Céline (31 ans) et Xavier (32 ans) Pasche – ici en Turquie – ont pédalé sur plus de 30 000 km en près de trois ans.

Nomades vaudois

Partis à vélo de la Broye vaudoise le 1er août 2010, Céline et Xavier Pasche ont rejoint la Malaisie. Ils ont traversé vingt-cinq pays. Ils s’apprêtent à devenir parents et comptent bien poursuivre l’aventure à trois. Extraits.

Avec des mots et des photos, les Vaudois Céline et Xavier Pasche partagent leur voyage avec les internautes de Coopération, sur le blog Lumières d’ailleurs. L’aventure dure depuis presque trois ans et n’est pas près de s’arrêter!
Au bout du fil et de la webcam, en Malaisie, l’anthropologue et le dessinateur en bâtiment nagent dans le bonheur. Ils vont avoir un bébé tout bientôt: «On se sent prêts à poursuivre la route à trois, avec une charrette pour notre enfant. Tant que la magie du voyage est avec nous, on continue.»
D’ici là, les amoureux de la vie nomade se sédentarisent pour quelque temps, en louant un pied-à-terre en Malaisie. «ça fait tout drôle! Etre nomades, c’est être constamment dans le mouvement et se sentir vivants», indique Céline. En près de trois ans, le couple a traversé vingt-cinq pays et pédalé sur plus de 30 000 km. «Le vélo n’est pas un challenge sportif pour nous mais un moyen de transport», explique Xavier. Sur leur blog, à l’heure des 30 000 km, les globe-trotters ont écrit: «Des moment de joie intense, des grandes tristesses et des colères, des moments de sérénité et de paix, parfois difficiles, souvent magiques.»

La tristesse, ils la ressentent à l’évocation de la Syrie. Ils ont voyagé dans ce pays juste avant le début de la guerre civile. Ils y ont été émerveillés, sur le plan humain et face aux paysages: «Nous n’imaginions pas que la situation puisse changer si vite. Les nombreux contacts que nous avions sont devenus silencieux, c’est dur. Nous sommes vraiment touchés pour les personnes qui vivent des moments d’insécurité, d’incertitude et de danger.»
Ils éprouvent la joie à travers la fascination qu’ils expérimentent en découvrant l’énergie de chaque  pays: «Une frontière n’est pas juste une ligne sur une carte, c’est tout une énergie, une atmosphère, y compris avec des populations différentes», témoignent les voyageurs.
Ils apprennent toujours quelques mots des langues locales, ce qui leur ouvre des contacts, au moment de planter leur tente par exemple: «Depuis le début, jamais on ne nous a dit de partir, ou alors pour dormir entre quatre murs!» Ils ont un train de vie modeste: leur blog leur assure pour l’instant de quoi vivre et ils envisagent de donner des conférences.
La Sibérie, la Corée du Sud ou la Mongolie font partie de leurs meilleurs souvenirs. En Inde, c’était plus difficile. Ils y sont restés moins que prévu: «On n’était pas à l’aise. Quand ça ne va pas, on préfère renoncer plutôt que forcer et être dégoûtés.»
Iront-ils jusqu’en Nouvelle- Zélande, leur objectif premier? «On verra, nous vivons au jour le jour!»

Parcours

Turquie

Un accueil généreux
«L’intense générosité de la Turquie nous a ouvert les portes d’un voyage ancré au sein de chaque population, confiant de chaque rencontre. Lorsque la neige a recouvert les routes du Kurdistan,
son peuple nous a permis de traverser les montagnes grâce à son accueil.»
Octobre et novembre 2010, février 2011.

Syrie

La sagesse des Bédouins
«Les Bédouins y sont les maîtres du désert, ils ont le regard de ceux qui ont contemplé la terre longuement et ils possèdent la sagesse de leur territoire.»
Décembre 2010, janvier 2011.

a

Iran

Des mondes séparés
«Plongés dans un système de conventions sociales particulières, nous roulons dans un univers où le masculin et le féminin sont des mondes séparés. A nouveau au cœur de l’islam, l’hospitalité est reine, nous ouvrant les portes des demeures.»
Mars et avril 2011.

Tadjikistan

L’esprit en paix dans l’immensité
«Seuls dans les gigantesques espaces du Tadjikistan à plus de 4000 m d’altitude. Là, l’esprit est en paix dans la somptuosité des panoramas. Il nous faudra jusqu’à sept jours pour rejoindre le prochain village.»
Juin 2011.

a

Kazakhstan

L’inlassable vent
«Au milieu des infinies steppes kazakhes, il n’y a que la patience et la douceur pour poursuivre dans ces espaces vides où le vent souffle inlassablement. Et de ces espaces de rien, la magie des infimes nuances semble d’un coup se révéler.»
Septembre 2011.

Russie

Les températures chutent
«Nous passons des gigantesques champs de l’ex-URSS à la forêt sombre de la taïga, puis pénétrons dans les paysages glaciaux des montagnes sacrées de l’Altaï. Balancés entre la magie de l’écho du monde de Shambala et les doutes de l’hiver sibérien, nous entrons dans un monde où les températures ne cessent de chuter.» Octobre 2011.

Mongolie

Des nomades confiants
«Dans l’impossibilité d’obtenir des visas de longue durée, nous traversons le pays alors que nous entrons au cœur de l’hiver. Confiants, nous partons à la découverte de ces terres purificatrices, à l’image des nomades. Nous jouons avec la limite de notre matériel dans un univers qui s’étend à perte du vue sans âme à l’horizon.» Novembre et décembre 2011.

Chine

Poussés dans leurs limites
«Une grande traversée, de Shanghai au Kazakhstan, nous emporte dans une sacrée vague d’impressions, entre des régions marquées par des différences de culture, de saveurs, de paysages, de croyances. La Chine nous aura contraints, poussés dans nos limites, aliénés, mais finalement séduits et inspirés.»
De juin à août 2012.

Malaisie

Une naissance proche
«Terre d’accueil pour la naissance de notre enfant, elle est illuminée par le respect entre ses habitants, un multiculturalisme présent en tout lieu. Entre les flots de l’océan et les senteurs de la forêt tropicale, la Malaisie nous séduit.»
D’avril 2013 à aujourd’hui.

Blog

Aller sur le blog «Lumières d'ailleurs»

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Sébastien Arnex/Le Matin
Publication:
mardi 04.06.2013, 06:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?