se sente bien dans l’eau. Pas facile quand on a une classe de vingt élèves...» L’ancien champion – il a participé à quatre Jeux olympiques – conseille pros et débutants. Il traite aussi la phobie de l’eau. «J’ai une dame qui a peur sous l’eau et qui veut nager avec des dauphins. Après quelques leçons, elle a réussi à maîtriser sa respiration. Elle s’est même assise au fond de la piscine!»

L’entraîneur donne des conseils techniques au jeune nageur.

Gérer sa peur de l’eau

Pierre-Yves Guyenet (59 ans) suit des cours avec lui une fois par mois: «L’eau, ce n’est pas mon domaine, je fais ça pour pouvoir accompagner mes enfants adolescents à la piscine. Ils nagent super bien et ont appris aux cours de bébés nageurs! Moi, j’ai peur de l’eau. Main­tenant, j’arrive à faire un bassin. J’apprends à mettre la tête sous l’eau et à gérer mon angoisse.» Un premier pas dans la bonne direction.

«Une noyade est silencieuse»

Philipp Binaghi, porte-parole de la Société suisse de sauvetage

Philipp Binaghi, porte-parole de la Société suisse de sauvetage
http://www.cooperation.ch/Natation_+apprendre+ae+tout+aege Philipp Binaghi, porte-parole de la Société suisse de sauvetage

Prévention Certains parents sous-estiment les dangers de l’eau. La plupart des noyades seraient pourtant évitables selon la Société suisse de sauvetage.

Quels sont les dangers pour un enfant au bord de l’eau?
Les enfants en bas âge peuvent se noyer dans une eau peu profonde. Cinq centimètres suffisent, comme dans une pataugeoire. Une fois la tête sous l’eau, ils n’arrivent pas à se retourner.
Il est donc impératif de ne jamais les quitter des yeux, même dans la baignoire.
Pour les enfants plus âgés qui savent généralement déjà nager, la tentation est grande de les laisser se baigner seuls. Les enfants doivent être surveillés, même lorsqu’ils sont plus grands.
Il ne faut jamais oublier qu’une noyade est silencieuse et que personne ne la remarque, ou alors trop tard...

À quel âge les enfants doivent-ils apprendre à nager?
Le plus tôt est le mieux. Dans l’idéal, il faut commencer par habituer les jeunes enfants à l’eau. Ils sont ainsi dans de bonnes conditions pour apprendre à nager. Les premiers exercices de natation devraient débuter lorsque l’enfant a entre 5 et 7 ans. Bien sûr, il est possible de commencer encore plus tôt, pour autant que l’enfant soit doté d’une bonne motricité.

Qu’est-ce que le contrôle de sécurité aquatique (CSA)?
Il s’inspire du programme «Swim to Survive» (nager pour survivre) de la Société canadienne de sauvetage. Les contenus sont diffusés en Suisse par notre partenaire, le Bureau de prévention des accidents. Ce test a été développé pour les situations d’urgence. Les enseignants apprennent aux enfants à revenir seuls jusqu’au bord du bassin ou jusqu’à la rive après une chute dans l’eau. De nombreuses noyades sont liées à une chute inopinée. Ces accidents surviennent souvent à moins de 15 mètres de la berge. Le CSA permet à l’enfant d’acquérir les com­pétences aquatiques nécessaires pour se sauver.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Basile Weber

Rédacteur

Photo:
Darrin Vanselow, DR
Publication:
lundi 30.01.2017, 13:55 heure





Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?