toolbar

Philippe Bonzon, ancien hockeyeur, actuel co-président du Villars HC

Philippe Bonzon : «Je suis libéral, je resterai libéral…» Philippe Bonzon est un passionné d’histoire, plus spécialement de l’histoire romaine et celle d’Egypte. «L’histoire me ramène à la réalité des choses. L’homme n’en a pas tiré des leçons. Aujourd’hui encore, je ne comprends pas pourquoi. L’homme oublie vite, nous répétons les mêmes erreurs.»  

Dans sa bibliothèque, il possède l’histoire romaine, en français et en  latin. Il cite Tite Live (Titus  Livius en latin) historien de la Rome antique, né à Padoue en 59 avant J.-C., et mort en 17 après J.-C. «Comme métier, je voulais être archéologue mais mon père m’avait dit que c’était un métier de crève la faim. Il me voyait comme mécanicien sur camion. Avec son frère, mon père avait une entreprise de transports. Ceci explique peut-être cela. Chez Zwahlen & Mayr, j’ai effectué mon apprentissage. J’étais dessinateur en construction métallique et ça me plaisait beaucoup plus.»

Philippe Bonzon a suivi le Tech du soir. Il a aussi travaillé – notamment –, chez Félix, construction métallique à Bussigny. Pour le compte de Zwahlen & Mayr il est parti en Afrique, en Guinée plus spécialement. De retour en Suisse, il a changé de registre. «Je suis parti dans les assurances, à La Patria à Lausanne, comme chef d’organisation.» Ensuite c’est la Vaudoise Assurances qu’il a servi. «Là, j’ai repris le portefeuille de la Vaudoise à Aigle, Villars et les environs. Cela fait 39 ans que j’y suis.» Puis : «J’ai décidé de prendre ma retraite avant le terme, le 1er avril.» Au menu, ce mardi à Villars, il n’y avait pas de poisson dans l’assiette.

En 1985, il est devenu président de la fédération vaudoise de la jeune Chambre économique. En 1994, il a participé à Montréal à un Congrès mondial, représentant la Suisse au Québec. «On avait gagné le prix de la plus grande progression mondiale au niveau des membres.» Philippe Bonzon a de l’entregent, du charisme, des connaissances, du dynamisme, des atouts favorisant les contacts. «J’aime que ça bouge, que les choses bougent, j’aime quand les gens amènent quelque chose, de temps en temps, je suis un provocateur, un chercheur.» Après Montréal, on l’a contacté pour être le conseiller du président mondial de la jeune Chambre économique, pour l’UNICEF et l’UNESCO. Une tâche qu’il a acceptée, d’autres, très nombreuses, ont suivi sur le tapis roulant de sa vie qu’il a toujours actionné.

Dans sa marche en avant, humble, réfléchie, enrichissante et performante, il a été institué membre de la jeune Chambre de Monaco (à vie). Sénateur, Philippe Bonzon est membre à vie de la Jeune Chambre Economique Internationale (JCI) à Saint-Louis. Sénateur est une distinction accordée à un membre de la JC (ou ancien) pour récompenser les services rendus au mouvement au plan local, régional, national ou international. Aujourd’hui, ils sont 67'000 dans le monde à avoir prêté serment.  «Recevoir et savoir donner, c’est la vie de tous les jours, il n’y a rien d’extraordinaire à ça» relève-t-il modestement. «Je suis nommé à vie, mais je suis moins actif, moins présent qu’avant. Je ne veux pas embêter les jeunes. A un moment donné, quand le rideau tombe, il faut saluer et savoir tirer sa révérence. C’est un enseignement de la jeune Chambre.»

Dans les périodes pleines, il effectuait environ 37 voyages par année.  

Et la politique ? «Elle ne m’a pas convenu», avoue-t-il, je n’arrive pas à faire des ronds de jambe. Pourtant, Philippe Bonzon a été durant 12 ans membre du Conseil communal à Ollon, située sur la route menant à Villars, dans le district d’Aigle. «Je suis libéral, je resterai libéral.»

Philippe Bonzon et le hockey sur glace

Depuis 2009-2010, Philippe Bonzon est co-président du Villars HC (l’autre co-président est Pavel Pojdl). Il assume plusieurs mandats. «Je m’occupe surtout de la logistique de l’équipe.» Ce rôle lui prend beaucoup de temps. «Parfois trop, à mon goût, mais comme je ne sais pas faire les choses à moitié…» Junior, il a joué avec Villars. «J’étais ailier droit.» Mais il a privilégié les études. «En fait, j’ignore si j’aurais pu faire une jolie carrière. J’ai opéré un choix.» Dans son for intérieur, il aimerait bien le savoir. «Mon frère Alain a évolué durant 16 saisons au club. Avec 120 réussites (sans assists),  il est le 8e buteur de l’histoire du HC Villars.» (Statistiques dès 1970).

Dans les années 1960, Villars a construit son histoire et sa légende en devenant champion de Suisse de LNA (entre autres), grâce à des joueurs de qualité, des internationaux. La présidente était Janine Potin, de la grande famille Félix Potin, qui décida de la construction d’une patinoire ouverte durant toute l’année dans la station, qui fut couverte au début des années 1970. Elle fit ce qu’il fallait aussi pour «monter» une belle équipe, qui devint grande. Le Villars HC ou HC Villars fut créé en 1908 et il fait partie des 8 clubs au départ de la Ligue suisse de hockey (26.11.1908).

A l’école, Philippe Bonzon était un rêveur. «Les études, leur intérêt, je les ai découverts sur le tard. Le problème, c’est les pédagogues, ils ne savent pas toujours intéresser, passionner les jeunes. On dit souvent que X ou Y est un cancre, un fainéant, mais il faut savoir peut-être pourquoi il l’est…»

Philippe Bonzon est encore très actif et passionné. «Grâce au hockey, j’ai la chance de vivre avec des jeunes. Leur contact est vivifiant, régénérant. Je sais que la fatigue et la lassitude vont se manifester un jour, mais elles ne sont pas encore là.» La santé ? Elle est au beau fixe. L’air de la montagne, ses activités, la lui ont donnée. «Parfois, il faut aller chez le médecin pour savoir qu’on est malade.» Son téléphone portable sonne, on le demande au restaurant, des personnes ont besoin de lui, il vit à 100 à l’heure. Philippe Bonzon a un œil sur tout, ce n’est pas reposant mais il aime ça. Oui, il n’aime pas faire les choses à moitié, ce qui constituerait une grave entorse à sa philosophie.

Palmarès

Philippe Bonzon est né le 17 mars 1952 à Lausanne.

A été junior du HC Villars.

A été président durant 20 ans du Tennis-Club Gryon, premier club montagnard à avoir évolué en LN (LNB).

A été capitaine des juniors du Golf-Club de Villars.

Depuis 2009-2010, est co-président du Villars HC (l’autre co-président est Pavel Pojdl).

Au HC Villars, Philippe Bonzon est aussi responsable du marketing et responsable technique de la première équipe, qui évolue en 1ère ligue.

Le mouvement jeunesse au Villars HC et fort d’une septantaine de joueurs.

Le cursus hockey sur glace a été introduit dans le programme des écoles internationales de Villars.

Quiz

 
01
sur
 

 


Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jacques Wullschleger

 

Un fou de sport. Et le mot est faible. Jacques Wullschleger (62 ans) a consacré sa carrière au journalisme sportif, d’abord pour la «Feuille d’avis de Lausanne» (devenue «24 heures»)dès 1972, puis au «Matin» dès 1984. Son palmarès parle pour lui: plusieurs Coupes du monde de football, des Tours de Romandie et d’innombrables championnats de hockey, tennis, natation, patinage artistique… Au final, des milliers d’articles, mais aussi des événements et des rencontres qui ont marqué l’homme.

_


S'abonner à ce blog:

S'abonner par mail:
Veuillez corriger votre adresse e-mail


Confirmer



Archives par sujet: