This presentation requires the Adobe Flash Player. Get Flash!

Pointeurs et tireurs, tous vers le but

Jeu d’adresse très populaire, la pétanque a le vent en poupe en Suisse romande. Bien que le nombre de licenciés s’amenuise, le sport national du Sud de la France séduit les citadins. Tour d’horizon avec le club de Beauregard à Fribourg.

Pointeurs ou tireurs. Cadors et joueurs de toutes forces. Tous se rassemblent autour d’un objectif commun qui ressemble à une philosophie de vie: atteindre le but. Quand le profane évoque la pétanque, ce sont bien souvent des images de Sud de la France, de Fernandel, de bagout à l’accent provençal qui marquent d’abord l’esprit. Pourtant, ce jeu de boules passionne les Romands depuis plus d’un demi-siècle. De nos jours, il n’est pas rare de croiser des joueurs de tous niveaux au détour d’une place ou d’un chemin gravillonneux.

Au bord de la Sarine, en Basse-Ville de Fribourg, plusieurs clubs viennent s’entraîner sur les pistes de pétanque du boulodrome des Neigles. Le club de Beauregard affiche la cinquantaine rugissante sous la présidence du pointeur Raphaël Bielmann (45 ans). Dans ses rangs, il compte même des champions suisses et cadres nationaux avec Laurent Poffet et Régis Froidevaux, qui ont notamment représenté la Suisse aux Championnats du monde à Marseille en 2012.

«La pétanque peut être pratiquée un peu partout, par tout le monde: jeunes, vieux, femmes ou hommes, s’exclame Raphaël Bielmann. Ça fait partie de son charme!» Le bouliste précise toutefois qu’on distingue les clubs de licenciés – affiliés à la Fédération suisse de pétanque (FSP) – des amicales ouvertes aux non-licenciés. A quoi s’ajoutent tous les joueurs réguliers ou occasionnels qui ne font pas partie d’un club. «La licence ne détermine pas la valeur d’un joueur. Mais personnellement, j’ai intégré le club de Beauregard il y a huit ans, car, selon moi, c’est là que le meilleur jeu est pratiqué à Fribourg. Aujourd’hui, on compte une trentaine de membres, dont trois juniors et cinq femmes.»

Sur les pistes de pétanque des Neigles à Fribourg (de g. à dr.): Marianne Zosso, Laurent Poffet, Claude Brique et Raphaël Bielmann.

La gent féminine représente donc environ un sixième des boulistes de Beauregard. «Chez nous, c’est un petit peu comme partout. Mais cela diffère selon les pays. En Thaïlande (ndlr: une des meilleures nations de pétanque), il y a autant de femmes licenciées que d’hommes.» Quant à Gabriel Daguet, qui a présidé l’Association cantonale fribourgeoise pendant 21 ans, il estime le nombre de pétanqueuses à un quart dans le canton et en Suisse. «Actuellement, il n’y a plus que 110 licenciés dans le canton, relève Gabriel Daguet. Au niveau suisse, il y en a environ 3000. Par comparaison, il y avait 250 licenciés fribourgeois et 4500 en Suisse en 1980. Chaque année, ce nombre a diminué. En 1970, il devait y avoir presque 6000 licenciés.»

Le vétéran observe par contre que le nombre de joueurs n’a pas diminué pour autant. Il a même augmenté. «Avant, il n’y avait pas cet état d’esprit de loisirs dans la pétanque. C’était plus compétition. Si on prend l’ensemble des gens qui la pratiquent aujourd’hui, je les estime à environ 1500 dans le canton de Fribourg et à 7000 en Suisse.»

Entraînement avec le Club de pétanque de Beauregard à Fribourg

 

Les règles

Douze boules et un cochonnet

La pétanque peut se pratiquer en tête-à-tête, en doublette (3 boules par joueur) ou en triplette (2 boules par joueur). Le but (cochonnet ou bouchon) doit se trouver entre 6 et 10 mètres du cercle de lancer. La première équipe qui atteint 13 points remporte le match. La pétanque se pratique avec le principe de l’avantage. Tant qu’une équipe tient le point, l’adversaire doit jouer pour prendre le point. Une équipe de doublette se compose d’un pointeur et d’un tireur. Celle de triplette d’un pointeur, d’un milieu et d’un tireur. Les Championnats du monde se jouent, quant à eux, en triplette.

Jargon

Marguerite, Fanny et Cie

Immersion dans quelques bons mots du vocabulaire de la pétanque avec Gabriel Daguet, président de l’Association cantonale fribourgeoise de pétanque de 1989 à 2011.

Pétanque. «Le nom vient du provençal et signifie pied tanqué (planté). Avant, les joueurs pratiquaient la Lyonnaise (ou jeu provençal). Ils couraient jusqu’à une ligne et lançaient les boules. Un jour (ndlr: en 1907), un joueur ne pouvant plus courir a décidé de se placer à un point fixe, dans un cercle, depuis lequel il a joué, les pieds tanqués (pieds joints)!»

La Marguerite. «Lorsque le tireur vise une boule, la loupe et tire celle de son partenaire. On l’appelle aussi une Margot.»

La Fanny. «Lorsqu’une équipe perd treize à zéro. Pourquoi Fanny? On raconte qu’une bande de copains jouaient à la pétanque et la sommelière du bar de la place se moquait de ceux qui perdaient sans marquer un point. Elle a finalement eu mal au cœur et a lancé: Ceux qui perdent treize à zéro pourront embrasser mes fesses! Elle s’appelait Fanny.» Pendant les tournois, une peinture avec une belle effeuillée qui montre son postérieur trône souvent à côté du stand d’arbitrage.

La frisée. «Toucher une autre boule pour la déplacer légèrement.»

Faire un bec. «Jouer contre une boule de côté pour que notre boule parte latéralement vers le but.»

La plombée. «Pointer en lançant la boule très haut pour qu’elle roule le moins possible.»

Le tir au fer. «La boule visée est frappée en plein.»

Le carreau. «Remplacer la boule visée par sa boule. Il faut que la boule frappée le soit avec un tir au fer.»

La casquette. «La boule du tireur tombe sur la tête de la boule visée, qui reste alors sur place.»

Véritable science

Sphères de métal

On pourrait croire au premier abord que la boule de pétanque est pleine, et pourtant, elle est creuse. Elle est composée de deux demi-spères en métal qui sont soudées ensemble. Son diamètre est compris entre 70,5 et 80 mm et son poids varie de 650 à 800 g. On distingue trois niveaux de dureté de la boule (dure, demi-tendre, tendre). La plus tendre absorbant le plus les chocs. Les marques phares sont Obut (la plus courante), JB, KTK, MS, Okaro, TON’R, La Boule Bleue, La Boule Intégrale et La Boule Noire.

Toutefois, pour les joueurs débutants, Coop brico + loisirs propose un set Schildkröt de pétanque avec 6 boules en métal, 1 cochonnet et 1 mètre (29 fr. 95). A vous de jouer!

www.coop.ch/bricoetloisirs

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Alain Wey

Rédacteur

.

Photo:
Charly Rappo/Arkive.ch
videos:
Geoffrey Raposo
Publication:
lundi 09.06.2014, 11:30 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?