La jeune femme décompresse et fait du sport en nettoyant.

Nettoyer c’est bon pour le moral

Psychologie. Le ménage a des vertus insoupçonnées: il libère des endorphines, remet les idées en place et fait perdre des calories. Un argument de choc, au moment d’entamer les nettoyages de printemps.

«

Le ménage me sort du stress de la semaine»

Julie Sîrbu, réceptionniste et enseignante

Julie Sîrbu, 31 ans, aime faire le ménage. Réceptionniste, enseignante, étudiante en littérature anglaise et comédienne, ses journées sont bien remplies. Et pourtant, quand vient le week-end, pas question de se reposer. «Nettoyer me détend, ça me sort du stress de la semaine, c’est un défouloir. Quand j’entends les grains de la litière des chats dans l’aspirateur, je me sens bien», sourit la jeune femme.
Son studio lausannois de 29 m2, qu’elle partage avec son ami et trois chats, ne l’autorise pas à laisser les choses s’entasser, le rangement est donc permanent. Et quand elle s’y met, c’est toujours à fond, dans tous les recoins, au plumeau, à la patte, sous le lit…

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Le comédien Carlos Henriquez trouve souvent des idées de sketch en repassant.

Balais d’endorphines

«Chez beaucoup de gens, le ménage représente un moyen de trouver une énergie supplémentaire. Vouloir faire place nette, trier, ranger, jeter, aspirer… sont autant de moyens de se ressourcer», explique la journaliste Anne de Chalvron, qui s’est penchée sur la psychologie du ménage dans son ouvrage «Apologie des petites corvées: les plaisirs secrets du ménage». L’idée de ce livre est née en entendant l’auteure Marguerite Duras raconter à la radio qu’elle ne pouvait pas se mettre à écrire sans avoir fait son lit. «Quelque temps plus tard, j’apprenais dans un sondage que la majorité des Anglaises préféraient faire le ménage à faire l’amour.»
Poutzer donne l’occasion de revenir sur les événements du jour, sans être sous le regard d’autrui, souligne la journaliste. Médicalement, le décrassage permet de libérer des endorphines, l’hormone du bonheur, par le mouvement et la satisfaction qu’il provoque. «Cela fait plaisir de le faire et de le contempler une fois terminé, rappelle l’auteure. J’ai rencontré des personnes en difficulté que le ménage a aidé à tenir bon. Quoi de plus facilement réconfortant qu’un sol qui brille, des objets soigneusement remis en ordre sur une étagère?» Julie Sîrbu voit les choses sous le même angle et confie mesurer son état psychique à celui de son appartement.

«

Attention à ne pas virer à l’obsession de la propreté»

Anne de Chalvron, journaliste

Dis-moi comment tu nettoies

Toutes les études concordent sur les bienfaits du nettoyage (Anne de Chalvron en recense une demi-douzaine dans son ouvrage), qui peut agir comme une vraie thérapie. Il existerait bel et bien des typologies de la ménagère. «Les psychologues disent de personnes qui passent leur temps à nettoyer qu’elles ne supportent pas le vieillissement, indique la spécialiste. Certaines femmes qui rangent à outrance manifesteraient vis-à-vis de la famille une volonté de contrôle…» Mais derrière les plaisirs secrets du ménage, il y a aussi les risques. Le danger à trop «plonger» ou à vouloir garder pour soi cette tâche peut avoir des effets préjudiciables à long terme. «Attention à ne pas virer à l’obsession ou à la volonté de garder le pouvoir sur les proches, petits ou grands.»
Et puis, observe-t-elle, parfois, le ménage a aussi ça de bon qu’il sert à compenser les manques ou les faiblesses qu’on ressent dans une vie de couple. «Les tâches ménagères restent aujourd’hui l’une des premières sources de conflit dans le couple.» Dans le top 3 des sujets de disputes conjugales recensés sur les forums Internet, on trouve l’argent, la famille, puis le ménage. Julie et son compagnon sont, eux, sur la même longueur d’ondes en matière de poussière. Il assure le coup d’aspirateur quotidien (poils de chats obligent), elle garde jalousement le privilège du ménage hebdomadaire.
Toutefois l’astiquage peut aussi réunir les couples, à l’image de ces deux époux au bord du divorce, qui se sont rabibochés en se rendant tous les dimanches matins à la blanchisserie, et en allant prendre un café pendant que le linge tournait, une anecdote que relate aujourd’hui l’auteure.

Femme de ménage de ses parents

Il faut dire aussi, que les hommes «ont de moins en moins peur d’avoir une image négative en passant l’aspirateur», selon Anne de Chalvron. Le comédien lausannois Carlos Henriquez raconte ainsi qu’avec ses amis, il parle souvent et sans complexe de plumeau et javel. «Autrefois, on partageait nos astuces. Passés 40 ans, on se refile nos femmes de ménage.». Si aujourd’hui il ne fait plus grand chose lui-même, et surtout pas l’aspirateur, il a gagné ses premiers sous en s’improvisant technicien de surface chez ses parents lorsque la femme de ménage a démissionné. «Par contre, pas question de déléguer le repassage, je me recentre, c’est un besoin, en plus j’adore l’odeur. 90% des idées viennent quand je ne suis pas en train d’en chercher.» Dans son prochain spectacle, dès septembre, il abordera les petits énervements du quotidien, comme les bouteilles de produits vides qu’on conserve quand même, la coriandre ou les vide-greniers où on va pour se débarrasser du superflu, mais dont on revient les bras chargés.

Une question de génération

La jeune comédienne a hérité de sa mère le perfectionnisme ménager. «Elle nettoie tous les matins la salle de bain, même quand elle est en retard. Elle repassait nos culottes et nos chaussettes!» Cela l’a marquée et a certainement influencé sa maniaquerie… Qui reste toujours insuffisante, aux dires de sa génitrice!
Le changement de générations, le féminisme et l’égalité des sexes ont passé par là. «Quand on pense qu’il y a seulement quelques décennies, les jeunes filles recevaient en cadeau de mariage un «manuel de la parfaite maîtresse de maison», le changement est énorme!», se réjouit au contraire la journaliste. Demeurent quelques habitudes ancrées, les mêmes produits d’hygiène, la même façon de coincer l’éponge sous l’évier, de réunir les torchons usés dans le filet.

Une silhouette taillée à l’aspirateur

S’il fallait encore un argument pour convaincre des bienfaits du ménage, le voici: il permet de perdre des calories. «On est dans la relation au corps avec les gestes, l’énergie», précise Anne de Chalvron. Julie Sîrbu confirme: «C’est du sport, j’essaie de tenir mes abdos en nettoyant. Je transpire. Les chats sont terrorisés et vont se cacher dans la baignoire.» Ses efforts n’ont pas échappé à ses amis, qui lui ont offert un set de nettoyage pour son anniversaire: gants, tablier, seau assorti. «Quand tout est fini, je m’endors dans des draps propres, j’ai l’impression d’être une princesse dans son palais étincelant.»

Chez les people aussi on astique au retour du printemps

Stéphane Lambiel, patineur artistique, Martigny:
«Le ménage, c’est le paradis, surtout quand c’est fini et que tout est propre! J’y consacre plusieurs heures par semaine entre la lessive, le rangement et le nettoyage. La lessive quand je rentre de voyage, c’est devenu un rituel avec les années et ça m’aide à me remettre dans le rythme!»

Barbara Polla, médecin, galeriste, écrivaine, Genève:
«Pour moi, les nettoyages de printemps rappellent l’enfance. La grande maison. Quand il fallait tout nettoyer, avec ma mère, avant d’envisager partir en vacances, l’été, l’odeur de la cire… J’aime la propreté: je vis celle du corps comme un honneur, elle fait partie de la dignité de soi et des autres; la propreté de mon entourage personnel ou professionnel contribue à la beauté du lieu, à une esthétique qui m’est très chère. J’aime bien le geste léger qui fait briller, et le résultat, surtout.»

Peter Rothenbühler, journaliste et conseiller médiatique, Lausanne:
«Le ménage est une diversion bienvenue… que je pratique le moins possible. Ma tâche préférée? Ranger la table, nettoyer les casseroles, allumer le feu, changer les ampoules ou descendre les poubelles. Je suis bon pour passer l’aspirateur. En nettoyant, je me sens utile. Mais vous savez, ma grand-mère Rosa a tellement nettoyé, sa vie durant, que cela suffira pour quatre générations. Donc, pour moi, les nettoyages de printemps consistent avant tout à ouvrir les fenêtres pour laisser entrer le soleil.»

Alexis Georgacopoulos, directeur de l’ECAL, Lausanne:
«Mon séjour est en principe rangé, mais dans le «back office», les piles de papiers et de magazines s’empilent. Tous les deux-trois mois, j’ai un déclic, et je débarrasse de manière drastique, pour faire de la place au nouvel arrivage. Je garde beaucoup de petits objets ramenés de partout. En tant que designer, j’aime les choses basiques spécifiques au pays. Ça s’accumule vite sur les étagères. De temps en temps, je les dépoussière une à une, c’est l’occasion d’effectuer un tournus avec celles que je garde dans des cartons.»

Cate Blanchett, actrice («Le Seigneur des anneaux», «Blue Jasmine»), Sydney:
«Ça me fait un bien fou d’entendre la poussière rentrer dans l’aspirateur. Ce sont des choses simples comme cela qui me maintiennent dans la réalité. » (Citation extraite du livre: «Apologie des petites corvées», d’Anne de Chalvron, Ed JC Lattès, 2012.)

Oui, on peut aussi s’amuser en nettoyant.

La preuve en chiffres

Qui de l’homme ou de la femme consacre le plus de temps au ménage?

Source Office fédéral de la statistique

Les experts vous conseillent

Saviez-vous que, pour éliminer les taches d’encre des tissus, il n’y a rien de tel que le jus de citron? Vito de Vito, enseignant à l’Ecole professionnelle artisanale et industrielle (SPAI) de Locarno nous révèle quelques astuces ménagères: «Des taches de graisse se sont déposées sur le granit de la cuisine? Recouvrez-les de farine durant quelques heures avant d’appliquer un produit dégraissant. Impossible de faire disparaître de vieilles auréoles sur vos vases en verre? Versez-y du vinaigre, du sel et des grains de riz, puis secouez à plusieurs reprises. Le vinaigre permet également de détartrer les bouilloires, il suffit de le laisser agir durant la nuit. Vos meubles en cuir présentent des taches? Un simple lait démaquillant fera l’affaire.»
Un accident est vite arrivé!
Selon le Bureau de prévention des accidents (bpa), la chute est la cause la plus fréquente de blessure durant les travaux ménagers. Le bpa et l’Office fédéral de la santé publique recommandent d’éviter les échafaudages improvisés et de ne jamais monter sur les rebords de fenêtre ni se pencher vers l’extérieur. Pour soulever les objets lourds, gardez le dos bien droit et fléchissez les genoux. Tirez la prise des appareils électriques avant de les nettoyer. En cas d’utilisation de produits chimiques, conservez-les hors de la portée des enfants en hauteur et dans des placards fermés et lisez les symboles de danger.

Dès le mois de juin, de nouveaux symboles de danger entrent en vigueur. Découvrez-les sur www.cooperation.ch/menage

Rien n’échappe à la maniaquerie de Julie.

Test

Quelle ménagère êtes-vous?

1. Vous constatez qu’une araignée a tissé sa toile dans un coin. Vous…
B    vous en occuperez lors de votre jour de ménage.
A    vous armez d’une ramassoire et d’une balayette et faites disparaître la toile.
C    ne faites rien. Ce n’est pas méchant une araignée.

2. Combien de produits de ménage possédez-vous?
A    Plus de 10
C    Moins de 5
B    Entre 5 et 10

2. Au moment de vous endormir, vous sentez une odeur désagréable.
B    Vous aérez l’appartement, en attendant le lendemain.
C    Cela ne vous empêche pas de dormir.
A    Vous vous relevez et cherchez le coupable.

4. Invitée à souper chez des amis, le repas est terminé. Vous…
C    reprenez un peu de vin.
B   rassemblez les assiettes et couverts sur la table.
A    aidez à débarrasser la table et à faire la vaisselle.

5. Combien d’heures par semaine consacrez-vous au ménage?
A    10 heures ou davantage
B    Entre 2 et 5 heures
C    Moins de 2 heures

6. Chez vous, la vaisselle se nettoie…
C    Le dimanche après-midi
A    Directement après le repas
B    Avant d’aller dormir

Résultats
Vous avez une majorité de A: vous êtes Bree Van der Kamp. Chez vous, ça brille, on ose à peine respirer de peur de salir.
Vous avez une majorité de B: le ménage, oui, mais quand vous avez le temps, ou quand les invités débarquent.  
Vous avez une majorité de C: vous avez une tolérance à la poussière remarquable. Un biotope naturel s’y épanouirait.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Mélanie Haab

Rédactrice

Texte réalisé avec la collaboration de Eva Nydegger, Giorgia von Niederhäusern

Photo:
Darrin Vanselow, Heiner H. Schmitt, SP, Keystone
Publication:
lundi 13.04.2015, 16:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?