Nicolas Bideau près de son bureau au DFAE, à Berne, avec la mascotte Happy Lilly.

Nicolas Bideau: «Ma recette? Le rösti méditerranéen»

Rencontre L’ambassadeur et directeur de Présence Suisse, Nicolas Bideau, nous parle du Pavillon à l’Expo universelle, de ses repas en famille, de la montagne ainsi que de l’été suisse à Arles.

«

La Suisse a beaucoup à raconter»

L’Exposition universelle bat son plein à Milan. Et au Pavillon suisse, comment cela se passe-t-il?
Les visiteurs apprécient cette Suisse et son pavillon qui n’ont pas cédé aux sirènes de la facilité et du superficiel. Avec le bâtiment à la forme d’un silo à quatre tours, nous avons choisi d’investir dans l’intelligence des visiteurs en liant précarité des ressources et responsabilité individuelle. Ça interpelle et… paie! L’exposition des cantons du Gothard avec leur énorme bloc de granit représentant le massif frappe beaucoup les esprits. L’atelier chocolat connaît aussi un grand succès. Le bilan initial est très encourageant.

Les quatre tours où les visiteurs peuvent se servir (l’une avec des pommes, une autre avec du café, une autre encore avec de l’eau, une dernière avec du sel) sont encore pleines? Comment réagit le public?
Les pommes séchées et les gobelets d’eau fonctionnent très bien. Le premier niveau de ces produits est à présent vide et les visiteurs font face à la pénurie. La plupart d’entre eux comprennent la situation. Une petite minorité est déçue de ne plus trouver les pommes et l’eau. Nous allons bientôt baisser les tours d’un niveau pour recréer de l’abondance.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

L’alimentation est le thème phare de cette Exposition universelle. À titre personnel, c’est une question importante pour vous?
J’aime beaucoup cuisiner et je suis sensible au concept de slow food. J’accorde une attention particulière aux produits du terroir, à la proximité et tout ce qui nous permet d’avoir un rapport éducatif et informatif à la nourriture. À la maison, nous avons un petit potager qui produit une partie des fruits et légumes pour la famille.

Chez vous, qui s’occupe de préparer les repas?
Toute la famille s’occupe du potager et je fais le plus souvent à manger.

Avez-vous une recette en particulier que vous aimez cuisiner?
J’ai développé ma recette du «rösti méditerranéen». Je mélange des pommes de terre râpées non précuites avec de l’échalote, des olives noires dénoyautées, des câpres salées, de l’origan ramassé moi-même en Sicile, un petit peu de peperoncino et un filet d’huile d’olive, avant de faire cuire le tout à la poêle. C’est un plat que je sers souvent à nos amis.

Vos activités vous imposent de fréquents déplacements. Y a-t-il un endroit en particulier où vous aimez vous ressourcer en Suisse?
J’habite à Lausanne. Je m’y ressource chez moi, en famille avec ma femme et mes trois enfants. Je vais aussi souvent me promener dans les parcs. J’apprécie également la paix de la montagne. Je fais beaucoup d’alpinisme, de l’escalade, du ski, de la randonnée. En montagne, je déconnecte complètement.

Une cravate du designer Paul Smith

Si la Suisse était un symbole, quel serait-il?
Le refuge alpin du Mont-Rose (ndlr: la nouvelle cabane du Mont-Rose, située à 2883 m d’altitude, en Valais, et inaugurée en 2009). Il représente le symbole parfait de ce que notre pays est capable de faire: une œuvre architecturale totalement high-tech et innovante qui s’intègre parfaitement dans son environnement! On a su trouver là l’équilibre parfait entre tradition et modernité. Je voyage beaucoup et cet équilibre parfait est loin d’être évident à trouver.

Une Maison suisse à Arles, c’est une première. Pourquoi ce choix?
Une Maison suisse ouvrira ses portes pendant toute la durée des Journées mondiales de la photographie d’Arles (du 6 juillet au 20 septembre).
Je viens du monde des arts (ndlr: son père Jean-Luc Bideau est acteur, sa mère Marcela Salivarova Bideau, metteur en scène). Je suis fasciné par l’utilisation de la culture pour faire de la diplomatie. Aujourd’hui, le monde n’attend pas la Suisse dans le domaine de la culture. Elle a pourtant beaucoup de choses à raconter, notamment à travers la photographie.

Que se passera-t-il dans l’espace helvétique d’Arles?
L’espace baptisé «Nonante-neuf» sera dédié aux rencontres et à la discussion.
Il s’agit de mettre en avant la qualité et la diversité de la photographie en Suisse à travers ses institutions, ses artistes, ses écoles ou ses éditeurs. L’esprit du lieu est fidèle à nos valeurs d’ouverture, d’échanges et de convivialité. Avec 100 000 visiteurs attendus, la vitrine est idéale pour la Suisse!

Sa fleur préférée, le rhododendron

Le destin d’un haut fonctionnaire en 4 dates

1969 Naissance à Prague, dans le pays de sa mère. Il étudiera en Europe et en Chine.

1988 Rencontre sa future épouse, Florence, lors de vacances à Verbier. Le couple a trois enfants.

2011 Il est nommé directeur de Présence suisse. Le Conseil fédéral lui octroie le titre d’ambassadeur en 2012.

2015 Parmi les événements de Présence suisse: l’Expo universelle de Milan et la Maison suisse à Arles.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Texte: Florence Widmer

Photos: Philipp Zinniker

Photo:
Philipp Zinniker
Publication:
lundi 15.06.2015, 14:30 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?