Le guide suisse François Kneuss (tout devant, avec la barbe) et son équipe (comprenant votre serviteur, en dernière ligne), avec l’Arc de Triomphe en arrière-plan. 

Paris à bicyclette

Original Un tour à vélo dans la Ville Lumière. Vous n’y pensez pas? Et pourtant! Nous nous sommes laissé emporter par le côté rafraîchissant et ludique de la balade. Suivez le guide.

Le rendez-vous, matinal – 8  h 45 –, est fixé à la sortie de la bouche de métro Saint-Sébastien – Froissart, à l’est de Paris. C’est là que notre guide, François Kneuss, attend le petit groupe. Nous cheminons quelques dizaines de mètres en sa compagnie pour arriver au magasin de cycles, qui ouvre à 9 h. Là, chaque participant – soit Amélie, Silvia, Maimuna, le petit Zahman (8 ans), Kevin, votre serviteur et le responsable de l’équipée – teste sa bécane. Hauteur de selle réglée et deux-trois coups de pédale suffisent à s’assurer que la petite reine tiendra la route durant les quatre heures qui s’annoncent. Petite précision: les deux-roues en question sont vraiment conçus pour des randonnées. Il ne s’agit donc pas de Vélib’, les fameux vélos parisiens utilisés pour se rendre au bureau par exemple, même si nous allons souvent en emprunter les pistes. Quelques consignes de sécurité plus loin rappelées par François et c’est parti pour un long tour.
La sensation est géniale. On dépasse allègrement les voitures, les embouteillages ne sont pas pour nous, on respire mieux. Comme dans la chanson de Joe Dassin...
Voici la célèbre place de la République, puis le centre Pompidou. Devant la fontaine Stravinsky, œuvre de Niki de Saint Phalle et de Jean Tinguely, juste à côté de Beaubourg, le guide s’arrête et nous fournit quelques explications passionnantes. L’exercice sera répété plusieurs fois.
Retour en selle et passage devant l’impressionnant Hôtel de Ville, dont l’un des plus célèbres locataires fut l’ancien président Jacques Chirac, qui y resta dix-huit ans en tant que maire (1977-1995).

L’escale au Palais-Royal et ses célèbres «colonnes de Buren».

Jardin d’Éden au centre-ville

L’arrêt suivant est prévu au Palais-Royal et ses fascinantes colonnes de Buren. Quant aux jardins, ils constituent un havre de paix où les oiseaux sifflent en plein cœur de l’Histoire. «En fermant les yeux, on a peine à croire que l’on est au milieu de Paris!», s’exclame Amélie.
Le tumulte plus caractéristique repart, quelques instants plus tard, en longeant l’avenue de l’Opéra qui nous conduit à la place Vendôme et sa colonne impériale, l’une des plus élégantes (et chères) de la capitale. L’hôtel cinq étoiles Ritz, récemment rénové, dont la pop star Madonna est l’une des meilleures clientes, y a élu domicile de longue date.
Le mini-peloton roulant en file indienne ne sait plus où donner de la tête, tant il y a de choses à observer. Nous tournons désormais sur la place de la Concorde où trône l’obélisque venant de Louxor, en Haute-Égypte. D’un côté, l’Assemblée nationale (le Parlement) et de l’autre le Crillon, palace réputé où Federer et sa famille séjournent durant le Tournoi de Roland-Garros. Nous longeons ensuite le palais de l’Élysée juste après le théâtre Marigny et le ministère de l’Intérieur. Authentique. Le clou de la balade se fait par la remontée des Champs-Élysées, avec un arrêt photo à quelques mètres de l’Arc de Triomphe. C’est aussi le sentiment qui nous habite au moment du clic: cette portion du trajet est la plus éprouvante, car en pente (certes légère).

De nouvelles perspectives de la Ville Lumière s’ouvrent aux pédaleurs d’un jour. Dès lors, on la redécouvre sous un angle inédit.

Nouveau regard sur la capitale

La place de l’Étoile franchie, la longue avenue Foch (et la plus large de la cité), qui descend, tombe à pic. Les élégants et cossus immeubles haussmanniens nous narguent presque derrière leurs arbres et pelouses parfaitement entretenus.   
Changement de décor en arrivant au bois de Boulogne. En pleine forêt, joggeurs, familles avec ou sans poussettes, randonneurs et marins d’eaux calmes – il y a deux lacs artificiels – prennent du bon temps. «Rien à voir avec l’univers qui lui succède, au même endroit, la nuit tombée…», sourit François.
Retour en ville avec le Trocadéro et la toujours majestueuse tour Eiffel comme premières escales monumentales. Nous nous acheminons ensuite vers la cour du Louvre. Puis, nous nous échouons sur l’Île de la Cité et son hôte, qu’on ne présente plus, la cathédrale de Notre-Dame. Le quartier du Marais, ses terrasses accueillantes et, dans la foulée, le cocon orangé de la place des Vosges, qui a eu Jack Lang ainsi que le couple Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn, comme célèbres habitants – et l’acteur Jean Dujardin aujourd’hui – concluent notre fantastique balade. «Elle nous a permis de remarquer des monuments, des peintures, des statues, des rues, etc., dont nous n’aurions même pas soupçonné l’existence», soulignent Silvia et Kevin à l’unisson. Dont l’original de la statue de la Liberté, à l’église Saint-Martin des Champs, qui a servi de modèle à celle de New York! Un argument supplémentaire à ajouter aux bienfaits physiques et à l’aspect inédit de ce périple urbain pas comme les autres.

Balades insolites dans la ville lumière

Paris sous un nouveau jour
La découverte de Paris à vélo – une trentaine de kilomètres – a généralement lieu le dimanche matin, soit le jour de la semaine où le trafic automobile est le plus faible. «Toutefois, si le groupe compte 6-8 personnes seulement, il est tout à fait envisageable de l’organiser un autre jour», explique François Kneuss, guide suisse pour le tour-opérateur helvétique Railtour-Frantour à Paris depuis quarante ans. À noter que les enfants – casqués – ne peuvent guère y prendre part avant l’âge de 8 ans.
Le Jurassien, bernois d’origine, a entièrement créé le programme de la balade à deux-roues, qui existe depuis une vingtaine d’années. «Les cyclistes en reviennent enchantés et le bouche
à oreille fonctionne à merveille. Rendez-vous compte, lorsque vous racontez à vos amis que vous avez roulé à vélo sur les Champs-Élysées, on ne vous croit pas!», rigole-t-il.
Dans le même esprit, ce passionné a concocté plusieurs circuits inédits dans la capitale: sur les traces d’Edith Piaf, de Johnny Hallyday ou encore celles des écrivains. Autant d’itinéraires avec une constante, la révélation d’endroits insolites, inconnus, avec moult anecdotes.

Pour plus d’infos, contactez: www.frantour.ch

Didier Walzer

Rédacteur

Photo:
Francine Bajande
Publication:
lundi 29.08.2016, 14:00 heure