Cela fait vingt-cinq ans que nous collectons le PET. Désormais, nous pouvons aussi recycler les bouteilles en plastique d’huile, de vinaigre, de shampoing et de lessive.

Plastique on le recycle aussi

Tri des déchets Une nouvelle installation à Frauenfeld accepte le plastique. Conséquence: on peut désormais amener ses bouteilles de shampoing et de vinaigre au recyclage.

Les Suisses sont les champions du recyclage: verre, papier, métal, PET, tout est amené à la déchetterie. La motivation est évidente, car ces «déchets» rempliraient inutilement nos sacs poubelle taxés alors que nous pouvons nous en débarrasser gratuitement aux points de collecte.
Seuls les flacons et les bouteilles de lessive, de shampoing, d’huile et de vinaigre surchargent encore nos sacs taxés. Ou plus précisément, surchargeaient. Aujourd’hui, il est en effet possible de les déposer dans un conteneur réservé au plastique.
La plupart des magasins Coop en sont déjà équipés et dans ceux qui n’en disposent pas encore, il suffit de jeter les bouteilles en plastique dans le conteneur des bouteilles de lait.
Cette nouveauté dans le tri des déchets est rendue possible grâce à la première installation entièrement automatisée de Suisse. Inaugurée officiellement cette semaine à Frauenfeld, elle sépare le métal et les autres matériaux du plastique et trie les flacons en fonction des couleurs et de la matière. «On obtient un degré de pureté de 98 à 99% après le tri électronique», explique le chef de l’entreprise, Cäsar Müller.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Bouteilles compactées

Le plastique ainsi trié peut ensuite être transformé comme une matière première de haute qualité. « L’objectif à moyen terme est de pouvoir boucler la boucle également dans le domaine des récipients en plastique, et de pouvoir produire des nouvelles bouteilles à partir des bouteilles de lait et des flacons de shampoing recyclés», poursuit Cäsar Müller. Ce dernier dirige la société Müller Recycling AG avec son fils Thomas et a investi 10 millions de francs dans cette nouvelle installation.
Les bouteilles en plastique sont compactées, à l’instar des bouteilles en PET collectées séparément, et directement conduites du magasin au centre de tri de Frauenfeld. Le compactage permet de réduire le volume du plastique à environ 10%. Ce qui est essentiel, car même si les déchets sont véhiculés par le rail, un moyen de transport écologique, on cherche surtout à transporter du plastique et non de l’air.
Les bouteilles provenant des alentours du centre de tri sont livrées dans des sacs ouverts, le compactage d’une tonne de PET coûtant tout de même près de 50 francs. «Cela ne vaut pas la peine pour des trajets courts», reconnaît Cäsar Müller.

«

On obtient un degré de pureté de 98 à 99%»

Cäsar Müller, directeur de Müller Recycling AG, à propos des nouvelles installations de tri.

Et l’emballage de salami?

Reste la question de savoir pourquoi on ne peut pas en faire de même avec le reste du plastique, comme les emballages de charcuterie, de viande, de fromage. «Cela n’aurait pas de sens des points de vue écologique et économique », explique Cäsar Müller. L’installation de tri pourrait les séparer des autres matériaux sans difficulté, mais ils se retrouveraient néanmoins dans les déchets résiduels destinés à l’incinération. «Un emballage de salami n’a pas besoin de faire le détour par un centre de tri pour se retrouver au même endroit», souligne Cäsar Müller.

Le cycle de la matière plastique recyclée de diverses manières

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/172
Toutes les paroles aux actes
Thomas Compagno

Rédacteur

Graphique: Jacob Kadrmas

Photo: Remo Nägeli, SP

Publication:
lundi 25.05.2015, 15:10 heure

Retrouvez toutes nos recettes