Pas un jeu pour casaniers! Pour tenter de capturer les 151 monstres virtuels, il faut sortir de chez soi.

Pokémon Go

Sain Le jeu avec monstres virtuels à attraper fascine dans le monde entier. Il se transforme aussi en… application de fitness! Voilà comment ça marche.

Il n’a pas fallu plus d’une nuit pour que l’appli devienne un succès planétaire: Pokémon Go, jeu sur mobile dérivé de la série de jeu vidéo japonaise créée en 1996 pour les enfants et les jeunes, fait depuis quelques semaines le bonheur des adolescents et des joueurs de la première génération, aujourd’hui âgés de 25–30 ans. Tous pourchassent des monstres virtuels – alias Pokémon – dans le monde réel. Faisant d’une pierre deux coups, ce jeu parvient à faire bouger davantage les jeunes, ce que toutes les applis de santé tentent en vain jusqu’à présent. L’image du gamer rivé en permanence à son écran et en train de piocher dans un paquet de chips tient certes du cliché. Pourtant, bouger est essentiel, tant pour les écoliers que les adultes.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

À la chasse aux œufs

Pokémon Go emploie différents moyens pour inciter les joueurs à mettre le nez dehors, puisqu’il leur impose de se rendre dans certains lieux (Pokéstop ou arènes) du monde réel pour récolter des objets et combattre les monstres d’autres joueurs. Les joueurs peuvent ainsi ramasser des œufs: pour que les Pokémon particulièrement forts ou rares en gestation dans ces œufs éclosent, le joueur doit parcourir une certaine distance. Par conséquent, si vous devez incuber un œuf de dix kilomètres, vous brûlerez, selon votre masse corporelle et votre état de santé, jusqu’à 600 calories! Il est difficile de savoir aujourd’hui si l’engouement suscité par Pokémon Go sera d’assez longue durée pour avoir un effet notable sur la santé des joueurs. Pour le moment, seuls quelques joueurs ont atteint l’objectif du jeu et capturé 151 monstres. Niantic, la société qui a développé le jeu, a déjà annoncé l’arrivée de nouveaux Pokémon.

Inciter les jeunes à bouger

Pour Claudia Thöny de la «Schtifti Foundation», fondation qui promeut un mode de vie sain chez les jeunes, ceux qui ont découvert le plaisir de bouger avec le jeu doivent conforter cette sensation par d’autres moyens. «Inciter les jeunes à bouger est toujours une bonne chose, explique-t-elle. Et c’est un effet secondaire positif de Pokémon Go.»
«Schtifti» a conçu une application spéciale pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le sport et l’alimentation: «Gorilla incite les jeunes à se lancer dans la pratique de sports freestyle faciles d’accès, comme le skateboard, et leur permet de nouer des contacts sociaux.»

Avec une simple boule de sagex, un stylo et de la peinture rouge, réalisez une pokéball et... ATTRAPEZ-LES TOUS!!!

Retrouvez tous nos bricolage

Prévoyant

Batterie de secours

Pokémon Go est gourmande en énergie. Pour que la chasse aux monstres ne s’arrête pas à l’instant fatidique pour cause de batterie déchargée, équipez-vous d’une batterie externe. Avec une capacité de 10 000 mAh, la batterie de secours Primo Powerbank vous offre une autonomie supplémentaire allant jusqu’à 40 heures d’utilisation pour un iPhone 5 par exemple. Grâce à ses deux sorties USB de 5 W/1 A et de 10 W/2,1 A, vous pouvez recharger deux appareils en même temps, quels qu’ils soient, puisqu’elle est compatible avec tous les modèles de tablettes et de smartphones.

Batterie Primo Powerbank, chez Fust, 34 fr. 90 (jusqu’au 18 septembre ou dans la limite des stocks disponibles)

«Coopération» sur Facebook

Sur notre page Facebook, un riche contenu vous attend. Outre les articles sur des thèmes de société et la BD hebdomadaire, diverses vidéos sont proposées: recettes originales et bricolages à réaliser en famille. Des appels sont aussi lancés pour témoigner dans le magazine. En participant aux concours, vous pouvez gagner de super prix! «Likez» la page Facebook et rejoignez notre communauté.

facebook.com/cooperation.magazine

Zombies, Run!

Si vous avez toujours voulu vous mettre à la course, le déclic viendra peut-être avec l’appli «Zombies, Run! 5k Training»: grâce à elle, les plus sédentaires s’extraient de leur canapé et sont fin prêts pour leur première course de 5 km en huit semaines. L’entraînement se présente comme un jeu qui conduit l’utilisateur jusqu’à l’une des dernières forteresses humaines après l’apocalypse zombie. Pendant les 25 sessions d’entraînement, il fait connaissance avec les habitants de la ville d’Abe et en découvre les histoires. Lorsque vous avez terminé l’entraînement 5k, vous pouvez poursuivre l’aventure avec l’appli principale «Zombies, Run!». Seul bémol: le jeu est en anglais.

«Zombies, Run! 5k Training», iOS (2 fr.) et Android (2 fr. 20)

.

texte:
Anna Ettlin
Photo:
True Images/Alamy, DR
Publication:
lundi 05.09.2016, 13:55 heure