1 von 6


Aurore retire des filets un Pouillot véloce. En Suisse, près de 80 000 oiseaux migrateurs sont bagués chaque année. En Europe, environ 1 million.

Le campement au col de la Croix: une tente, une table et des chaises. « Quand on a fini, il n’y a plus trace de notre passage ici »

Thalia (12 ans) retire avec délicatesse un tarin des files.

Environ 400 mètres de filets sont tendus au col de la Croix. Les bagueurs y travaillent dès 6h du matin, jusqu’au soir, par n’importe quel temps. Ils prennent congé pour venir faire ce travail. En trois semaines, ils auront bagué environ 1500 oiseaux.

Mathieu, 25 ans, étudiant HEC, a rencontré les bagueurs lors d’une promenade avec ses parents. Il avait 12 ans. Depuis il est revenu seul chaque automne. Il peut reconnaître 400 oiseaux aujourd’hui

Jean-Nicolas, 30 ans, biologiste, vient au col de la Croix depuis 1998. Il a transmis le virus a sa femme Aurore qui, malgré les mauvaises conditions météo rencontrées lors de sa première venue il y a 9 ans, ne raterai pour rien au monde ce rdv annuel.

Oiseaux: baguage entre amis

Ornithologie Des passionnés de tous âges, milieux et régions passent leurs vacances au col de la Croix (VD) pour baguer les oiseaux qui migrent vers le sud.

Une minute top chrono, le baguage en vidéo

Reportage

http://www.cooperation.ch/Oiseaux_+baguage+entre+amis Oiseaux: baguage entre amis

Que font un directeur de banque à la retraite, une enseignante, un psychologue et sa fille de
12 ans et un biologiste au col de la Croix? Un apéro dinatoire? Un stage de survie? De la méditation? Non! Ils mènent une mission scientifique. Une vraie, comme celles faites au Grand Nord ou dans la forêt amazonienne.
Sur ce col qui depuis Aigle mène aux Diablerets, de grands filets s’élèvent à 5 mètres, hauts dans le ciel. Lorsqu’un oiseau en route vers le sud, fatigué ou étourdi, se prend dans les mailles, les bagueurs le retirent délicatement du piège et, sans lui faire de mal, le dépose dans l’un de ces sacs en tissu qu’ils ont passé autour de leur cour.

Elie (20 ans), Thalia (12 ans) et Jules (18 ans) portent autour de leur cou les sacs dans lesquels ils mettent les oiseaux capturés.

Passer la bague à l’oiseau

Prisonnier, l’oiseau de passage patiente un instant dans le noir de son sac, à côté d’une table. On y voit une balance, une règle, une pince, deux chaises. Soudain, une main le saisit. Des gestes sûrs, rapides et doux. Michel Antoniazza, biologiste, identifie l’oiseau: «un Pipit», annonce-t-il à Mathieu, assis face à lui, stylo à la main. Michel déplie l’aile du passereau et la mesure. «La taille permet de déterminer son sexe.»
En observant ses plumes, il peut dire s’il s’agit d’un jeune ou d’un adulte. Et puis il souffle sur son torse et découvre un petit plastron jaunâtre: «les réserves de graisses faites pour la migration.» Rapidement, il pose un petit cône en papier sur la balance, fait la tare, y glisse l’oiseau tête en avant, et le pèse.

«

Baguer les oiseaux permet de sensibiliser les enfants»

Michel Antoniazza (64 ans), biologiste

Au fur et à mesure, Mathieu reporte les informations récoltées sur un formulaire. Il inscrit le numéro de la bague que Michel passe à présent autour de la petite patte. Une minute plus tard montre en main (voir vidéo ci-dessus), l’oiseau reprend son vol. «Il est un peu stressé, mais il se remettra vite!», lance Michel. Durant trois semaines en automne, environ 1 500 oiseaux seront ainsi bagués, par vent, neige ou beau temps. «Parfois on passe une journée au froid, dans le brouillard, et on n’en prend aucun», explique une participante. Les beaux jours, ils peuvent en baguer jusqu’à 400.
Michel transmet les données collectées à la station ornithologique suisse de Sempach (LU). Un travail qui permet de suivre les oiseaux migrateurs et d’étudier, par exemple l’impact du réchauffement climatique sur leurs habitudes.

il y a 35 ans, Michel Antoniazza a lancé avec deux amis le baguage au col de la Croix.

Des amateurs passionnés

«J’ai pris un thermos de café», annonce à l’assemblée Pierre, le banquier genevois retraité. «On a du pain et du chocolat», lancent les Valaisans Aurore et Jean-Nicolas. Vers midi, une dizaine d’autres personnes, la famille élargie, rejoignent le groupe. On fait un feu pour griller des saucisses. «Chaque année, on vient passer les «vacances des patates» au col de la Croix», explique Philippe, psychologue à Genève. C’est un voisin, Paul, habitué du lieu qui l’a initié. Sa fille de 12 ans, Thalia, y vient «depuis toujours».  Mathieu (25 ans), étudiant HEC, est un enfant de la région d’Ollon.
À 12 ans, il se promenait avec ses parents et rencontra les bagueurs. Il est revenu seul années après années, et peut aujourd’hui reconnaître 400 oiseaux. Si tous sont des amateurs (comme 99% des 250 bagueurs en Suisse), certains comme Michel, Pierre ou Jean-Nicolas, ont passé un examen pour avoir le droit de mener, en accord avec le centre de Sempach, cette campagne au col de la Croix. «Dans les autres pays, ce sont des professionnels, explique Michel. En ex-URSS, il y avait même un fonctionnaire bagueur, en habit militaire!» Pourquoi a-t-il lancé, il y a 35 ans, cette station de baguage? «Je baguais avec ma femme à la station du col du Bretolet (VS). Réservée aux seuls scientifiques, nous ne pouvions pas y retourner avec nos enfants. Nous sommes alors venus ici. Baguer en public permet de sensibiliser les gens aux oiseaux, notamment les enfants.» Mission accomplie!

La bague, très légère, ne gène pas l’oiseau qui est libéré après quelques minutes.

Commentaires (2)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Gilles Mauron

Rédacteur

Photo:
Pierre-Yves Massot; carte Rich Weber
Publication:
lundi 07.11.2016, 14:05 heure



Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?