Milena van der Molen teste la fermeté d’une pomme à l’aide d’un pénétromètre.

Pommes bio: de l’arbre au magasin

Tests Topaz, Écolette, Rubinola… autant de noms de pommes bio qui mettent l’eau à la bouche. Mais avant d’en arriver là, ces variétés et bien d’autres doivent subir des tests approfondis.

Nous sommes dans un laboratoire. Bizarrement, ce ne sont pas des odeurs de produits chimiques qui viennent titiller les narines, mais de pommes. En fermant les yeux, on se croirait carrément dans un verger. On ne le sait peut-être pas, mais avant que de ravir nos palais, ces fruits doivent passer l’étape des analyses. Leur potentiel de conservation est testé à l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL), à Frick (AG). Les pommes doivent, en effet, pouvoir être vendues durant une longue période et pas seulement dans les semaines suivant la récolte.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Test de résistance

La Topaz, l’Écolette, la Rubinola et d’autres variétés passent donc régulièrement sous le couteau des experts. «Grâce au concept de groupes de saveurs, développé en collaboration avec le FiBL, Coop est en mesure de proposer des variétés peu connues, mais résistantes aux maladies. C’est un facteur indispensable pour la production biologique. Sans l’engagement de Coop, on ne trouverait plus ces pommes savoureuses que dans des magasins de ferme… Et elles ne seraient mangées et appréciées que par quelques rares personnes», relève Andi Häseli, conseiller arboricole au FiBL.

Un goût délicieux

Le technicien Ignazio Giordano prépare le test du réfractomètre pour déterminer la teneur en sucre de la pomme. Pendant ce temps, Milena van der Molen prélève un morceau de pelure. Ensuite, elle applique un pénétromètre sur la chair de la pomme. Si le fruit est encore sucré et croquant après plusieurs mois d’entrepôt frigorifique, il a de bonnes chances de rester dans l’assortiment de Coop ou d’y faire son entrée. C’est notamment le cas de la Topaz.
Cette pomme juteuse à la chair aromatique et acidulée peut être stockée jusqu’en mai. Les magasins Coop la proposeront déjà en octobre comme «pomme du mois».
D’autres facteurs, comme la résistance aux maladies, influencent la commercialisation d’un fruit. Si les producteurs touchent un prix un peu plus élevé pour les fruits bio, ils doivent aussi faire face à des charges plus importantes. Sans compter que le rendement de ces fruits est en général plus faible que celui de variétés très productives, comme la Golden Delicious ou la Gala.
Quoi qu’il en soit, le meilleur test reste le goût. Celui de notre pomme «à l’essai» est délicieux. Et c’est probablement ce qui compte, pour les chercheurs du FiBL comme pour les clients de Coop.

Ventes de pommes bio chez coop (en %)

Estimation à fin septembre 2015

Source: marketing Coop

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/109
Toutes les paroles aux actes
Sophie Dürrenmatt

.

Photo:
Nicolas de neve, SP / Infographie: Nik Emch
Publication:
lundi 21.09.2015, 14:10 heure

Retrouvez toutes nos recettes