Pourquoi n’utilise-t-on pas des canons pour envoyer les satellites dans l’espace?

Une question de Leandro (11 ans).

Un ingénieur inspiré

Dans les années 1960, la guerre froide qui oppose les États-Unis à l’Union soviétique fait rage. Les deux superpuissances se disputent l’espace par fusées interposées. Les fusées permettant le lancement de satellites coûtent très cher et les canons sont meilleur marché. C’est là que, s’inspirant du roman de Jules Verne, l’ingénieur en artillerie canadien Gerald Bull décide de construire des supercanons.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

L’idée géniale d’un écrivain

C’est non sans humour que, dans «De la Terre à la Lune», roman de science-fiction paru en 1865, Jules Verne raconte l’histoire d’un club d’artilleurs américains qui envoient trois astronautes et deux chiens sur la Lune à l’aide d’un canon géant.
Le calibre (diamètre du tube) de ce canon long de 300 mètres était de 3 mètres.

La faute à l’attraction terrestre

Lorsqu’un satellite est envoyé en orbite autour de la Terre, il a besoin d’une vitesse de démarrage de 8 km/s (kilomètre par seconde) ou 28 000 km/h (kilomètre par heure). Une vitesse trente fois supérieure à celle d’un avion de ligne.

Les canons sont trop faibles

Les canons d’artillerie normaux atteignent des vitesses initiales de 0,8 km/s. Grâce à une technique améliorée et à des tubes de 36 mètres de long, Gerald Bull réussit à atteindre les 3,6 km/s, mais cette vitesse représentait toutefois moins de la moitié des 8 km/s nécessaires pour le satellite. Dans un bruit assourdissant, le projectile a quitté la Terre et s’est élevé jusqu’à 100 km au-dessus du sol, mais la gravité l’a ramené sur terre. Attention la tête!

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Texte: Ulrich Roth

Illustrations: Sibylle Heusser et Marcus Moser/www.atelier-oculus.ch

Publication:
lundi 26.10.2015, 13:50 heure







Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?