1 von 13


Les saintpaulias ionantha, ou violettes du Cap, poussaient à l’origine dans les forêts tropicales des monts Usambara en Tanzanie.











«La violette du Cap est une plante très souple, qu’il faut manipuler avec beaucoup de délicatesse», conseille Sabine Reber.

Toujours fleuries, les violettes du Cap

Voici peut-être la plus généreuse des plantes d’intérieur: la violette du Cap. Egalement connue sous le nom de saintpaulia, elle fleurit toute l’année, convenant ainsi parfaitement aux temps festifs de fin d’année. Présentation et conseils avec Sabine Reber, spécialiste du jardin.

Experte en jardinage, Sabine Reber montre comment cultiver cette petite violette fragile.

Experte en jardinage, Sabine Reber montre comment cultiver cette petite violette fragile.
Experte en jardinage, Sabine Reber montre comment cultiver cette petite violette fragile.

Le photographe sourit lorsqu’il voit la journaliste, écrivaine et spécialiste du jardin, Sabine Reber, débarquer avec une caisse remplie de saintpaulias. Puis il marmonne quelque chose où il est question de salon de thé et de maisons de retraite. Ne sait-il donc pas que le genre «rétro», où se classe cette petite violette du Cap pleine de charme, est dans le vent…

Et voici Sabine Reber d’expliquer sa passion pour ces fleurs discrètes. Et, venant d’elle, ceci est un grand compliment. Précisons avant tout que, Röstigraben aidant, Sabine n’est pas très connue en terre romande. Outre-Sarine, et chez nos collègues de Coopzeitung, elle est connue comme le lys blanc. Reportages et articles dans la presse alémanique… sans oublier ses romans et récits, qu’elle écrit aisément entre deux consultations qu’elle donne pour l’aménagement de jardins.

Mais revenons à nos saintpaulias: «Ces petites fleurs ne sont pas toujours bleues. Il en existe de toutes sortes aux coloris magnifiques; il y a même des variétés panachées.» Et en effet, la palette de couleurs que présente cette fausse violette est très étendue: du violet au rose et au blanc, en passant par toutes les nuances de bleu. Les saintpaulias sont souvent cultivées en miniature. En forme de cœur, elles sont idéales comme décorations de table, aussi et surtout à Noël.

La petite fleur gagne d’ailleurs à être mise en valeur dans de jolis pots. «Je ne suis pas fan des napperons au crochet, précise Sabine. Mais j’aime chiner dans les brocantes des pots originaux. Tout peut faire l’affaire: vieilles tasses, cygnes en porcelaine, petites coupelles modernes achetées chez les fleuristes. Il suffit de réaliser un trou de drainage avec la mèche à céramique de la perceuse. Je confectionne ensuite un arrangement avec quelques exemplaires végétaux. Le résultat a de l’allure.»

Les saintpaulias ne font pas les difficiles. Il suffit de respecter leurs petits besoins, en commençant par le substrat. Autrefois, on utilisait un mélange fait d’un peu de compost et de beaucoup de tourbe car les saintpaulias détestent le calcaire. A l’heure actuelle, il existe des substrats prêts à l’emploi, sans tourbe ni calcaire, encore mieux adaptés aux plantes d’appartement. Elles peuvent être bouturées à tout moment, si l’on prend la précaution de les manipuler avec douceur. «Ma grand-mère m’avait appris à faire un trou dans la terre avec une aiguille à tricoter, se souvient Sabine. Ensuite, on plantait les tiges jusqu’au départ de la feuille, en les pressant légèrement.» Travail que notre spécialiste d’outre-Sarine accomplit aujourd’hui avec sa fille: «Je lui apprends à manipuler la fragile violette avec beaucoup de doigté, ce qui n’est pas toujours facile… surtout avec les variétés miniatures.»

La violette du Cap fleurit toute l’année à l’intérieur. Elle pousse aussi très bien sous la lumière artificielle. «Il n’existe pas de plante d’intérieur plus généreuse que le saintpaulia pour égayer les tristes mois d’hiver, précise Sabine, mais il faut que la température ambiante varie entre 18° C et 24° C et que l’arrosage ne soit pas trop abondant.»

En effet, la terre des saintpaulias ne devra jamais être détrempée mais seulement humide. Au lieu d’arroser les violettes par le haut, en direction des tiges si sensibles à la pourriture, mieux vaut permettre à la terre d’absorber l’eau par le bas du pot. Une bonne solution serait de poser les pots sur de grandes soucoupes remplies d’eau et de gravier, ce qui augmente en plus le taux d’humidité ambiante, ce que les saintpaulias apprécient beaucoup.

Les saintpaulias doivent être disposés dans un endroit clair, mais jamais en exposition directe à la lumière du soleil. Avec les engrais aussi, il faut évidemment agir avec parcimonie et se contenter d’ajouter toutes les deux semaines à l’eau d’arrosage une toute petite quantité de fertilisant.

Vaste choix de matériel de jardinage dans votre Coop brico+loisirs le plus proche

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Photo:
Stöh Grünig, Istockphoto, SP
Publication:
mardi 05.11.2013, 07:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?