Se faire plaisir en soutenant une bonne cause: les bonshommes en pâte de Coop.

Pâte généreuse: aide aux 
familles en difficultés

Soutien Pour chaque bonhomme en pâte vendu,
Coop verse 10 centimes à la Croix-Rouge suisse en faveur des personnes démunies.

De la pauvreté en Suisse? Impossible, diront certains. Et l’aide sociale? Pourtant, de nombreuses personnes, bien qu’elles travaillent à 100 %, ne gagnent pas assez pour subvenir à leurs besoins vitaux. «Il s’agit souvent de personnes qui élèvent seules leurs enfants», explique Adalbert Widmer, responsable de l’intégration sociale à la Croix-Rouge suisse (CRS). L’aide sociale peut uniquement fournir des prestations prévues par la loi.» Près d’un million d’individus en Suisse sont pauvres ou à la limite du seuil de pauvreté. Pour les familles concernées, un traitement dentaire imprévu suffit à faire basculer le budget.
C’est par exemple le cas de Florence Kuster*. Cette mère de famille de 39 ans ne peut pas payer ses factures de frais de santé. Élevant seule ses deux adolescents, elle suit un traitement psychologique. Par ailleurs, elle doit suivre une thérapie par le mouvement, dont les coûts ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie pendant au moins une année encore. Florence Kuster est en mesure d’assumer seule 20% de ces frais, mais pas plus. Ne pouvant travailler qu’à temps partiel, elle vit du minimum vital.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Coup de pouce rapide

Pour de tels cas, il existe l’aide individuelle de la Croix-Rouge suisse (CRS). «Chaque année, nous recevons quelque 400 demandes des services sociaux et de consultation», précise Adalbert Widmer. Lancer un simple coup de fil pour demander de l’argent n’est par contre pas possible. «Pour que nous puissions traiter une demande, elle doit être déposée par le service social ou de consultation. Si la requête est acceptée, une aide financière de 1000 francs maximum est versée.» Par année, on arrive à un montant total variant entre 170  000 et 200  000 francs. La plupart des demandes approuvées portent sur des coûts de santé non couverts par les caisses maladie.
La requête de Florence Kuster a été acceptée. Dans son cas, ce sont les services sociaux qui se sont adressés à la CRS. «Il est essentiel que je poursuive ma thérapie par le mouvement. Je remercie la CRS de tout mon cœur pour son soutien financier», se réjouit-elle.

Coop s’engage

Depuis 2015, Coop est partenaire officielle de la CRS. Pour chaque bonhomme en pâte vendu entre fin octobre et fin décembre, elle lui verse 10 centimes en faveur des familles démunies de Suisse. Le détaillant s’engage également dans d’autres projets de l’œuvre d’entraide. Il soutient notamment le service de babysitting qui propose aux parents des baby-sitters formées par la CRS. «L’année dernière, 1000 baby-sitters ont été engagées par ce biais», indique Andreas Bircher, responsable des services d’aide à la CRS. Coop soutient aussi la gestion de catastrophes et participe depuis des années à l’action «2 × Noël» par des dons en nature.

* Nom connu de la rédaction

Vivre en Suisse: où se situe le seuil de pauvreté?

Source: Conférence suisse des institutions d’action sociale; données OFS/OFSP; infographie Caroline Koella 

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/293
Toutes les paroles aux actes
Katalin Vereb
Photo:

Heiner H. Schmitt, DR 
Publication:
lundi 27.11.2017, 12:11 heure

Retrouvez toutes nos recettes