La famille Indergand devant sa maison perchée à 1300 mètres d’altitude. Elle sera bientôt métamorphosée grâce au soutien de Coop.

Paysans: une famille soulagée

Soutien Les Indergand vivent dans la vallée du Schächen (Uri). Le Parrainage Coop pour les régions de montagne les aide à construire une habitation.

Leo (2 ans) dort tranquillement sous le regard de son grand frère Ruedi (4 ans).

Leo (2 ans) dort tranquillement sous le regard de son grand frère Ruedi (4 ans).
http://www.cooperation.ch/Paysans_+une+famille+soulagee Leo (2 ans) dort tranquillement sous le regard de son grand frère Ruedi (4 ans).

La petite route qui serpente au milieu de nulle part dans la vallée du Schächen se fait de plus en plus étroite, les roues de la jeep patinent dans la neige mouillée. Au moment où Beatrice Rohr, responsable du Parrainage Coop pour les régions de montagne, craint d’avoir fait fausse route, nous atteignons le mayen où vivent Iris et Marco Indergand avec leurs fils Ruedi (4 ans) et Leo (2 ans).
Au premier abord, la maison perchée à 1300 mètres dans l’Oberschwand paraît romantique. Au second aussi. Mais lorsqu’on y pénètre, on réalise vite – et douloureusement – qu’elle a été construite à une époque où les gens étaient beaucoup moins grands: qui oublie de baisser la tête se cogne au plafond. La cuisine est très sombre, et sans même de la place pour un buffet. Les toilettes et la douche se trouvent dans une annexe à l’extérieur. Il n’y a ni baignoire ni télévision. Et lorsque Marco, fermier, nous apprend que par grand froid la température ne dépasse pas les 15 ou 16 degrés dans le séjour, le romantisme s’évanouit définitivement.

L’étable abrite aussi des chèvres.

Projets d’avenir

Depuis 2009, Iris et Marco Indergand exploitent quatorze hectares situés pour la plupart sur des pentes présentant une déclivité supérieure à 50%. L’étable abrite un troupeau de vaches laitières et une petite vache de race Brune originale, au pied sûr. L’étable est en meilleur état que la maison.
Les deux adultes trentenaires supporteraient ces conditions d’habitation, mais il y a leurs enfants et les projets d’avenir. Iris Indergand est fromagère et souhaite transformer elle-même le lait pour maintenir cette production dans la vallée du Schächen. Or, il est impossible de construire une fromagerie dans l’antique maison. Sans compter que la jeune famille ne roule pas sur l’or: «Notre travail nous nourrit, mais guère plus», confie Marco Indergand.
Le couple ne part jamais en vacances et n’a évidemment pas les moyens de construire.

Soupe, fromage, pain: chez les Indergand, tout est fait maison.

«Un solide engagement»

Tout cela est parvenu aux oreilles de Beatrice Rohr par le conseil agricole d’Uri: «Il fallait les aider, c’était clair. Lorsque de jeunes gens renoncent à une vie comparativement facile dans la vallée pour choisir la rude existence des fermiers de montagne, cela témoigne d’un solide engagement, explique-t-elle. Il faut beaucoup d’amour, pas seulement l’un pour l’autre, mais aussi pour ce travail, pour cette vie simple et pour les animaux.»
Beatrice Rohr dit vrai. Les bêtes sont confiantes et les Indergand ne leur brûleraient ou couperaient jamais les cornes: «Cela les défigurerait», dit la paysanne. Les vaches se nourrissent de ce qu’offrent les alpages, elles ne sont pas poussées à une production extrême avec des aliments concentrés.
C’est l’une de ces journées idylliques avec un ciel d’un bleu profond sur lequel se découpent les montagnes d’Uri qui sont déjà enneigées. Leo est endormi et Tom, le chat, ronronne à ses côtés. Grâce à l’aide de Coop, la famille Indergand pourra emménager en 2017 dans une nouvelle maison comprenant une petite fromagerie.
Pourtant, les pentes resteront escarpées, les hivers rudes et la vie difficile. L’école, les commerces, le cinéma... Tout est en plaine. Mais cela leur convient. «C’est une bonne vie, affirme la fermière. Les enfants grandissent dans un environnement sain, nous pouvons organiser notre travail comme nous l’entendons. Et puis, il faut bien que quelqu’un vive et travaille ici en haut. Si tout le monde part, la vallée se dépeuplera et les alpages tomberont en friche.»
Sur le chemin du retour, Beatrice Rohr reste longtemps silencieuse. Puis elle déclare: «C’est vraiment un couple merveilleux. Ils ont de bonnes idées et la volonté nécessaire pour continuer à faire vivre les régions de montagne. C’est un plaisir de les aider.»

Les deux garçons apprécient leur vie en pleine nature.

Pour aider les régions de montagne

Le Parrainage Coop pour les régions de montagne est une organisation à but non lucratif qui œuvre depuis plus de septante ans à l’amélioration des conditions de vie et de travail des habitants de nos montagnes. Les frais de gestion étant pris en charge par Coop, l’intégralité des dons est reversée aux projets en faveur des régions de montagne.

www.coop.ch/parrainage

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?